Votre météo par ville

Histoire : Le sucre et la betterave ont leur musée

14-04-2023

Actualité

Hors-champ

Pascal Duforest et sa fille Bertylle ont créé le musée Terre de sucre dans les murs de la Ferme aux Chiconnettes, à Achiet-le-Petit. Le fruit de décennies à collectionner objets et souvenirs et d’un long travail de recherche pour célébrer l’histoire et la culture de la betterave et du sucre.

Pascal Duforest et sa fille Bertylle Duforest, les créateurs du musée Terre de sucre.
Pascal Duforest et sa fille Bertylle Duforest, les créateurs du musée Terre de sucre. © K. S.

C’est l’histoire d’une passion sucrée qui devient musée, celle de Pascal Duforest, et aussi parce que “toutes ces bricoles encombraient le grenier !”, rigole sa fille, Bertylle. Cette histoire, c’est la création de Terre de sucre au fond de leur Ferme aux Chiconnettes, à Achiet-le-Petit, village tranquille à une dizaine de minutes en voiture de Bapaume, dans le Pas-de-Calais.

Là-bas, la famille cultive et transforme l’endive et fabrique chocolats et confiseries (lire aussi l’encadré ci-dessous). Elle a désormais son petit musée voué au sucre et à la betterave sucrière. Un projet rendu possible grâce à la collection de Pascal Duforest, débutée il y a 40 ans. “Je suis un collectionneur invétéré de tout ce qui a trait à la pâtisserie et au sucre, entre autres ! Et avec l’accumulation de matériel, on finit par se dire que ce serait bien de le mettre à profit et d’expliquer ce qu’il en est de mon métier de pâtissier. C’est le plaisir de pouvoir partager, d’intriguer avec du matériel assez original !”

La famille cultive et transforme l’endive. © K. S.
Pascal Duforest y expose une partie de sa collection débutée alors qu’il n’était qu’un jeune apprenti de 17 ans. © K. S.

Une salle dédie à la betterave sucrière…

Le lieu, rénové et aménagé par le pâtissier-chocolatier-confiseur-endivier, est composé de deux salles principales. La première se divise en deux parties. L’une d’elles retrace l’histoire de la betterave sucrière, de son arrivée dans l’Hexagone à Ferdinand Béghin, son exploitation artisanale puis industrielle, les conflits avec les producteurs de sucre de canne et sa démocratisation… Le tout illustré par des reproductions de documents originaux issus de la collection de Pascal Duforest pour la grande majorité.

La première salle du musée revient sur l’histoire de la betterave sucrière, des débuts de son exploitation à aujourd’hui, mais aussi sur la culture de la betterave en elle-même. © K. S.

Puis le visiteur saura tout de la culture de la betterave : “Comment ça pousse ? À quel moment on la récolte ? Comment on prépare les semis ?” Là encore, l’histoire n’est jamais loin avec toute une partie du mur destinée à l’évolution de cette culture, du travail manuel à la mécanisation contemporaine. Sans oublier une thématique zéro déchet “car la betterave a un intérêt et ce depuis toujours : tout est exploité, il n’y a pas de pertes ! Même après la transformation, les résidus comme la pulpe vont être transformés pour l’alimentation du bétail, par exemple.”

… et une au travail du sucre

La seconde salle est consacrée à la passion première du propriétaire des lieux pour le sucre. “L’idée est de reprendre les métiers qui ont fait ma carrière : pâtissier, chocolatier, glacier et confiseur. On y expose du vieux matériel datant du milieu du siècle passé”, récupéré au fil de sa carrière : moules en plomb ou en acier, turbine à glace, cuiseur à crème, broyeur à pralinés, chocolatières de salon… ou encore machines à spéculoos et à bonbons que petits et grands pourront actionner, “parce qu’on a envie de toucher quand on voit ça ! Je pense qu’il y a un côté tactile qui est vraiment très important, surtout dans nos métiers”.

La deuxième salle propose un tas d’anciens matériels, machines et outils utilisés pour travailler le sucre et réaliser chocolats, confiseries et pâtisseries…© K. S.

Rendre les choses ludiques, c’était d’ailleurs un objectif pour Pascal et Bertylle Duforest et le pari est réussi. Avec, par exemple, un quiz pour faire réfléchir les jeunes et les moins jeunes. “On souhaite faire une connexion entre les générations, entre des grands-parents et leurs petits-enfants, par exemple”, éclaire Bertylle qui a réalisé un long travail de recherche pour réaliser les affiches qui composent le musée. “Je pense que c’est hyper important, cette idée de transmission et de partage.”

Une volonté au cœur du projet qui se veut également ouvert aux betteraviers eux-mêmes. Mais aussi comme un hommage à un métier qu’aime profondément Pascal Duforest : “On est un pays de betteraviers, il faut continuer à cultiver la betterave !”

À la Ferme aux Chiconnettes : endives, chocolats et bonbons !

Pascal et Véronique Duforest n’ont pas toujours été à la tête de la Ferme aux Chiconnettes. Ils ont jusqu’au milieu des années 2000 été installés du côté d’Arras, où ils fabriquaient des pâtisseries, chocolateries et confiseries. “Puis on est venus ici et on a créé l’exploitation agricole car on voulait cultiver l’endive pour pouvoir la transformer en confits et confitures”, explique Pascal Duforest. Aujourd’hui, ils cultivent donc l’endive de pleine terre et fabriquent aussi veloutés, vinaigrettes, mais pas que… “Car mon métier m’a rattrapé !” rigole Pascal Duforest, qui a développé, en parallèle, une gamme de chocolats et de confiseries. “J’ai retapé une vieille machine des années 1930, continue-t-il. On l’a améliorée et aujourd’hui, on fait des spéculoos, des Cœur d’Arras en pain d’épices, des petits sablés…” Tout en ouvrant les portes de l’exploitation en étant ferme pédagogique et maintenant… un musée !

Kévin Saroul

Pratique : Le musée Terre de sucre sera, pour l’instant, réservé aux visites groupées, notamment les sorties scolaires ou via des tour-opérateurs comme les offices de tourisme.

Lire aussi : Projet : Future micro-sucrerie recherche betteraves bio

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires