Votre météo par ville

Des algues pour booster la production

27-08-2021

Actualité

Environnement

Introduire des algues dans un digesteur pour booster la production de biométhane : c’est l’idée du projet « Algues 4 Biométhane », actuellement en phase de test dans les cuves de l’école d’ingénieur UniLaSalle,
à Beauvais.

Le Raceway est l’un des systèmes de production de microalgues, en système dit ouvert. © Unilasalle

Les microalgues dans les méthaniseurs, une bonne solution pour booster la production de biogaz sans recourir à des cultures ?

À l’heure où les méthaniseurs essaiment dans les Hauts-de-France en soulevant  – à plus ou moins juste titre – une nuée de réactions, l’idée du projet « Algues 4 Biométhane » vaut le détour.

Mélanger algues et fumier

L’idée est simple : introduire dans un méthaniseur du fumier de bovin et des microalgues cultivées sur place afin d’améliorer la productivité en méthane.

« Les algues permettent d’augmenter la productivité en biométhane sur les installations agricoles qui traitent des lisiers et des fumiers, explique Thierry Ribeiro, enseignant-chercheur à UniLaSalle depuis presque 18 ans, spécialisé en bioprocédés et méthanisation. Avec ce genre de substrat, le potentiel méthanogène est assez faible car l’animal a déjà consommé une bonne partie du carbone, il n’en reste plus beaucoup dans les excréments. L’idée est, ici, de doper la production de biométhane en ajoutant dans le digesteur des substrats plus méthanogènes. »

Premiers résultats fin 2021

Initié il y a plus de deux ans par le gestionnaire de réseau gazier GRT gaz et en partie financé par lui*, le projet avait besoin de partenaires scientifiques et techniques capables de tester cette solution. Pile dans les cordes de l’université technologique de Compiègne (60) d’UniLaSalle Beauvais (60).

Avec son élevage bovin laitier, cette dernière possède la matière sur laquelle travailler. « Les équipements sont volumineux, on n’est pas à l’échelle de la paillasse…, résume Thierry Ribeiro. À terme, l’idée est d’essaimer auprès de la profession par de nombreux supports : rapports techniques et scientifiques, journées portes ouvertes, visites, communication grand public comme le Printemps de l’industrie ou la Fête de la science… »

Des algues à la ferme

« Nous sommes en train de terminer la construction de la plateforme de démonstration. On peut imaginer avoir une production et les premiers résultats fin 2021. » L’équipement de l’expérimentation se compose de deux mini-digesteurs de 2 m3 chacun, alimentés avec les effluents de l’élevage d’UniLaSalle. 

Des mini-digesteurs anaérobies de 2 m3 produisent sans oxygène du biogaz et du digestat. © UniLaSalle

Et pour aller jusqu’au bout de la logique de circuit court dans la production d’énergie, il s’agit également de permettre aux agriculteurs de cultiver des microalgues sur leur ferme. « Nous testons deux chaînes de production de microalgues, explique Thierry Ribeiro. Un système ouvert, le Raceway, qui ressemble à une piste de course avec un liquide qui transite dans un bassin, et un système fait de photobioréacteurs, des tubes fermés dans lesquels la solution nutritive doit passer (voir photos). » À titre de comparaison, on produit 0,5 g par litre d’eau de microalgues en système ouvert contre 2 g par litre en système fermé.

Un autre mode de production de microalgues : le photobioréacteur, un système dit fermé, qui serait plus productif. © UniLaSalle

Deux souches

Niveau temps de pousse, « cela dépend des souches », répond le chercheur, « souvent il faut compter entre 20 et 30 jours. » L’équipe s’apprête à tester deux types de microalgues : Chlorella et Scenedesmus. « Des souches bien connues, car elles sont faciles à cultiver. Certains les utilisent pour la production d’acides gras ou de protéines, ou encore pour des cosmétiques. »

Si les gains de productivité ne sont pas encore chiffrés, « nous ferons un bilan technico-économique à la fin, il faut que ce soit transférable et applicable. » Quant à l’arrivée des microalgues dans la cour de la ferme, « cela peut se déployer à très court terme, estime le chercheur. Même si dans les Hauts-de-France, l’ensoleillement n’est pas aussi fort qu’en Espagne ou en Afrique du nord, où les projets autour de microalgues pullulent. »

Lucie De Gusseme

Lire aussi : Inauguration du démonstrateur Algues 4 Biométhane (A4B)

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires