Votre météo par ville

Histoire. À Lille, comment est née la braderie ?

31-08-2023

Actualité

C’est tout frais

Quelle est l’histoire de la braderie ? A-t-elle toujours été un marché aux puces géant, festif et connu au-delà des frontières ? Retour sur son histoire avec Élodie De Vreyer, journaliste et autrice d’un livre sur le sujet.

La braderie de Lille, en 1885, par Édouard Boldoduc, dessinateur de presse. © Bibliothèque municipale de Lille, cote 44213, planche 39

La braderie de Lille, c’est une longue histoire. Retracer ce parcours tumultueux est un défi dans lequel s’est lancée la journaliste Élodie De Vreyer dans La Braderie, une histoire lilloise (éditions Ouest France, 2014).

L’autrice et journaliste se souvient avoir voulu écrire sur le sujet après avoir fait un constat simple : aucun ouvrage ne s’était attardé sur l’histoire de la braderie. Avec l’idée de « dénouer le vrai du faux », elle se lance dans un travail de plusieurs mois : « J’ai fouillé pas mal d’archives, des journaux anciens… Notamment à la bibliothèque municipale de Lille. »

Aux origines, la « franche-foire » lilloise

L’autrice le rappelle dès le début, « il n’existe finalement que peu de sources historiques » concernant la braderie telle qu’on la connaît aujourd’hui, c’est-à-dire un vide-greniers et une fête géante…

Les prémices de la braderie remonteraient pour autant au XIIe siècle et à la franche-foire. L’événement à vocation marchande et commerciale « voyait affluer à Lille, chaque année, des marchands de toute l’Europe ». C’est à l’occasion de cette franche-foire que se serait développée la vente dans les rues lilloises. Des cabaretiers (personnes qui servaient du vin au détail et donnaient à manger contre de l’argent) auraient en effet demandé de pouvoir vendre pendant la franche-foire viande rôtie et harengs cuits devant leurs maisons (le mot braderie serait ainsi à l’origine l’équivalent de rôtisserie, et du flamand « braaden » qui veut dire « rôtir »).

Les boutiques extérieures à la foire devaient alors être fermées, à l’exception de celles qui vendaient des denrées périssables, et tous devaient vendre devant leur boutique. « On suppose, sans pouvoir la dater, que cette pratique des commerçants non plus dans leur boutique, mais devant leur pas-de-porte, rencontra tant de succès qu’ils furent ensuite imités par les particuliers » écrit Élodie De Vreyer. Mais nous sommes alors bien loin, toutefois, du marché aux puces actuel, et la franche-foire est avant tout composée de marchands.

La braderie idéale et mythifiée du XIXe siècle

Pendant des siècles, la franche-foire va ainsi perdurer. Mais au fil des conflits militaires qui jalonnent l’histoire du Nord de la France, elle va décliner progressivement jusqu’au XIXe siècle. C’est à ce moment qu’apparaît la première mention d’achats de vieux objets, explique Élodie De Vreyer. La braderie, dans le sens du marché de l’occasion, semble ainsi se développer lors de ce siècle qui voit aussi s’affirmer la vocation festive de l’événement.

La Braderie de Lille en 1800, tableau de François Watteau. © Bibliothèque municipale de Lille, Fonds Lefebvre.

Alors que les progrès de l’industrie et du transport condamnent la franche-foire, celle-ci survit ainsi en se transformant en un marché aux puces où les visiteurs peuvent chiner tout en faisant la fête. Se développe alors une sorte d’âge d’or de la braderie lilloise, magnifiée par les nombreux chansonniers qui ont écrit sur l’événement.

À cette époque, « la braderie commence à 4 heures le lundi matin, pour s’achever à midi, écrit Élodie De Vreyer. On peut imaginer l’effervescence qui régnait alors pour profiter de ces huit heures de bonnes affaires, de fête et de boisson. » On sait par exemple que les mariages étaient nombreux en ce lundi de fête ! Ce jour-là, « on enregistre 26 mariages en 1858, une cinquantaine en 1865 », écrit par exemple Pierre Pierrard dans l’ouvrage La vie ouvrière à Lille sous le second Empire.

Relancée par Mai 68, puis boostée par Pierre Mauroy

« Cette braderie idéale et sans doute mythifiée du XIXe siècle » comme l’écrit Élodie De Vreyer, ne dure toutefois pas. Marquée par les deux guerres mondiales, la braderie lilloise s’étiole ensuite jusqu’à la fin des années 1960. « À la braderie des années 1950-1960, envahie par les commerçants, on fait parfois des affaires, mais on ne fait plus la fête », écrit l’autrice. « Elle mourrait tout doucement depuis trente ans » commente pour sa part le journal Nord-Eclair, en 1966.

Reportage de France 3 Hauts-de-France, septembre 2021. © France 3 HDF

Celle-ci va cependant renaître quelques années plus tard « avec les soixante-huitards, venus s’amuser et militer sur le plus grand des marchés à ciel ouvert, écrit l’autrice de La braderie, une histoire lilloise. C’est le début pour la braderie, d’une irrésistible médiatisation. » Celle-ci prend ensuite un coup de boost dans les années 1980, « avec Pierre Mauroy qui amène avec lui les journalistes parisiens ».

Installée petit à petit le week-end avec différentes restrictions sécuritaires, annulées à quelques reprises cette dernière décennie, la braderie change encore une fois de forme au fil des années… Tout en s’ouvrant considérablement au monde avec une notoriété qui dépasse aujourd’hui les frontières françaises, et de loin !

Ces dernières années, elle a retrouvé son authenticité selon l’autrice. Avec la volonté de limiter l’accès aux commerçants, de renouer avec la vente des vieux objets… « Tout ce qui fait son charme ! », sourit Élodie De Vreyer. 

Kévin Saroul

Lire aussi: Tradition d’ichi, ingrédients d’ichi et là

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires