Votre météo par ville

Pâques : Œufs, cloches, lièvres et autres poissons

28-03-2024

Actualité

Agenda

Cette année, Pâques tombe dimanche 31 mars, et avec lui des chocolats par milliers. Livrés par des cloches ailées ou des lièvres zélés, des œufs, parfois accompagnés de friture, viendront clore un repas fait d’agneau pascal, ou pas. On décrypte tous ces symboles.

Œufs, cloches, lapins… Pâques charrie un nombre de symboles impressionnant. © Pixabay

Comme d’autres fêtes tirant leurs origines dans la religion, Pâques charrie un nombre impressionnant de symboles, d’autant qu’ils varient selon l’endroit où l’on se trouve, non seulement dans le monde mais aussi en France. Petit décryptage pour savoir à quel saint se vouer (pour nous Saint-Cacao, c’est certain).

Du chocolat, on adore ça ! Mais pourquoi ?

Avant les douceurs chocolatées de toutes formes, de vrais œufs, décorés, permettaient de célébrer Pâques. Une tradition qui perdure d’ailleurs dans certains pays, où les œufs restent de véritables œufs de poules cuits durs et colorés, en rouge pour la Pâque orthodoxe par exemple, ou alors des œufs en bois peint en particulier dans les pays d’Europe de l’Est ou d’Europe centrale.

Le chocolat a été introduit au cours du XIVe siècle : les œufs frais sont vidés pour les remplir de chocolat liquide. En 1847, les frères Fry inventent un mélange « sucre, beurre de cacao, chocolat en poudre » qui permet d’obtenir une pâte molle que l’on peut verser dans des moules, rappelle le journaliste Tristan Gaston-Breton dans un article relatant l’histoire du chocolat en tablette, paru dans Les Échos en 2008. Le chocolat, qui n’était jusque-là consommé que comme boisson, peut désormais être croqué, et façonné sous de multiples formes par les confiseurs.

Pourquoi des œufs de Pâques ?

Depuis l’Antiquité, l’œuf symbolise le renouveau, la fertilité, incarnant une forme d’origine du monde. La période du printemps, avec le retour des plantes et les naissances, était ainsi célébrée par les Perses ou les Égyptiens en offrant des œufs.

Les chrétiens, plus tard, ont associé cette période de fin de carême (et de privations, avec l’interdiction de l’Église de consommer des œufs, qui s’accumulaient alors) et la résurrection de Jésus, en s’offrant des œufs, toujours dans la même symbolique. Bien qu’elle soit a priori directement liée au carême, les premiers textes qui parlent de cette tradition des œufs concernent l’Alsace et remontent au XVe siècle, époque à laquelle le jeûne du carême catholique avait été considérablement allégé.

Mais alors, qui des cloches ou du lièvre ?

Cloches ou lièvre pour apporter les chocolats, ça dépend où ! Les œufs de Pâques marquent le renouveau on l’a dit : de la nature pour les païens et autres athées, de Jésus pour les chrétiens. De la même façon, le mode de livraison dépend de l’origine géographique et, c’est lié, de la religion convoquée.

Dans une bonne partie de la France, ce sont les cloches qui livrent les chocolats dans les jardins, après les avoir survolés avec leurs petites ailes. Pourquoi des cloches ? Car celles-ci s’arrêtent de sonner à partir du Jeudi Saint, en signe de deuil, et se remettent à sonner dès le dimanche de Pâques. C’est ce jour-là qu’elles apportent les œufs en chocolat, sur le chemin du Vatican, siège de l’Église catholique à Rome.

Mais dans le Nord-Est de la France, en particulier en Alsace, comme c’est le cas en Allemagne qui partage une tradition luthérienne avec la région, c’est un lièvre qui se charge des livraisons. Une tradition qui a d’ailleurs traversé l’Atlantique puisqu’aux États-Unis, c’est bien l’« Easter bunny », ou lapin de Pâques, qui apporte les chocolats. Une origine à chercher du côté des fêtes païennes et de la déesse Eostre en particulier (qui donnera Easter en anglais et Öster en allemand), le lièvre, ou lapin, incarnant lui aussi le renouveau printanier et la fécondité.

Et la friture, tiens ?

Mais oui, vous savez, ces petits chocolats en forme de poissons noirs, au lait ou, ce sont les meilleurs, au praliné : c’est quoi encore que ce symbole ? Les fritures sont une tradition faisant référence à une pêche miraculeuse qu’aurait faite Jésus, encore lui, après sa résurrection, selon la Bible. Les chocolatiers se sont mis depuis à confectionner de petites pièces symbolisant poissons, crustacés et autres coquillages en chocolat.

La poule, puis les canards et autres poussins, seraient une forme d’extension de l’univers de ces premiers symboles : les poules pondant des œufs et les animaux de la basse-cour venant accompagner cette dernière sans autre forme de symbolique.  

Et l’agneau Pascal alors ?


En plus du chocolat, la dégustation d’agneau, le dimanche ou le lundi de Pâques fait également partie
des traditions. Son origine trouve sa source dans les religions. Dans la religion juive, le dieu Yahvé prévient Moïse, alors en train de préparer l’exil des Hébreux hors d’Égypte, que la mort doit frapper tous les nouveau-nés pour punir le Pharaon. Pour protéger les nouveau-nés hébreux, Yahvé donne ses instructions : chaque famille devra sacrifier un agneau, en recueillir le sang et en barbouiller la porte de sa maison afin qu’il sache quelles familles épargner. Dans la religion chrétienne, l’agneau symbolise Jésus,
souvent désigné dans la Bible comme un agneau. L’agneau pascal rôti vient aussi de l’Ancien Testament
puisque Dieu précise que les agneaux sacrifiés ne devront pas être mangés « à moitié cuit ou bouilli ;
tout sera rôti au feu, y compris la tête, les jarrets et les entrailles ».

Que fête-t-on à Pâques ?


Pour les chrétiens, Pâques est l’une des fêtes les plus importantes, avec Noël. Elle célèbre la résurrection du Christ, qui symbolise le passage de la mort à la vie. Le dimanche de Pâques vient clore la semaine
Sainte : le Jeudi saint, Jésus avait pris son dernier repas avec les douze apôtres, il a ensuite été arrêté, jugé et condamné à mort. Il est crucifié, le lendemain, le Vendredi saint, avant de ressusciter le dimanche de
Pâques. Le lundi de Pâques, lui, célèbre la fin des 40 jours du Carême, période de jeûne et de recueillement chez les chrétiens. Chaque année, le jour de célébration de cette fête change car elle est
fixée non pas sur notre calendrier mais en fonction du calendrier lunaire. En effet, la célébration de Pâques coïncide avec le retour du printemps, elle a lieu le premier dimanche suivant la pleine lune après
l’équinoxe de printemps. Ce jour est toujours situé entre le 22 mars et le 25 avril.

J. D. P. Avec E. P. Et H. G.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires