Votre météo par ville

Il veut faire inscrire « l’art de la boucherie artisanale » à l’Unesco

11-09-2020

Actualité

Les rencontres

Victor Dumas, jeune boucher de 21 ans, rêve de faire reconnaître « l’art de la boucherie artisanale française » au patrimoine immatériel de l’Unesco. Il s’est lancé, le 7 septembre 2020, depuis Le Touquet (62), pour un tour de France à la rencontre des acteurs de la filière.

Nicolas Kinget, boucher du Touquet (62), et Victor Dumas, jeune boucher, lors de son départ pour un tour de France. © DR

C’est un petit nouveau dans le métier, mais il voit déjà grand. Convaincu que le savoir-faire de la boucherie française est unique, et surtout à sauvegarder, Victor Dumas, boucher passionné, se lance dans une quête inédite : décrocher l’inscription de cette pratique à l’Unesco. Pour peaufiner le montage de son dossier, il part à la découverte des différentes facettes de la profession.

Soutenu par ses pairs

Ce louable projet découle de son parcours, au palmarès bien garni. La boucherie est une vocation pour cet artisan qui, depuis son plus jeune âge, a souhaité en faire son métier. En 2016, à tout juste 17 ans, Victor Dumas remporte le titre de « meilleur apprenti boucher de France », après être devenu meilleur apprenti de son département et de sa région d’origine (Auvergne Rhône-Alpes). Deux ans plus tard, son talent est reconnu au niveau international puisque c’est avec la 3e place au concours mondial des apprentis bouchers qu’il rentre de Belfast (Irlande du Nord).

La boucherie Kinget du Touquet propose de la viande Label rouge. © DR

« En participant à ces challenges et en me mesurant aux autres, je me suis rendu compte qu’en France, nous avions des techniques propres et un savoir-faire ancestral, explique Victor Dumas. Je remarque aussi que, pourtant, le métier de boucher est souvent montré du doigt, critiqué ou en perte de vitesse. Des établissements ferment, sans pouvoir transmettre leurs compétences, faute de repreneurs. De ce constat général est née l’idée de faire reconnaître la boucherie artisanale française à l’Unesco pour lui redonner toutes ses lettres de noblesse. »

Soutenu par la CFBCT, Confédération française des bouchers, bouchers-charcutiers, traiteurs, Victor Dumas s’est mobilisé en 2019 pour aller à la rencontre de ceux qui font vivre son métier. D’un centre de formation à Avignon au musée de la boucherie de Limoges, en passant par des restaurateurs, il a travaillé à convaincre la profession à se mobiliser en faveur de la défense et de la promotion d’une tradition spécifique qui dépasse d’ailleurs les seuls intérêts de la filière. À travers ces commerces de proximité, c’est aussi le dynamisme des territoires et de leurs éleveurs qui est en jeu. 

Six étapes en 10 jours

Victor Dumas donne en 2020 une nouvelle dimension à sa démarche. Il est parti le 7 septembre du Touquet (62) pour un tour de France qui met l’accent sur les innovations qui feront la boucherie de demain. « Je tiens à montrer que le métier, même si c’est l’un des plus anciens qui existe, a su évoluer. Être boucher, c’est sélectionner les animaux, travailler la viande, la sublimer, être au contact des consommateurs. »

Le tour de France de Victor Dumas se veut aussi médiatique. L’occasion de parler du métier de boucher. © DR

Son périple compte six étapes, sur 10 jours. Le point de départ a été donné chez Nicolas Kinget, boucher du Pas-de-Calais qui commercialise des produits Label rouge. Le professionnel a un credo clair : « Manger moins de viande, mais de meilleure qualité ». Victor Dumas a ensuite fait, mardi 8 septembre, une immersion dans les coulisses de l’Élysée avec Roger Yvon, boucher, fournisseur officiel depuis plus de 40 ans, et Guillaume Gomez, qui dirige les cuisines. À Paris, le boucher voyageur a également pu échanger avec un ancien candidat de Top chef qui a ouvert un restaurant-boucherie

La quatrième étape se fera à Saint-Junien (Haute-Vienne), où le jeune Victor s’intéressera à la mode pour bouchers, avec la maroquinière Rebecca Larapidie qui confectionne des tabliers « éthiques » en cuir. Puis direction les Hautes-Pyrénées pour retrouver Thierry et Stéphanie Manse, couple de bouchers et discuter circuit court et casiers réfrigérés autonomes.

Enfin, avec Valérie Soucaze, éleveuse dans la même région, le nouveau porte-drapeau de la filière découvrira l’univers des capteurs qui permettent de prévenir quand l’animal va mettre bas et évoquera la question du bien-être animal. « J’espère alors avoir les cartes en main pour poursuivre le montage du dossier pour l’Unesco », conclut Victor Dumas qui souhaite ouvrir sa propre boucherie d’ici cinq ans. En attendant, cet amateur de défis tentera sa chance avec l’équipe de France de boucherie pour remporter le titre de « meilleur jeune boucher du monde » au World butchers challenge de Sacramento (USA) en 2021.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires