Votre météo par ville

Les chasseurs ont les ailes plombées mais pas coupées [mis à jour]

30-10-2020

Actualité

Hors-champ

Chasse ou pas chasse ? À la veille du week-end, les chasseurs ont appris qu’ils pourront continuer à prélever les nuisibles responsables des dégâts sur les cultures.

Mis à jour le 02-11-20: Les chasseurs pourront obtenir des dérogations pour chasser le grand gibier comme les sangliers et le chevreuil, afin notamment d’« éviter les dégâts aux cultures et aux forêts ». C’est ce qu’a annoncé Bérangère Abba, secrétaire d’État auprès de la ministre de la transition écologique, dans un communiqué le 1er novembre 2020.

Mis à jour le 03-11-20: Les Commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) seront convoquées par les préfets «dans les plus brefs délais» pour échanger sur les enjeux de régulation du gibier chassable et des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ou présentant des risques sanitaires pendant la période de confinement» a précisé la ministre. Cependant, le petit gibier (lapin de garenne, faisans, lièvres, …) n’est pas concerné s’est inquiétée la FNSEA par l’intermédiaire de sa présidente Christiane Lambert, car cette situation « pose des problèmes dans certains départements », a-t-elle indiqué au réseau FNSEA, en demandant à chaque agriculteur de faire remonter l’information au préfet et à la fédération de chasse de leur département. Selon Willy Schraen, président de la Fédération nationale de la chasse, il faudrait tuer environ « 500 000 sangliers d’ici la fin de l’année (…) et peut-être autant de chevreuils ». Selon lui, entre un tiers et un quart des prélèvements de grand gibier sont effectués en France au mois de novembre. Chaque année, l’indemnisation des dégâts représente, nolens volens, une enveloppe de 80 millions d’euros par an payée intégralement par les chasseurs.

Avec les mesures du confinement, la chasse est suspendue jusqu’au 1er décembre, au moins. © DR

En pleine envolée, alors que la période de chasse bat son plein, les chasseurs sont à l’arrêt. La faute à la Covid et aux mesures de confinement prises par le gouvernement. À ce jour, toutes les chasses sont suspendues. Alors qu’une circulaire a dû être transmise aux préfectures départementales, les chasseurs attendent les directives dérogatoires.

On lira aussi : Willy Schraen, un chasseur sachant parler

« La chasse française ne souhaite en aucun cas déroger à ces règles générales, et sera totalement solidaire du confinement qui touche notre pays, rappelle Willy Schraen, président de la Fédération nationale de chasse. Néanmoins certaines de nos missions de service public ne peuvent être interrompues, sans provoquer de graves dommages aux intérêts économiques des acteurs ruraux, et en particuliers ceux du monde agricole. »

Des négociations en cours

Pour cela, les présidents de chaque fédération des chasseurs de chaque département consultent aujourd’hui leurs préfets afin de définir les priorités selon les territoires. Ces négociations sont à la discrétion des préfectures. Les dérogations pourront porter sur le nombre de personnes présentes, la distance avec le domicile ou encore le type de chasse.

Si rien n’est encore acté, la période de chasse 2020-2021 a, c’est certain, du plomb dans l’aile.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Découverte d’un nouveau foyer d’influenza aviaire ce week-end
Ce week-end, un nouveau foyer d’influenza aviaire a été découvert sur la commune de Winnezeele. Le 26 novembre, un [...]
Lire la suite ...

David Saelens, nouveau président de la section Nutrition Animale de La Coopération Agricole
A l’issue d’un conseil de section, les membres de La Coopération Agricole Nutrition Animale ont élu, le 1er décem [...]
Lire la suite ...

L’assurance récolte officiellement lancée
Le Gouvernement a présenté le 1er décembre, le projet de loi sur l’assurance récolte en Conseil des ministres. Av [...]
Lire la suite ...

La Flandre mise sur la pomme de terre
Lors de son assemblée générale annuelle, la coopérative La Flandre a présenté ses résultats, adossés au groupe N [...]
Lire la suite ...

Annulation de la fête de la dinde à Licques
La Covid-19 aura eu raison de la fête de la dinde pour la deuxième année consécutive. En effet, l’événement, [...]
Lire la suite ...

« L’Union européenne veut devenir une puissance normative »
Lors de la session de la chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais organisée le 29 novembre, Thierry Pouch, économi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires