Votre météo par ville

La filière lait appelle à réduire la production

09-04-2020

Actualité

Élevage

Le marché du lait est très incertain avec la crise. Les échanges internationaux perturbés et la fermeture de la restauration hors foyer sont les principales causes. Pour faire face, la filière laitière incite ses producteurs à réduire les volumes produits.

ferme jean louis maillard, hesdin l abbe vacher laitière © Anne-Sophie Flament
Le président de la FNPL appelle « les éleveurs à diminuer en avril leur production laitière de 2 à 5 % par rapport à leur production du même mois de l’année passée. » © Anne-Sophie Flament

La crise sanitaire n’épargne pas les producteurs de lait. Cette épidémie plombe les marchés. La réduction des volumes achetés en est la principale cause.

D’un côté, les échanges internationaux sont suspendus. De l’autre, les volumes consommés par la restauration hors domicile ne sont pas reportés vers ceux consacrés à la consommation domestique. Selon l’Institut de l’élevage, « les prix de la poudre de lait pourraient, en un mois, passer en dessous du prix d’intervention ». Ce seuil correspond à un prix à partir duquel la Commission européenne achète les excédents de lait sous forme de poudre dans le but d’assurer les équilibres.

Face à la chute des cours, « les prix payés aux producteurs au printemps pourraient revenir au niveau de 2019 », alerte Gérard You, économiste à l’Institut de l’élevage lors d’un webinaire le 2 avril 2020.

Lire aussi le témoignage de Mathieu Delporte, éleveur dans le Nord.

Une baisse de 2 à 5 % de la production demandée

Pour atténuer les effets de la crise, le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) propose la création d’un fonds de solidarité. D’un montant de 10 millions d’euros, il permettrait d’indemniser les éleveurs qui réduiraient leur production. Une démarque qui se ferait sur la base du volontariat.

Pour cela, Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait, appelle « les éleveurs à diminuer en avril leur production laitière de 2 à 5 % par rapport à leur production du même mois de l’année passée. » Selon, lui, cet effort commun permettrait de réduire la production d’avril de 30 millions de litres.

Prioriser les leviers réversibles

Par ailleurs, l’interprofession réclame l’ouverture du stockage privé européen. Dans une note, l’Institut de l’élevage annonce « que des mesures communautaires, gouvernementales et interprofessionnelles pourraient être décidées pour aider les éleveurs et la filière dans cette situation très particulière de régulation des volumes et d’aides à la perte de résultat d’exploitation notamment ».

Toutefois, assurer la pérennité des exploitations reste la priorité des éleveurs. L’institut, toujours dans sa note, incite les producteurs à utiliser certains leviers afin de moduler les volumes.

« Ils passent par l’ajustement de la ration (concentré de production, concentré azoté), une lactation raccourcie (tarissement), l’anticipation des réformes, la monotraite, et la distribution du lait aux veaux. La pertinence économique de ces leviers est à calculer en fonction du prix du lait, des éventuelles indemnités et des économies potentielles de charges. Toutefois, il faut privilégier ceux facilement réversibles, car des retournements de conjoncture peuvent intervenir. »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires