Votre météo par ville

Interview de Magaly Pecquery, directrice de la DDPP du Nord

21-07-2022

Actualité

Les rencontres

À la tête de la DDPP du Nord depuis presque deux ans, Magali Pecquery n’est pas là par hasard. Rencontre avec une directrice de terrain.

Magali Pecquery, directrice de la DDPP du nord © E.P.

Depuis novembre 2020, Magali Pecquery, 51 ans, est à la tête de la Direction départementale de la protection des populations du Nord (DDPP).

Un métier qu’elle exerce avec passion et qui est l’aboutissement d’un parcours au sein des différents services administratifs qui entourent le monde agricole.

Quel est votre parcours professionnel ?

Après le bac, j’ai fait une prépa vétérinaire à Amiens. D’après ma mère, je voulais être vétérinaire depuis mes 3 ans ! J’ai par la suite intégré l’école vétérinaire de Nantes (1991-1995). Au cours de mes études, je me suis rendu compte que le libéral n’était pas fait pour moi et j’ai donc effectué un DESS (équivalent d’un master 2) en HACCP qui forme à l’hygiène alimentaire et à la sécurité des aliments.

J’ai découvert le métier de vétérinaire inspecteur. J’ai passé le concours en 1998 et suis devenue en 1999 cheffe du service santé animale dans les Ardennes. Je suis ensuite allée à Rouen en 2002 en tant que responsable qualité de la direction des services vétérinaires à l’époque. Je suis restée 15 ans en Normandie où j’ai eu plusieurs postes. Je ne voulais pas perturber mon équilibre familial, qui était primordial à mes yeux. C’est en 2017 que j’ai accédé à mon premier poste de direction en tant qu’adjointe à la Draaf des Hauts-de-France puis en 2020 je suis devenue directrice de la DDPP du Nord.

Quelles sont vos missions au sein de la DDPP ?

Le rôle des agents de la DDPP est de participer collectivement à assurer la protection des consommateurs, des animaux et de l’environnement. Une chose qu’il faut garder en tête est que la DDPP est sous l’autorité du préfet et que toutes les décisions sont prises en accord avec lui.

Dans ce cadre, en tant que directrice, je gère le volet RH, je décline les politiques publiques à l’échelon local, c’est-à-dire que lorsque l’on reçoit une note du ministère, je dois avec le préfet définir sa mise en place localement. Je sers aussi d’appui technique pour des dossiers compliqués (qui ont par exemple des répercussions importantes, comme la fermeture d’un établissement) et je vais également beaucoup sur le terrain, notamment pour les gestions de crise.

C’est une chose essentielle pour moi car il est important pour les équipes que leur directrice ne soit pas toujours dans son bureau. Quand il y a des abattages par exemple, je mets un point d’honneur à être là au maximum – sinon mon adjointe me relaie -, pour pouvoir être présente pour l’éleveur et les équipes dans ce moment qui est un travail ingrat, il faut le dire.

Quelles sont les spécificités du Nord ?

Nous sommes une des plus grosses DDPP de France avec 137 personnes. C’est un département à la fois rural et très urbanisé. Ce dernier point fait qu’il y a une forte activité de l’industrie agroalimentaire par exemple. Nous avons aussi beaucoup de sièges sociaux dans le Nord. Or, dès qu’il y a un problème avec un produit, si le siège social du produit est chez nous, c’est nous qui gérons. On a donc beaucoup de travail de ce côté-là et du côté de la répression des fraudes, aussi gérée par la DDPP.

Comment réagissent les éleveurs à l’annonce d’un abattage ?

C’est toujours préparé, pour que cela se passe le mieux possible. Je suis généralement accompagnée par le vétérinaire de l’exploitation, le maire, s’ils entretiennent de bonnes relations, le médecin de famille parfois si l’on sait que la personne est fragile et par quelqu’un de la MSA. À mon échelle, je n’ai que les outils pénaux et administratifs donc il faut pouvoir avoir avec soi des gens qui peuvent accompagner l’éleveur.

La réaction peut être la colère. J’ai déjà été séquestrée par un agriculteur armé… C’est rare mais ça arrive. Je dis toujours à mes agents qu’aucun contrôle ne vaut la peine de se mettre en danger. S’ils sentent que c’est tendu, ils doivent revenir accompagnés des forces de l’ordre.

L’autre réaction c’est le désarroi : « pourquoi moi ? » C’est ce qui s’est passé pour la dernière crise de grippe aviaire influenza fin 2021. Dans ces cas-là, il faut beaucoup de pédagogie et ma formation de vétérinaire me permet d’être crédible. Je prends toujours le temps de le faire. Je vais peut-être un peu plus loin que ce qu’on me demande mais je ne conçois pas mon travail autrement. Dans le cas de cette crise, pour la première fois de ma carrière, des éleveurs ont appelé la DDPP pour nous remercier. Ça n’arrive pas souvent et ça fait plaisir. Ils ont reconnu notre utilité. 

Magali Pecquery en quatre dates

1998. Elle réussit le concours d’inspecteur de santé publique vétérinaire.

2009. Elle devient cheffe du service régional de l’alimentation de la Haute-Normandie.

2018. Adjointe à la Draaf des Hauts-de-France, elle doit gérer la crise du Brexit et donc la création des Sivep.

2020. Elle devient directrice de la DDPP du Nord.

églantine Puel

Lire aussi : Cralim : L’alimentation de qualité accessible à tous

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires