Votre météo par ville

Pommes de terre : Le Gappi se démène pour éviter l’engorgement du marché

08-04-2020

Actualité

Culture

L’industriel McCain incite ses producteurs de pommes de terre à réduire leurs emblavements, quitte à revoir les contrats. Par ailleurs, les producteurs cherchent à liquider leurs stocks.

Certains producteurs vont revoir à la baisse les volumes contractualisés avec McCain. © MAC

À l’heure de la plantation des pommes de terre, beaucoup d’inconnues trottent dans la tête des producteurs : quelle quantité sera reportée sur la prochaine campagne ? Quelle surface doivent-ils emblaver ?

Face à la crise sanitaire, le Gappi (groupement de producteurs de McCain) est en concertation avec l’industriel afin de résoudre l’équation actuelle. « Nous avons demandé que les mesures soient prises sur la base du volontariat, insiste Bertrand Achte, président du Gappi. Le bureau a été unanime à ce sujet. »

– 20 % des surfaces

Pour les variétés hâtives, l’industriel a dû revoir ses contrats à la baisse : certains producteurs pourront réduire leurs surfaces de 20 %. « Cela concerne les agriculteurs qui ont des possibilités de transfert vers d’autres cultures de printemps. »

Pour les pommes de terre de consommation, cela va à l’appréciation du producteur. Un courrier dans ce sens leur a été envoyé. « Si nous ne réduisons pas nos surfaces, le marché va être catastrophique », avoue le président du Gappi, en plein travaux de plantation. Des contreparties ont été négociées : reprise des plants et priorité aux volumes non planté l’année prochaine au même prix.

Tout le monde ou personne

La perspective que les usines ne tournent pas à leur capacité maximale en septembre se dessine. Le président prévient : « les enlèvements des pommes de terre sous les contrats récoltes risquent de tarder. Il faut s’attendre à stocker ces produits là quelques temps avant d’être expédiés vers les usines. »

Pour cela, Bertrand Achte a décidé de réduire ses surfaces contractualisées de cette manière sur son exploitation à Bourbourg (59). Toutefois, le président du Gappi le répète amèrement, « si nous réduisons nos surfaces, il faut que tous les industriels incitent leurs producteurs à le faire. Pour le moment, ce n’est pas le cas. Seul un industriel hollandais joue le jeu. » Cette mesure n’est pas prise de gaité de cœur, mais il en va de la responsabilité des producteurs.

Pour éviter le report de stocks trop important, l’industriel McCain et son organisation de producteurs travaillent à trouver des débouchés. « Nous cherchons à expédier nos pommes de terre restantes sur les marchés de l’export, annonce Bertrand Achte, qui ne compte plus les coups de téléphone à ce sujet. Il semblerait qu’un débouché existe vers les pays de l’Est, mais nous sommes concurrencés par les Hollandais. Ils ont davantage de marchandise à liquider et son plus près des pays importateurs. » Avec des frais de transport moindre, la pomme de terre hollandaise reste très compétitive.

Explorer les autres marchés

Le bureau du Gappi explore d’autres débouchés afin de valoriser les tubercules. « Nous sommes en pourparlers avec les féculeries, explique le président du Gappi. Elles semblent intéressées par nos marchandises mais le problème est que les outils industriels sont en maintenance. »

Les féculeries seraient prêtes à démarrer la campagne 2020-2021 un peu en avance : début août au lieu de la fin août. Pour cela, les producteurs doivent conserver leurs pommes de terre encore quelques temps : cela sera-t-il rentable ? Et puis, les volumes que les féculeries accepteront seront-elles assez conséquentes ? C’est ce à quoi le Gappi et l’UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre) essayent de répondre.

Par ailleurs, les producteurs de pommes de terre pour McCain travaillent avec les enseignes de distribution pour vendre leurs productions dans leurs étals. « Rien n’est acté, mais nous ne voulons pas détruire la valeur du produit, ni prendre la place des producteurs avec qui les distributeurs travaillent d’habitude », assure Bertrand Achte.

L’ambition du groupement est de redonner une place à la pomme de terre française et ainsi écouler les stocks. L’avenir est bien nébuleux pour ces agriculteurs qui plantent leur prochaine récolte. Mais une chose est sûre, la période de la récolte sera compliquée.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires