Votre météo par ville

Traite des vaches : un exosquelette à l’essai [vidéos]

02-07-2021

Actualité

Élevage

La traite des vaches induit des mouvements répétitifs et cadencés. Un exosquelette a été mis au point pour soulager certains gestes. Reportage.

Thibault Roseleur, éleveur à Boulogne-sur-Helpe (59) teste pour la deuxième fois l’exosquelette lors de la traite. © L.D.

17 h 30, la valse des vaches commence dans la salle de traite de Thibault Roseleur, éleveur d’une centaine de vaches laitières à Boulogne-sur-Helpe (59). Même s’il est équipé d’un roto, une bonne dose d’huile de coude est nécessaire pendant plus ou moins une heure selon les périodes.

Relayer les muscles

90 vaches défilent entre les mains de ce jeune installé de 28 ans. « Pendant une heure, le trayeur va répéter les mêmes gestes sans arrêt, explique Charles Hemelsdaël, de chez ADF Milking, la société d’équipements destinés à la traite. Si les griffes ne pèsent que deux kilos et qu’elles ne sont portées que sur quelques centimètres, c’est la répétition de ces gestes qui va fatiguer les muscles. » Pour ménager la personne qui trait, un exosquelette, destiné à la base aux ouvriers dans certaines usines, a été adapté par l’entreprise à la tâche de la traite des vaches.

Après avoir enfilé l’exosquelette, aussi lourd qu’un sac à dos vide, effectué quelques réglages afin de ne pas avoir de déperditions, le trayeur prend l’allure de RoboCop. « C’est très léger, on le remarque pendant quelques minutes, ensuite on l’oublie, constate Thibault Roseleur. Je branche les griffes, porte les bidons, tout devient plus facile, j’ai moins de difficultés, je n’ai plus besoin de tirer sur mes muscles pour y parvenir. » Grâce aux ressorts et lamelles de carbone, l’exosquelette vient relayer les muscles lorsque les mouvements se dirigent vers une hauteur supérieure à celle du cœur.

Investissement pour l’avenir

C’est la deuxième fois qu’il essaye l’outil en deux mois. S’il est convaincu de son effet positif, l’éleveur hésite à investir dans cet exosquelette. L’unique frein : le prix. Comptez 4 150 euros pour cet équipement, avec la formation. « C’est un investissement pour l’avenir, abonde Charles Hemelsdaël. L’exosquelette est reconnu pour réduire les troubles musculaires squelettiques dus à la traite. » Depuis le début de leur commercialisation, une dizaine d’exosquelettes ont déjà été vendus dans toute la France. Ca intrigue, ça fait parler, reste à attendre que ça se démocratise.

Une subvention pour investir ?

Ce beau joujou laisse en effet rêveur. D’autant plus que, sur l’exploitation, certaines personnes qui trayaient auparavant ont déjà eu des troubles musculaires. « Nous avions une employée qui a trait quelques années, mais elle a dû arrêter car elle était cassée, témoigne le père de Thibault Roseleur, également éleveur. Dans ce cas-là, il est trop tard. C’est quand tout va bien qu’il faut se préserver. »

L’exosquelette se présente ainsi et existe dans deux tailles différentes © L.D.

Pour cela, les éleveurs attendent un geste de leur MSA. « Une petite subvention serait la bienvenue de leur part », sourit Thibault Roseleur. Un geste qui serait vu comme une aide à la prévention. Car après une heure de traite, les effets sont notables. « Je sens moins de tensions dans mes muscles, je ne me rends pas compte que j’ai trait alors que d’habitude je me sens plus fatigué, constate le jeune éleveur. Je sens que je suis aidé dans ma gestuelle, ça tire moins sur les épaules. » Un bel outil de prévention et d’aide qui ne demande qu’à être démocratisé.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires