Votre météo par ville

Le désherbage électrique à l’essai

04-07-2019

Actualité

Culture

Une entreprise suisse travaille actuellement sur une méthode de désherbage électrique. Dans Les Pays de la Loire, la chambre d’agriculture et les Geda lui ont proposé de réaliser un test grandeur nature. Explications. 

© DR

Et si l’on devait l’alternative aux produits phytosanitaires… à Thomas Edison ? Une entreprise suisse spécialisée dans le traitement non-chimique des mauvaises herbes, Zasso AG, développe en tout cas un procédé électrophysique originaire du Brésil pour lutter contre les adventices. En bref, il électrocute les mauvaises herbes afin de les détruire.
Le principe ? Un circuit électrique fermé. La première version de ce procédé « XPower » est constituée d’un générateur installé pour le moment à l’arrière du tracteur : une sorte de grosse armoire électrique blanche, qui devrait être réduite dans la deuxième version, les transformateurs étant basculés à l’avant de l’engin.
S’y ajoutent deux rangées d’applicateurs à l’avant du tracteur. Comme si de gros rubans métalliques (de l’acier inoxydable et flexible) « balayaient » les plantes. Ils envoient en réalité du courant. Ce dernier transite ensuite par le sol, avant de remonter vers l’applicateur de mise à terre et donc la fermeture du circuit électrique.
Sous l’effet de la décharge, les vaisseaux des mauvaises herbes éclatent. Le flux de sève est alors immédiatement stoppé, et les adventices s’assèchent. Un processus quasi immédiat, qui met de quelques minutes à plusieurs jours pour être visible : leur chlorophylle endommagée, les plantes virent au brun paille.
Une réelle alternative au glyphosate ?
« On est vraiment sur de l’innovation, observe Denis Guilloton, conseiller agricole à la chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire. Le désherbage électrique pourrait permettre de se passer des molécules chimiques et faciliterait le défi des agriculteurs qui veulent se passer de labour. »
« Je suis plutôt optimiste sur le fait qu’avec ça, on aurait une corde supplémentaire à notre arc pour pouvoir sortir des problèmes sociétaux et environnementaux , explique Eddy Christin, agriculteur et président de l’association des Geda Est Collines-Deux Lay (85). Et un moyen de se dire qu’on fait les choses de manière “un peu plus propre”. »
Mais l’Electroherb – c’est son nom – peut-il réellement suppléer le glyphosate ? D’après le fabricant, il offre en tout cas « une efficacité semblable aux produits chimiques ».
Ce qui est certain, c’est que les conditions d’utilisation du procédé Zasso sont moins strictes que celles d’un herbicide chimique : le climat et la saison ne sont pas des paramètres primordiaux. C’est plutôt le type de mauvaises herbes à éliminer qui est à prendre en compte : les plantes riches en eau et/ou aux tiges et racines courtes seront facilement éliminées par l’électricité. À l’inverse, plus les herbes sont hautes ou denses, et plus il faudra augmenter l’intensité lors des passages des applicateurs. L’électricité permet également d’attaquer les adventices directement et immédiatement, jusqu’à la racine.
Autre certitude : électricité et glyphosate ne sont pas compatibles simultanément, puisque le désherbage électrique interrompt le flux de sève… Or, c’est la sève qui permet justement la bonne diffusion du glyphosate dans la plante.
L’Electroherb peut donc, peut-être, se révéler être une bonne solution pour espacer les utilisations de produits chimiques. En fonction de la saison, de la plante et de la densité du couvert, le traitement est « nécessaire une fois tous les un à quatre mois », table le fabricant. Et peut ainsi permettre de « ralentir la résistance des mauvaises herbes, sans avoir à appliquer des dosages chimiques croissants ».
Si le procédé montre déjà des résultats très encourageants, il reste des tests à faire pour vérifier son efficacité sur la densité, et affiner les résultats. Un essai vient donc d’être conduit sur une parcelle bio de Mouchamps, en Vendée. « C’est un partenariat gagnant/gagnant, détaille Denis Guilloton. L’objectif est d’essayer de comprendre les conditions d’efficacité optimales. Pour cela, on fait des prélèvements avant le passage de l’Electroherb sur la parcelle afin de mesurer la teneur en humidité des plantes, ainsi que le taux de carbone,  puis on fait des analyses du sol. »
Caroline Tronche

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires