Votre météo par ville

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats

30-05-2024

Actualité

C’est tout frais

Champion de l’engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l’ancien agriculteur dunkerquois aspire désormais à passer le relais.

1954 : Naissance de Francis Vermersch à Téteghem. © L. T.

S’il n’avait pas été agriculteur, Francis Vermersch aurait choisi le métier de professeur d’histoire, confie-t-il en déambulant entre les blockhaus, là-haut, dans le Dunkerquois. Le (bientôt) septuagénaire a emprunté la voie de ses ancêtres et repris la ferme familiale, rue Albert-Vermersch – du nom de son grand-père – à Uxem. La bâtisse a connu la guerre et, démolie par l’ennemi, une seconde jeunesse. C’est le fils, désormais, qui l’occupe avec sa famille. Francis Vermersch, lui, a franchi par amour les limites du village pour Téteghem lorsqu’a sonné l’heure de la retraite, mais vote toujours à Uxem, croit-il bon de préciser.

Le « kakernesche »

Il raconte cette histoire, la sienne, les yeux parfois rivés sur son antisèche pour détailler ses engagements. La liste est longue, autant que les années associées. Président du syndicat local pendant 40 ans, président du syndicat cantonal et de l’arrondissement pendant 10 ans, administrateur de la coopérative L.A. linière pendant 20 ans, trésorier du Geda (groupe d’études et de développement agricole, ndlr) des Flandres maritimes pendant 35 ans, administrateur du Crédit mutuel de Desvres pendant 36 ans (dont 23 en tant que président), et ce n’est pas tout. Trésorier de l’association Novagri et responsable de l’organisation de trois éditions de Ferme en ville à Dunkerque et Gravelines. Président de la section de chasse de la FDSEA du Nord car « il a le défaut d’être un chasseur », sourit-il. Fredon, Confédération générale des planteurs de betteraves, société d’agriculture de Bergues « qui a un seul but : organiser la foire des Rameaux », poursuit-il.

Et puis il y a la Safer. Il y entre en 2007 en tant qu’administrateur, préside le comité technique et rejoint le comité de direction en 2013. Une mission « très intéressante mais à haut risque, côté critiques », considère-t-il. « Quand vous devez octroyer une préférence pour l’achat de terre à un parmi 30, il y a 29 déçus, calcule-t-il. La mort dans l’âme, vous devez ensuite annoncer cette décision. Mais les reproches, finalement, ce n’est pas grave, car on choisit en son âme et conscience ».

Parmi ses fiertés, l’agriculteur cite un combat mené en duo avec son ami de longue date, Hubert Vanderbeken. Les deux hommes ont remué ciel et terre pour des terres, justement, « incultes », repérées parmi des pages et des pages de recensement. Plus de 200 hectares en parcelles de moins de 2,5 hectares, « en extrapolant, on estimait à 500 hectares les terres non cultivées du Nord », souligne celui qui a pris du temps et de l’énergie pour remettre en culture « un hectare par ci, un hectare par là. »

Ses missions pour la Safer cesseront bientôt. Il est temps de lever le pied, sa santé le lui a durement rappelé ces derniers mois. Il est temps aussi, de laisser la place aux jeunes, dit celui qu’on surnommait « le kakernesche » (traduisez « le plus jeune ») lorsqu’il est entré au conseil municipal pour un mandat.

La féroce envie d’aider

Car son engagement ne se limite pas à l’agriculture, loin de là. L’ancien footballeur amateur a fait partie de ceux qui ont créé le club du village, histoire de réunir les gens – ceux de l’ancien village et des nouveaux lotissements – autour du ballon rond. « On a démarré de zéro, semé le terrain de foot, construit le vestiaire », se souvient le sportif qui a, depuis, rangé les crampons.

Le pratiquant fait aussi partie d’un groupe de chrétiens en milieu rural, et n’a « pas peur d’afficher [sa] foi ». C’est important, dit-il, de faire partie d’un groupe, surtout quand on traverse des épreuves. Derrière son sourire, se cachent des drames, la perte de sa fille puis de son épouse. L’homme s’en est relevé avec une féroce envie d’aider les autres. Il a rejoint le réseau Sentinelles de la MSA qui veille sur celles et ceux qui rencontrent des difficultés. La force du collectif, c’est aussi ça, pour lui, « être plus forts à plusieurs » avec toujours cette résolution : « pouvoir sauver des vies ».

A lire aussi : Comment devenir une sentinelle de la MSA

La retraite n’annonce pas la fin de l’engagement, le syndicat des anciens exploitants lui a déjà « mis le grappin dessus. » Ils sont plus de 900 retraités agricoles dans les environs de Bergues, Francis Vermersch n’est « pas près de s’ennuyer ».

Sur sa ferme, la relève est assurée. Son fils Alexandre cultive sur ses traces céréales, betteraves, lin, et de plus en plus de pommes de terre. Les deux hommes ont installé, dès 2011, 1 800 m² de panneaux photovoltaïques, un « pari risqué à l’époque avec un gros investissement : il fallait y croire ! » Ils y ont cru, « sans regret ».

Quant à la relève de la relève, peut-être poursuivra-t-elle l’histoire familiale. Le petit-fils de 4 ans agitait en tout cas le drapeau de la FDSEA lors des dernières manifestations, Francis Vermersch n’en cachait pas sa fierté… Un futur champion de l’engagement ? 

Francis Vermersch en quatre dates

1973. Un bac agricole en poche, il souhaite poursuivre les études mais son père le réclame à la ferme.

1980. Il prend la présidence du syndicat local de la FDSEA du Nord et le reste 40 ans.

2007. Il entre à la Safer dont il préside le comité technique de 2013 à fin 2024.

2013. Son fils le rejoint sur l’exploitation puis prend les rênes, seul, deux ans plus tard.

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires