Votre météo par ville

Publireportage. Méo un développement fort de café !

01-02-2021

Actualité

Terre à terre

Méo, c’est trois recettes Saveurs en’or, une soixantaine de références de cafés du monde entier torréfiés à Lille et à la Madeleine, 250 salariés et une croissance annuelle de plus de 20 % en France et à l’international.

café © Méo
© Méo

Guatemala, Éthiopie, Brésil… le monde a rendez-vous dans le Nord avec le torréfacteur Méo. Cette entreprise familiale, créée en 1928 par les frères Meauxsoone, a depuis conquis la France, ses supermarchés, cafés, restaurants, et participé à démocratiser l’arabica et ses dizaines de saveurs qui en quelques gouttes saisissent les papilles des amateurs.

Une vraie signature gustative qui fait aujourd’hui la force de cette entreprise nordiste de 250 salariés qui affiche une belle croissance de son chiffre d’affaires sous la marque Méo. «Nous progressons cinq fois plus vite que le marché, de l’ordre de 20 à 30 % par an », se félicite son directeur commercial, Pascal Leleu.

Moulu, en grains, en capsule ou en dosette, bio, Méo a, au fil des années, conquis tous les segments de marché. Et parce qu’elle n’oublie pas ses racines, la marque propose quinze produits labellisés Saveurs en’or depuis dix ans. « Au-delà de notre présence régionale, nous avons souhaité revendiquer nos traditions gustatives, notre savoir-faire historique de torréfacteur et notre authenticité au travers du label qui représente le plus ces notions là dans les Hauts-de-France », explique Pascal Leleu, en citant les trois piliers de Méo : « l’humain, l’authenticité et l’histoire ». Ce sont ainsi trois recettes historiques, qui fleurent bon la subtilité de l’arabica, qui sont déclinées Saveurs en’or. 

« La force de Méo, c’est son histoire et le fait de la transfuser dans une démarche de progrès constant, vers toujours plus de développement durable avec déjà une réduction de plus de 25 % de nos emballages, 14 % du marché bio du café en France, des dosettes sans solvant ou des capsules compostables »

Pascal Leleu, directeur commercial

Des graines vertes transformées en « or » noir

Pour élaborer sa soixantaine de références, Méo achète directement le café vert à des coopératives de planteurs de café. Quelque 34 000 tonnes de grains de 55 crus, de quasiment autant de pays et terroirs, arrivent ainsi en bateau au Havre ou à Anvers avant d’être acheminées dans les usines de Lille et La Madeleine dans des sacs en toile de jute ou de sisal. « Cette diversité d’origines et de terroirs sont autant de spécificités que nous allons faire vivre dans nos cafés », poursuit ce spécialiste de cet « or » noir.

café © Méo
© Méo

Les arrivages sont d’abord échantillonnés, dégustés avant de recevoir leur fiche qualité. Le café encore vert est ensuite déversé dans les torréfacteurs, soit en mélange, soit en « pur origine », avec, selon la recette, une courbe de températures et un temps de chauffe bien défini. Le torréfacteur vérifie régulièrement les grains pour qu’ils soient juste cuits à cœur et délivrent ainsi tout leur potentiel aromatique. « La cuisson est alors immédiatement stoppée et les grains ventilés pour être refroidis au plus vite avant d’être immédiatement emballés pour emprisonner un maximum d’arôme. » 

34 000

C’est Le nombre de tonnes de café venues du monde entier torréfiées chaque année par Méo

Nouveau bâtiment, relooking des emballages, nouvelle gamme…

Face à la demande toujours croissante, un nouveau bâtiment devrait accueillir en 2021 la direction générale, le commerce, le marketing, les lignes d’emballage et de conditionnement. Méo s’offre aussi en ce début d’année un relooking de ses packagings pour mieux mettre en avant son savoir-faire artisanal et historique.

Une nouvelle gamme « Les réserves » vient enrichir sa collection avec « des produits d’exception de fincas du Honduras, du Guatemala et du Nicaragua ». Un changement d’image qui s’accompagne d’un nouveau slogan, « créateur de café », porteur d’ouvertures vers de nouveaux produits « les plus naturels possibles, sans conservateurs, plutôt fair trade , bio ou local », où le café Méo pourra exprimer toutes ses altérités.

café © Méo
© Méo
Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires