Votre météo par ville

« La laiterie nous a demandés de diminuer les volumes »

09-04-2020

Actualité

Élevage

Mathieu Delporte est éleveur à Coutiches, dans le Nord. Aujourd’hui, en raison du confinement, il produit 5 000 yaourts par semaine au lieu des 15 000 habituels. Il témoigne.

Alice et Mathieu Delporte de la Ferme de la Défière à Coutiches (59).
Alice et Mathieu Delporte de la Ferme de la Défière à Coutiches (59). © DR

Mathieu Delporte est éleveur laitier à la ferme de la Défière à Coutiches (59). Pour écouler une partie de sa production, il livre désormais lui-même le mardi à Lille et le jeudi à Douai. « C’est chronophage, sans compter le boulot à côté : quand je ne m’occupe pas de la gestion, je suis dans les champs pour nourrir les vaches », raconte l’éleveur.

Pour lui, la plus grosse perte concerne la restauration collective. Deux tiers de ses yaourts allaient vers les cantines scolaires et les maisons de retraite. Aujourd’hui, Mathieu Delporte produit 5 000 yaourts par semaine au lieu des 15 000 habituels. Une part continue toutefois d’être vendue à la ferme et la majorité en GMS. « Même si l’Intermarché de Masny a fermé, les volumes des commandes ont augmenté dans d’autres, comme ceux de Râches et de Mons-en-Barœul », explique-t-il.

Mathieu Delporte de la Ferme de la Défière à Coutiches (59).

Diminuer les volumes

Pour l’instant, bien que compliquée, la situation de la ferme de la Défière reste viable. « Notre lait est collecté. Cela dit, la laiterie nous a demandé de diminuer les volumes. Je suis inquiet pour la suite, car si on ne le fait pas, le prix du lait risque de chuter. Mais à la sortie du confinement, les vaches auront du mal à se remettre à produire autant », décrypte l’éleveur.

Lire aussi : La filière lait appelle à réduire la production

Parmi les solutions pour faire face à la crise sanitaire, « diversifier notre activité serait envisageable. Mais il faudrait que ça dure dans le temps », poursuit Mathieu Delporte. Au-delà du besoin urgent d’écouler les stocks, « l’après-confinement » est déjà dans les esprits.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Fruits et légumes : Booster la filière régionale
L'interprofession des fruits et légumes frais s'implante en région. Objectif : promouvoir la consommation de fruits e [...]
Lire la suite ...

Influenza aviaire : enrayer l’épidémie
La France a détecté le 26 novembre un foyer dû à une souche hautement pathogène (IAHP) dans un élevage de poules p [...]
Lire la suite ...

Le Salon Interpom a enfin eu lieu, sous de bons auspices
Après un report d'un an, le salon Interpom a enfin eu lieu à Courtrai, du 28 au 30 novembre, avec l'ambition de « re [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires