Votre météo par ville

Rencontre en Terre d’origine

21-07-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Terre d’origine, c’est le magasin de produits fermiers et locaux créé par un duo inattendu près de Saint-Pol-sur-Ternoise (62). Thibault Delay et Jean-Baptiste Lédé se sont lancés en avril 2020, en pleine période de confinement.

À deux pas de Saint-Pol-sur-Ternoise (62), au détour d’un virage, le magasin se cache dans un joli bâtiment de briques rouges. Un ancien tracteur veille sur les fruits et légumes, les produits d’épicerie, les boissons, la viande et les produits laitiers. Vous voilà arrivés à Terre d’origine, magasin de produits fermiers et locaux, lancé en plein pendant la période de confinement, à Gauchin-Verloingt.

À l’origine, justement, de cette boutique, un duo inattendu : Thibault Delay, 26 ans, diplômé de l’école d’ingénieurs Centrale Lille, et Jean-Baptiste Lédé, la cinquantaine, producteur d’asperges vertes. Les deux hommes se connaissent depuis plusieurs années, grâce à des échanges de paille entre voisin : il faut dire que Thibault, né en 1994 à Saint-Pol-sur-Ternoise, est fils d’agriculteurs. Il a grandi dans la ferme de ses parents, en polyculture élevage.

À lire aussi, un autre exemple de circuit court : Pévèle. Deux potes et un « pacte »

Coup d’accélérateur

« Cela faisait un an et demi qu’on avait envie de faire de la distribution de produits locaux à prix abordables, explique le jeune homme. On n’avait pas pensé le lancer si vite, mais cela avait du sens de le faire à ce moment-là, pendant le Covid-19, car les gens étaient en demande. » Prévue pour septembre, la boutique ouvre donc ses portes de façon précipitée, le 26 avril. « C’était le moment ou jamais. »

Dans la foulée, un site d’e-commerce est créé. Les amateurs de produits de nos campagnes peuvent donc se rendre en boutique, mais aussi se faire livrer ou commander en ligne avant de venir chercher leur panier en drive. Le succès a toute suite été au rendez-vous.

« Aujourd’hui de nombreux producteurs sont à la recherche de nouveaux circuits de distribution : ils peuvent se reposer sur Terre d’origine. L’idée est de bâtir une relation de confiance avec eux. »

Thibault Delay

Relation de confiance

Ses produits, qui ne parcourent pas plus de 100 km avant de se retrouver dans le cabas des clients, Thibault Delay les veut accessibles à tous : « Sur de nombreuses références on est au prix de la grande distribution, car il n’y a pas d’intermédiaire, pas de transport. Par exemple, on est allé chercher le chou-fleur au plus proche, à Saint-Omer. Mais bien sûr, la viande fermière est plus chère que la viande industrielle ! »

Il poursuit : « Nous fonctionnons avec un système d’achat-revente. Le but est de partager la valeur, nous n’avons pas vocation à nous prendre des marges colossales. » Autour de lui et Jean-Baptiste, une quarantaine de producteurs permettent d’alimenter le magasin. « Aujourd’hui de nombreux producteurs sont à la recherche de nouveaux circuits de distribution : ils peuvent se reposer sur Terre d’origine. L’idée est de bâtir une relation de confiance avec eux. Quand on s’engage avec un agriculteur, c’est pour durer. »

« Il est urgent que consommateurs et agriculteurs se côtoient ! »

Jean-Baptiste Lédé

Plus de points de vente

D’ailleurs, eux-mêmes recherchent de nouveaux producteurs ! Un second point de vente Terre d’origine a déjà été ouvert, en juin, à la pisciculture de Monchel-sur-Canche, confie Thibault Delay. Et Jean-Baptiste Lédé, dans tout ça ? Lui voit dans ce magasin une façon de reconnecter deux mondes : « Les consommateurs, qui ont été éloignés de la ferme, et les agriculteurs, isolés du reste de la société. Il est urgent que ces deux mondes se côtoient ! »

Et ils auront l’occasion de le faire à de nombreux endroits de la région puisque Thibault Delay ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Déjà fort occupé avec les livraisons le matin et la boutique l’après-midi, il projette de multiplier les points de vente.

« L’idée est de déployer un tas de petits points de vente, près d’une école par exemple, ou encore de livrer les clients sur leur lieu de travail ». Pour rendre les produits locaux toujours plus accessibles au plus grand nombre.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Face à la sécheresse, la FNSEA demande « un geste exceptionnel » du gouvernement
Lors d’un entretien à la radio le 11 août 2020, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a demandé un plan d [...]
Lire la suite ...

Témoignage vidéo : Les Incroyables Comestibles
Cet été, un potager partagé a poussé à Villeneuve-d’Ascq (59), initié par l’association Les Incroyables Co [...]
Lire la suite ...

Canicule : épisode de pollution à l’ozone dans le Nord et le Pas-de-Calais
Quand les grosses chaleurs arrivent, de l’ozone se forme dans l’atmosphère, jusqu’à provoquer des pi [...]
Lire la suite ...

L’allocation de rentrée scolaire versée le 18 août
L’allocation de rentrée scolaire (ARS) sera versée le 18 août prochain aux familles adhérentes à la MSA. L&rsquo [...]
Lire la suite ...

Nord : Une fin de moisson « historique » à Chemy
Faire le lien entre l’appel à la Résistance du général de Gaulle et la résilience des agriculteurs ? C’ [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : le report de l’implantation des cultures dérobées est autorisé
« Face à l’épisode de sécheresse en cours, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denorman [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires