Votre météo par ville

Tempête Eunice : un appel aux bénévoles a été lancé

03-03-2022

Actualité

Terre à terre

Aucun secteur n’a été épargné par la tempête dans la région. Les maraîchers sont parmi les plus touchés. Deux semaines après le passage d’Eunice, le recensement des dégâts est toujours en cours. Un appel aux bénévoles a été lancé pour prêter main-forte aux producteurs sinistrés.

Sur son passage, la tempête Eunice a détruit ou endommagé de nombreuses serres dans le Nord-Pas de Calais, comme ici aux Herbes folles, à Wavrin. © MARINE FLORENT – LES HERBES FOLLES

Quinze jours après le passage de la tempête Eunice sur la région, les chiffres continuent de grimper jour après jour. ” Au 1er mars, on estime à 1,4 million d’euros les dégâts subis par les maraîchers ” dans les Hauts-de-France, chiffre Basile Decrock, coordinateur et technicien en maraîchage chez Norabio.

Montant des dégâts matériels, coût de la main-d’œuvre pour la remise en état des serres et bâtiments, pertes de production, pertes du chiffre d’affaires immédiat et pour l’année à venir, les professionnels tentent de n’oublier aucun des postes touchés par la tempête. Le but : tenter d’estimer au plus juste la facture des dégâts et recenser les besoins.

Aucun secteur épargné

Particularité de la tempête Eunice : aucun secteur géographique n’a été épargné dans le Nord et le Pas-de-Calais. C’est ce que constate Anne Coupet, présidente du Pôle légumes région Nord.

Les maraîchers équipés de serres sont parmi les plus touchés au niveau agricole. ” Nous sommes encore en train de collecter les données pour mesurer l’ampleur des dégâts, explique-t-elle. Une chose est sûre, il y a aura un coût conséquent de remise en état.” Basile Decrock estime les dégâts chez les maraîchers touchés, ” en moyenne, entre 500 et 1 000 m² par ferme”.

Comme chez Marine Florent, maraîchère à Wavrin : 1 000 m² de serres – soit la moitié – ont été débâchés, les pignons sont abîmés, les arceaux pliés. “Les experts ne sont pas encore passés sur la ferme, alors pour l’instant, on ne peut pas réparer.” Avec le taux de vétusté qui augmente chaque année, Marine risque de n’obtenir qu’une compensation maximum de 40 % sur ses serres de cinq ans. ” Ce n’est pas normal sur de tels outils, indispensables pour produire des légumes sur le territoire “, déplore-t-elle.

La maraîchère est à l’initiative, avec d’autres, d’un recensement des dégâts et pertes des producteurs. “La liste permet d’avoir une vue d’ensemble pour la Préfecture, la Direction départementale des territoires et de la mer, l’État. L’enjeu est d’obtenir la reconnaissance de calamités agricoles, avec la mise en place d’un fonds d’urgence”, explique-t-elle.

L’enjeu est d’autant plus de taille que beaucoup de maraîchers, pour des raisons de coûts, ne sont pas assurés pour leurs serres, s’inquiète Anne Coupet.

Les demandes devraient continuer d’affluer encore quelques jours. “Certains producteurs sont encore choqués de l’ampleur des dégâts”, confie Marine Florent, et peinent à les chiffrer.

Appel aux bénévoles

Pour recenser celles et ceux disposés à prêter main-forte aux producteurs victimes de la tempête, la coopérative Norabio a lancé un appel aux bénévoles pour aider les producteurs à remettre en état leurs équipements de production. Le besoin est urgent alors que le printemps arrive et avec lui le gros démarrage de la saison de production.

Une centaine de personnes se sont portées volontaires, listées dans un fichier transmis aux producteurs pour qu’ils puissent contacter directement les bénévoles de leur secteur. “Tant que les experts ne sont pas passés, il est difficile d’organiser les chantiers de mise en état et réparation, qui devraient se tenir à partir de la mi-mars“, précise Basile Decrock.

La question de l’évacuation des déchets va aussi rapidement se poser. Pas question de déposer le plastique dans une simple poubelle. ” Le plastique des serres fait partie de la filière Adivalor “, souligne Gaël Denizart, responsable du pôle performance collecte à Adivalor. ” Les maraîchers peuvent faire appel à nos services pour l’enlèvement, l’écocontribution APE (agriculture, plastique et environnement, ndlr) permettant en effet la reprise des serres usagées “. Mais il faudra très sûrement que les agriculteurs se regroupent car “le seuil d’enlèvement est de deux tonnes minimum“. Quelques demandes ont d’ores et déjà été enregistrées.

Des dégâts aussi pour les éleveurs

Les éleveurs n’ont pas été épargnés par la tempête Eunice. Dans le Béthunois, sur la plaine, des vents à 140 km/h ont balayé l’exploitation d’Alain Chaudez, agriculteur au sein du Gaec de Fontenelle à Labeuvrière (62). La tempête a eu raison de la toiture de la maison d’habitation, qui s’est envolée. ” Nous avions quitté les lieux quelques minutes avant. La cheminée est tombée juste derrière nous. ” Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. Mais les dégâts sont bien réels. Outre la maison qui a perdu son toit, la toiture, en tombant, a largement endommagé le bâtiment d’élevage, juste à côté, épargnant le troupeau de bovins allaitants. Un dossier d’assurances est en cours avec Groupama qui estime le montant des dégâts à 90 000 €. 

Au nord de la métropole lilloise, à Roncq, la ferme du Vinage a également subi de gros dégâts. En plus de la chute d’un arbre et des dégâts matériels divers (serres détruites, toiles abîmées, toitures endommagées…), c’est surtout une coupure d’électricité de près de 30 h qui a posé problème. “Nous avons un troupeau laitier de 70 vaches à traire, une chambre froide pour le magasin à la ferme ainsi qu’une fromagerie “, détaille Géraldine Capelle, gérante de l’exploitation. La priorité absolue a été de trouver un groupe électrogène suffisamment puissant pour faire fonctionner les robots de traite. “Alors que la coupure d’électricité est survenue en début d’après-midi, les vaches n’ont pu commencer à défiler au robot qu’à partir de minuit. Les bêtes n’ont pas eu peur de la tempête, mais elles commençaient à s’impatienter.” Les pertes sont estimées à 9 000 € de denrées alimentaires. À l’avenir, Géraldine Capelle envisage d’investir dans un alternateur à brancher sur la prise de force du tracteur pour faire face à telle situation si elle venait à se reproduire. V.CH.

Louise TESSE

Lire aussi : La Sipema peine à écouler les légumes d’hiver

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires