Votre météo par ville | LILLE

Bichonner sa moissonneuse cet hiver

06-11-2019

Actualite

Machinisme

L’hiver est la période idéale pour remettre en état sa moissonneuse. Certes, c’est du temps à consacrer, mais une économie d’énergie assurée lors de la prochaine moisson.

© Vincent Motin

Après avoir été sollicitée tout l’été, la moissonneuse-batteuse a bien mérité son repos pendant l’hiver. Toutefois, son propriétaire n’est pas logé à la même enseigne. L’hiver est la période propice au remisage de la machine, ce qui engendre beaucoup de boulot.

« Une machine propre et entretenue, c’est une machine performante, martèle Corentin Riche, animateur agroéquipement à la FRCuma des Hauts-de-France. C’est avant tout un chantier optimisé et des pannes évitées. Cela permet également une économie d’énergie fossile et d’énergie humaine. »

Outre ces aspects, entretenir sa machine l’hiver permet de bénéficier des tarifs de la basse saison pour les pièces et la main-d’œuvre. Stocker sa machine propre et dépoussiérée, dans un endroit au sec, est primordial. Mais il est bon de vérifier l’état de certains éléments de la machine :

• Barre de coupe. Il est conseillé de vérifier l’état des couteaux de la scie, et de les remplacer si l’usure est notable. Il est également recommandé de les graisser afin d’éviter la rouille.

• Capteurs / électronique. Les machines actuelles sont équipées de nombreux capteurs dont l’état d’usure ou les défaillances sont difficiles à apprécier. Il peut donc être utile de demander au concessionnaire de la machine de venir avec la valise diagnostic afin de repérer les codes pannes de certains capteurs.

• Réservoir. Pendant la période d’hiver, il est conseillé de faire le plein de carburant afin d’éviter la condensation du liquide dans le réservoir. Si ce n’est pas fait, l’agriculteur risque de devoir purger le circuit de carburant avant l’utilisation de la machine.

• Courroies / chaînes / roulements. Il faut avant tout les dépoussiérer afin d’enlever les résidus de récolte. Il est primordial de nettoyer la machine avant de la remettre en état. « Le mieux est d’utiliser un compresseur de chantier, conseille Corentin Riche. Leur pression est plus importante et ils permettent d’accéder à des endroits plus exigus et ainsi être plus précis. » Sans ce nettoyage, la machine risque d’être la proie des rongeurs qui se feront un régal des câbles et autres éléments. Autre avantage : éviter l’échauffement des courroies, chaînes et roulements lors de l’utilisation de la moissonneuse l’été prochain.

Il est aussi conseillé de vérifier l’état des courroies et de les changer si elles sont détendues ou craquelées. Les chaînes sont également à remplacer si l’agriculteur constate du jeu. Ensuite, il est bon de les nettoyer et les graisser afin d’éviter la rouille et qu’elles ne s’usent pas trop rapidement.

© Gabriel Omnès

• Broyeur. Il est recommandé de s’assurer que les résidus de paille sont enlevés. L’autre point porte sur la vérification de l’état des couteaux du broyeur. Ils doivent être bien aiguisés, cela se voit à l’œil selon leur largeur. S’ils sont trop usés, il ne faut pas hésiter à les remplacer. Sans cela, la machine risque de consommer davantage l’été prochain.

• Parois. Avant l’hiver, l’agriculteur peut être tenté de laver l’extérieur de sa machine. Or, cela est déconseillé. Le fait de la passer sous l’eau avant l’hiver peut entraîner la rouille de certains éléments et engendrer des problèmes électriques et électroniques. « S’il faut la nettoyer, je conseille de le faire l’été afin qu’elle sèche plus rapidement », précise l’animateur de la FRCuma.

• Vis et trémie. Il est bon de s’assurer que la vis et la trémie sont bien vidangées de grains.

• Moteur. C’est l’occasion de réaliser la vidange du moteur, de changer l’huile, tout en vérifiant les niveaux. Si besoin, il peut être utile de remplacer les filtres à huile, à carburant ou encore à air.

• Batterie. Certains l’enlèvent afin d’éviter la décharge de la batterie, d’autres choisissent de faire tourner la moissonneuse plusieurs fois pendant la période de stockage. Chacun sa manière de faire, le principal est d’éviter l’usure inutile de la batterie.

• Convoyeur. Laisser les tiges du convoyeur rentrées afin de préserver le système hydraulique.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
La bière, il s’assoit dessus
Ébéniste et designer, Franck Grossel a décidé d’allier ses convictions à son métier. La brasserie, l’écologie [...]
Lire la suite ...

Fragrance poireaux
De l’oignon, du poireau ou encore de l’ail, ils tirent l’essentiel. Patrice et Adrien Ferrant produisent de l’hu [...]
Lire la suite ...

Soins. « Il faut s’accrocher. Il n’y a pas de solution miracle, c’est un travail quotidien »
Éleveur de porcs à Herzeele (59), Damien Carton fait partie de ceux qui ont initié une réduction d’utilisation d [...]
Lire la suite ...

Soins. Le désamour pour les antibiotiques
Utiliser moins d’antibiotiques dans les élevages, c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement avec les pla [...]
Lire la suite ...

Retournements de prairies: fin des restrictions en Hauts-de-France
Dans un arrêté paru le 14 novembre 2019, le ministre de l’Agriculture met fin aux restrictions concernant les re [...]
Lire la suite ...

Réduction des phytos : tous concernés !
Mardi 19 novembre 2019, une restitution du projet Dephy expe se déroulera près d’Arras (62). Elle permettra de p [...]
Lire la suite ...

Restez informé en recevant votre newsletter Terres et Territoires

Au cœur des terres

#terresetterritoires

Vous vous êtes sûrement demandé où partent les céréales que vous produisez ? 🌾 La réponse est dans le journal de cette...

Publiée par Terres et Territoires sur Jeudi 31 octobre 2019