Votre météo par ville

Lycée de Savy-Berlette : Au plus près de la réalité du terrain

11-04-2024

Actualité

#Tracetonsillon

Chaque mois nous allons à la découverte d’un établissement agricole. Pour ce nouveau volet, c’est le lycée d’enseignement professionnel agricole privé de Savy-Berlette, spécialisé dans l’agroéquipement et la maintenance mécanique, qui nous a ouvert ses portes.

Le lycée d’enseignement professionnel agricole privé (Leap) se situe à Savy-Berlette, entre Arras et Saint-Pol-sur-Ternoise dans le Pas-de-Calais. À sa tête, Grégoire Cabot revient en cinq points sur les spécificités de son établissement.

1. Son histoire

Le lycée a été créé en 1946. « À l’origine, c’était une école de mécanique agricole, elle formait des agriculteurs quelques semaines par an, notamment en hiver, détaille le directeur, puis la formation continue a fait son apparition en 1976 et l’apprentissage est arrivé en 1995. » Les spécialités de l’établissement restent l’agroéquipement et la maintenance mécanique pour le matériel agricole. Il propose 19 formations.

L’établissement accueille des jeunes à partir de la 4e en enseignement agricole, ils ont ici la possibilité de passer des CAP, des Capa, des bac pro ou encore des BTS.

Le lycée propose aussi de la formation continue avec des CQP (certificat de qualification professionnelle), des CS (certificat de spécialisation) ainsi que des BPREA (Brevet professionnel responsable d’entreprise agricole). « Cette année, nous accueillons 180 élèves en statut scolaire, 280 apprentis et 60 personnes en formation continue. » Le Leap organise également des formations aux entreprises, « on s’adapte à leurs besoins. Dernièrement nous avons fait une formation soudure à destination des salariés de Brioche Pasquier ».

2. Ses infrastructures

Du fait de sa spécialité, l’établissement dispose d’un atelier de 4 000 m2 pour les travaux pratiques, un paradis pour les amoureux de tracteurs et autres engins ! « Les élèves peuvent y apprendre dans les mêmes conditions qu’un atelier professionnel, avance Grégoire Cabot, et nous avons de nombreux partenariats avec des concessionnaires et des constructeurs, cela permet d’avoir du matériel neuf tous les ans, les élèves s’entraînent donc sur du matériel récent. » Trois hectares sont également dédiés à la conduite d’engins.

Après les vacances de Pâques, les élèves auront classe dans un bâtiment flambant neuf de 2 000 m2. Et comme tous les établissements, le Leap de Savy-Berlette possède des laboratoires de physique chimie, des salles informatiques, un CDI ainsi qu’un terrain de foot.

Après les vacances de Pâques, les élèves auront classe dans un bâtiment flambant neuf de 2 000 m2.

Le lycée dispose également d’un internat de 310 places, « 90 % de nos élèves sont internes. Beaucoup viennent de loin, notamment pour les formations post-bac, nous avons des gens de toute la France. »

3. La philosophie

« Notre slogan est “former des jeunes professionnels, par des professionnels pour des professionnels”, insiste le directeur. « Notre objectif est d’être en lien avec la réalité du monde du travail. » L’apprentissage fait partie de l’ADN du Leap de Savy-Berlette. La loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel a d’ailleurs changé les choses en la matière : « Avant, on se tournait vers l’apprentissage lorsque l’élève était en difficulté scolaire, aujourd’hui ce n’est plus le cas », se réjouit le chef d’établissement. Cependant, il rappelle que cette modalité de formation ne correspond pas à tout le monde, « il faut un minimum d’autonomie et de rigueur dans le travail car le jeune va devoir gérer son temps scolaire et son temps en entreprise. »

« Notre slogan est “former des jeunes professionnels, par des professionnels pour des professionnels”, insiste le directeur, Grégoire Cabot.

4. Ce qui a changé en 10 ans

L’offre de formation s’est étoffée, « nous avons ouvert un CAP métier de l’agriculture mais aussi un Bac pro agroéquipement », liste Grégoire Cabot. Avant le nouveau bâtiment de salles de cours, la cantine, l’internat ainsi que l’atelier d’agroéquipement ont été rénovés. Dernière nouveauté, le lycée s’est aussi doté d’un nouveau logo : « Nous avons gardé les mêmes symboles, l’engrenage mécanique, le bonhomme en forme d’épi de blé et les champs qui nous correspondent bien, mais nous l’avons modernisé », explique le chef d’établissement.

5. Ses projets

Dans les années à venir, le recrutement des élèves sera une priorité pour le Leap. « Il faut aller chercher davantage d’élèves, le ministère de l’Agriculture, dont nous dépendons, souhaite que nous formions 30 % de jeunes en plus alors que nous arrivons dans une période de creux démographique. Autrement dit, il va falloir former plus de jeunes alors qu’il y en aura moins… », explique Grégoire Cabot. Une des solutions : aller chercher les jeunes qui sont sortis du parcours scolaire. Il peut s’agir, par exemple, de personnes ayant déjà fait des études et qui souhaitent se réorienter.  

Une (très très) grande majorité de garçons

Près de 98 % des élèves sont des garçons au Leap de Savy-Berlette. Pourtant les métiers auxquels prépare l’établissement ne sont pas réservés aux hommes : « Les femmes sont évidemment les bienvenues. C’est un secteur où il y a beaucoup d’offres d’emploi non pourvues et les filles y ont toute leur place, assure Grégoire Cabot, le directeur. Elles sont tout aussi capables de conduire des tracteurs que les hommes, et même lorsqu’on part dans la mécanique, les charges sont tellement lourdes qu’aujourd’hui tout est mécanisé. » Chaque année, l’établissement va à la rencontre des collégiens via le bus découverte : « On leur explique les métiers auxquels nous formons en insistant sur le fait qu’ils sont accessibles aussi bien aux hommes qu’aux femmes. »

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires