Votre météo par ville

Point météo : Mai 2023, entre instabilité et ensoleillement

09-06-2023

Actualité

Hors-champ

Rendez-vous chaque début de mois avec Patrick Marlière, directeur du bureau d’expertise météorologique Agate. Notre expert fait le bilan du mois écoulé. Et se projette sur celui à venir, sans oublier de nous décrypter le dicton météo du mois.

Du soleil et les blés balayés par les vents, ici à Raimbeaucourt, dans le Nord.
Du soleil et les blés balayés par les vents, ici à Raimbeaucourt, dans le Nord. © AGATE

Le mois de mai 2023 a offert un visage en demi-teinte sur la région des Hauts-de-France. La première quinzaine du mois a été marquée par un temps plutôt perturbé, avec des pluies persistantes.

En revanche, la deuxième quinzaine du mois a été marquée par un vent persistant du nord-est. Cette direction du vent, plus caractéristique de l’hiver, a permis de tempérer l’atmosphère et de conserver une certaine fraîcheur durant la journée, malgré l’ensoleillement accru.

Cette conséquence d’un puissant anticyclone au-dessus des îles britanniques, parce qu’il “inverse” le sens des vents. Il inverse aussi la norme en termes de Nord et Sud : depuis des semaines, il fait meilleur temps dans la moitié nord du pays que dans la moitié sud.

Les derniers jours du mois de mai ont été marqués par une ambiance estivale. Les températures grimpant pour atteindre des niveaux typiquement observés en juillet. On a ainsi eu une transition brutale et rapide du temps frais et pluvieux du début du mois, à un temps estival à la fin du mois.

Patrick Marlière. Directeur du bureau d'expertise météo Agate.
Patrick Marlière. Directeur du bureau d’expertise météo Agate. © Agate

Pas une goutte depuis le 16

Du côté des précipitations, Lille a enregistré une pluviométrie supérieure à la normale. Avec 73,6 mm de pluie, soit un excédent de près de 19 %. À l’inverse, Boulogne a connu un déficit de pluviométrie de près de 56 %, avec seulement 24,8 mm de pluie. Quant à Saint-Hilaire, Dunkerque, Valenciennes, Cambrai et Le Touquet, ils ont enregistré respectivement des déficits de 16 %, 60 %, 10 %, 10 % et 69 %.

Il est important de souligner qu’aucune pluie n’est tombée depuis le 16 mai. Ce qui renforce les préoccupations concernant la sécheresse dans la région, en particulier en considérant le contexte des sécheresses récurrentes de ces six dernières années. Les pluies d’avril et de début mai ont légèrement amélioré la situation. Mais elles n’ont guère eu d’impact sur les nappes phréatiques. Sans oublier les vents, qui assèchent encore les sols.

Températures normales

Sur le plan thermique, Lille a enregistré une température moyenne maximale de 18,5 °C, légèrement supérieure à la normale. Tandis que la température moyenne minimale a été de 9,5 °C.

À Boulogne, la température moyenne maximale a été de 15,3 °C et la moyenne minimale de 9,8 °C. Des valeurs en accord avec les normales de saison.

Une mention spéciale doit être faite concernant la présence de petites gelées matinales très tardives, notamment dans la campagne Valenciennoise, avec une température de 3,5 °C sous abri relevée le 16 mai.

Côté ensoleillement, Le Touquet a bénéficié de 275 heures d’ensoleillement, largement au-dessus de la normale de 209,8 heures pour le mois de mai.

Pour Valenciennes, ce sont 220 heures d’ensoleillement qui ont été comptabilisées, soit aussi un excédent par rapport à la normale de 195,7 heures. Cet excédent d’ensoleillement est attribuable à la présence des hautes pressions en deuxième quinzaine du mois.

Face à ces conditions, et dans la perspective d’une possible dégradation de la situation, l’ensemble du département est placé en vigilance sécheresse. Les usagers sont invités à diminuer leurs consommations d’eau potable ainsi que leurs prélèvements dans le milieu naturel pour ne pas porter atteinte à la ressource.


Juin et juillet chauds : attention aux orages !

Après un coup de chaud en fin de semaine, une dégradation orageuse devrait atteindre les Hauts-de-France en fin de week-end. D’abord annoncée lundi par les modèles météo, elle pourrait atteindre la région dès dimanche. Impossible de savoir où l’orage tombera précisément ni même la puissance de l’orage mais tout prête à penser qu’il pourrait être violent à l’image des fortes intempéries connues par le sud depuis quelques jours (forte activité électrique, grêle, précipitations records). C’est l’une des plus grosses inconnues du dérèglement climatique et une source première de vigilance, notamment pour l’agriculture. En juin 2022, de forts orages avaient notamment provoqué des inondations à Beauvais. « On se demande si 2022 est devenue la nouvelle année de référence. 2023 semble prendre le même chemin. »

Le dicton du mois 

“S’il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard” à moins que…

Si l’on en croit le dicton, il devrait faire sec cet été. © Pixabay

Ils n’ont clairement aucune valeur scientifique mais les dictons font la pluie et le beau temps depuis toujours. Petite explication de texte chaque mois.

Selon ce dicton, s’il pleut le jour de la Saint-Médard (le 8 juin), cela annonce une période de pluies durant les 40 jours qui suivent. Cela s’inscrit dans la tradition des “quarantaines” dans les dictons météorologiques, périodes de 40 jours pendant lesquelles le temps du jour en question se reproduirait. Il existe cependant une exception à cette règle, exprimée dans un autre proverbe.

À moins que Saint-Barnabé (qui a lieu le 11 juin) ne lui coupe l’herbe sous le pied.

S’il fait beau le jour de la Saint-Barnabé, alors le temps devrait rester clément pendant les 40 jours qui suivent, annulant ainsi la prédiction de la Saint-Médard.

Le proverbe de la Saint-Médard trouve ses origines en France, dans les croyances populaires liées à la météorologie et l’agriculture. Saint Médard lui-même était un évêque de Noyon, dans le nord de la France au VIe siècle. Il est réputé pour ses miracles liés à la météorologie. Une légende raconte notamment qu’un jour de pluie, un aigle aurait volé au-dessus de lui pour le protéger de la pluie avec ses ailes.

Cette année, c’est du beau temps qui était annoncé le 8 juin, et de la pluie le 11. Si même les bons vieux dictons marchent sur la tête…

Propos Recueillis Par Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Météo : Vers un été sous restrictions en eau

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires