Votre météo par ville

Un toit partagé : quand les personnes âgées accueillent des étudiants

20-12-2023

Actualité

C’est tout frais

Depuis plus de 20 ans, l’association Générations et cultures propose aux personnes âgées des Hauts-de-France de vivre en colocation avec des étudiants. Mais finalement, c’est souvent bien plus qu’une simple transaction financière.

Pour Brigitte Caruyer et Valentin Parage, la colocation est un bon moyen de rompre l’isolement. © E. P.

À Farbus, dans le Pas-de-Calais (un peu plus de 615 âmes), Brigitte Caruyer, « 93 ans pour les démarcheurs téléphoniques, 83 ans en réalité », ancienne documentaliste, vit en colocation depuis septembre avec Al Amine, un étudiant soudanais. Ce n’est pas la première fois que Brigitte fait cela : « J’ai commencé à accueillir des étudiants avec Générations et cultures il y a environ 10 ans. Je crois me souvenir que c’est une connaissance qui m’en avait parlé et je me suis tout de suite lancée. J’avais de la place dans cette maison qui ne servait à rien ! Alors, autant que ça serve. »

Un lien avec l’étudiant

Et si elle fait cela depuis 10 ans, et bien qu’elle parle de tout cela avec beaucoup de détachement, il n’y a pas de hasard : Brigitte aime s’occuper des autres. « Al Amine parle très mal le français donc on a parfois un peu de mal à communiquer, commence-t-elle. Mais j’ai remarqué qu’il jouait parfois un peu de musique sur le piano du salon. Donc je l’ai fait ré-accorder… » C’est une succession de petites attentions que détaille l’octogénaire : « Il aime les raisins secs donc je lui fais des petits bols de temps en temps », « Pour être sûre qu’il a mangé le matin, je lui glisse une banane dans ses chaussures », « Je lui ai acheté un gilet fluo pour son vélo ». Pourrait-on dire qu’il y a de l’attachement ? Brigitte est pudique mais répond : « Oui un petit peu. Enfin rendez-vous compte, à 18 ans être loin de sa famille comme ça, loin de son pays… »

De son côté, Al Amine le lui rend bien : « Il est très serviable : il fait tout le temps la vaisselle, il balaie souvent, il a même balayé le garage ! Alors que je ne lui demande rien ! »

Rompre l’isolement des personnes âgées

En plus des menus services, Brigitte l’affirme, l’accueil d’étudiants permet aussi d’avoir « une présence ». Et c’est exactement pour ça que Générations et cultures, créée par les Petits frères des pauvres, a lancé cette activité il y a 20 ans. « Tout est parti d’un film appelé Xueiv (vieux à l’envers, ndlr) réalisé par l’association. Il avait été tourné dans le Nord-Pas de Calais et avait fait un peu de bruit à l’époque car il montrait une misère et un isolement social des personnes âgées », raconte Valentin Parage, coordinateur de l’association.

Et ça fait donc 20 ans que ça dure. Il faut dire que Générations et cultures a des statistiques qui feraient pâlir n’importe quel site de rencontre. « C’est vraiment très rare que des binômes ne fonctionnent pas. Pour chaque personne âgée, on réalise un entretien pour déterminer les attentes et les besoins de la personne. On parle des “règles” de la maison, mais aussi des goûts personnels. Puis, on fait la même chose avec les étudiants et on voit si ça matche ou non. »

À lire aussi : À Marles-les-Mines, l’Ehpad du Bon air va accueillir une microcrèche

Actuellement, Générations et cultures gère 90 binômes. « Nous étions plutôt à 150 avant le covid… Mais nous voyons que cela réaugmente fortement ! On a eu une explosion des demandes à la rentrée 2023. Il faut dire que les loyers (maximum 250 € dans les villes) sont attractifs et souvent ce sont des jeunes qui sont intéressés par ce type de colocation. »

En tout cas, une chose est sûre, Brigitte l’affirme : « Je pourrais vraiment conseiller de faire ça à tous ceux qui ont de la place chez eux et qui veulent de la compagnie ! » 

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires