Votre météo par ville

Le conseil constitutionnel valide la dérogation à l’interdiction d’utiliser les néonicotinoïdes

10-12-2020

Actualité

Culture

La loi adoptée le 4 novembre par le parlement français autorisant l’utilisation des produits à base de néonicotinoïdes sur betterave sucrière a été jugée conforme à la constitution par le Conseil constitutionnel.

Dans un communiqué du 10 décembre 2020, le conseil constitutionnel juge conforme à la constitution la loi adoptée le 4 novembre par le parlement autorisant l’utilisation temporaire de produits à base de néonicotinoïdes en betteraves sucrières.

Les députés des groupes communistes GDR, LFI, socialistes et EDS à l’Assemblée nationale avaient déposé un recours devant le Conseil constitutionnel. C’est au regard de la charte de l’environnement, intégrée à la Constitution française depuis 2005, que le Conseil constitutionnel a été saisi sur ce texte.

Une loi temporaire

L’institution considère que le texte adopté par le législateur apporte des garanties suffisantes eut égard aux risques que représentent ces produits pour l’environnement. Le Conseil constitutionnel note que “l’application de ces dispositions” sera cantonnée “au traitement des betteraves sucrières”. Autre point soulevé : “les dispositions n’autorisent que les traitements directement appliqués sur les semences (sous forme d’enrobage, ndlr), à l’exclusion de toute pulvérisation”.

Par ailleurs, le texte de loi respecte, d’après le Conseil constitutionnel, les “conditions prévues à l’article 53 du règlement européen du 21 octobre 2009, applicables aux situations d’urgence en matière de protection phytosanitaire”. Il “permet un “usage limité et contrôlé“ des produits en cause, dans le cadre d’une autorisation délivrée pour une période n’excédant pas cent-vingt jours”.

Le Conseil constitutionnel appuie aussi sa décision sur le fait que “cette possibilité est ouverte exclusivement jusqu’au 1er juillet 2023″, dans l’attente de nouvelles solutions.

Pour rappel, le texte de loi fait suite à une campagne culturale en betterave marquée par un épisode de jaunisse important. Il aurait entraîné près de 280 millions d’euros de pertes financières à la filière et une baisse des rendements de 30 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Virginie Charpenet

Lire aussi : Tereos : une élection, de nombreux enjeux

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Étude : L’équilibre (péri) urbain/rural dans les Hauts-de-France
L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié mi-janvier son analyse sur l&# [...]
Lire la suite ...

Chemins d’avenirs : révéler le potentiel des jeunes ruraux
Sofia Rouabah, chargée des partenariats opérationnels de chemins d’avenir, nous explique le fonctionnement et la [...]
Lire la suite ...

Ruralité : Les leviers pour (bien) vivre en campagne
Qu'elles soient politiques ou associatives, les idées pour mieux vivre en campagne, parfois appelée " France périphé [...]
Lire la suite ...

Compétences : L’hiver, la saison des formations agricoles
Tandis que les activités dans les champs ralentissent, l'hiver est le moment de monter en compétences, que ce soit en [...]
Lire la suite ...

Ressources humaines : Quel entrepreneur êtes-vous ?
Dans le cadre de son assemblée générale, le syndicat des Entrepreneurs du territoire a donné la parole à Sophie Del [...]
Lire la suite ...

Entrepreneurs Des Territoires : « Nous devons rendre nos emplois attractifs »
Après une « année difficile », comme pour beaucoup, les Entrepreneurs des territoires  des Hauts-de-France se son [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires