Votre météo par ville

Abattoirs : psychose sur la ligne

20-05-2020

Actualité

C’est tout frais

Deux foyers infectieux de Covid-19 ont été mis en avant dans des abattoirs de Bretagne et du Loiret. Quid des mesures de protection dans ceux du Nord et du Pas-de-Calais ?

Si la filière abattage n’a pas attendu le Covid-19 pour adopter des process d’hygiène conséquents, l’hypothèse de la transmission du virus par les systèmes de refroidissement des bâtiments et par les habitudes sociales des salariés sont deux facteurs difficiles à maîtriser totalement. © DR

Plus de 100 personnes détectées positives au Covid-19 dans deux abattoirs français – 69 à l’abattoir breton Kermené et 54 à Tradival, dans le Loiret, c’est ce qu’ont annoncé les autorités de santé dimanche 17 mai 2020. Alors que d’autres cas de contamination massive ont été rapportés à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Allemagne, la presse s’interroge. Les conditions de travail dans les abattoirs sont-elles propices à la propagation du virus ?

Maintenir le flux

« À l’inverse de nombreuses entreprises, nous n’avons jamais fermé », retrace Alain Dupont, éleveur et président de l’abattoir de Valenciennes (59) qui compte une vingtaine de salariés. Un « petit » établissement, à l’inverse des grosses structures allemandes où ont éclaté des centaines de cas ces dernières semaines.

Pour lui, la fermeture des ateliers – comme c’est le cas pour Tradival – doit être évitée. « Cela déstabiliserait toute la filière déjà mise à mal par l’arrêt de la restauration hors domicile. Les marges sont serrées, un éleveur qui ne travaille plus ne va pas durer longtemps… Il faut protéger les salariés, c’est certain. Mais il ne faut surtout pas fermer ! »

L’hygiène dans l’ADN

Alain Dupont reconnaît « la promiscuité des salariés sur certains postes de travail », comme ceux de la mise à mort ou de la découpe. Si les abattoirs du Nord et du Pas-de-Calais ont tous équipé leurs personnels de masques et de visières, certains modes de travail sont difficiles à réaménager. « Le process fait qu’il y a un temps limite de l’abattage à la mise en carcasse, explique Julien Lozinguez, responsable de l’abattoir de Fruges (62). Les opérateurs travaillent à la chaîne. Il est très difficile de les distancer. » 

Cela dit, à l’inverse de nombreux secteurs d’activité, les abattoirs n’ont pas attendu le Covid-19 pour inciter au lavage régulier des mains. « En tant qu’industriel du secteur de l’agroalimentaire, l’hygiène fait partie de notre ADN, affirme Nathalie Coulon, de l’abattoir Pruvost Leroy à Saint-Hilaire-Cottes (62) et Douai (59). Nous nettoyons toutes les surfaces avec des produits à large spectre tant bactéricide que virucide, et sur la chaîne d’abattage, on se lave les mains au moins toutes les cinq minutes. » 

La faute à la clim’ ?

Un facteur de taille reste pointé du doigt : la ventilation et la climatisation utilisées dans les abattoirs. « Les systèmes d’aération font du recyclage, en faisant tourner le même air sans apport d’air extérieur. À partir du moment où il n’y a pas de renouvellement d’air, c’est un facteur aggravant », expliquait lundi à France 3 le médecin généraliste des Côtes d’Armor, Yvon Le Flohic. Mais tous les abattoirs ne sont pas forcément équipés de tels systèmes, surtout les petites structures. C’est le cas à l’abattoir de Fruges, dont l’atelier n’assure pas la découpe des bêtes, et n’est donc pas équipé en système de ventilation frigorifique.

La peur au détour du casier

Les lieux les plus à risque sont « les vestiaires et le réfectoire », poursuit Nathalie Coulon. « Les opérateurs s’y restaurent et enlèvent leur masque. » Et les habitudes sociales ont la peau dure. « Elles reprennent le dessus sans qu’on s’en rende compte ! », opine Julien Lozinguez. Si ses « quelques salariés à risque sont en arrêt », pour les autres l’angoisse est là, ravivée par le bruit médiatique autour du secteur cette semaine. « C’est un milieu de bonshommes, on ne dit pas quand on va mal… Alors je tends l’oreille, assure-t-il. C’est souvent au détour d’une conversation anodine qu’on peut déceler un besoin de parler ».

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires