Votre météo par ville

Émile Rossignol, profession “intermédiateur”

20-07-2023

Actualité

Articles

Émile Rossignol est à la tête d’Entraid’Union, qui propose une solution d’approvisionnement de produits paysans en circuit court aux professionnels de l’alimentation. Cinq ans après sa création, Entraid’Union s’est fait sa place et compte bien creuser encore son sillon !

Lundi soir, dans les bureaux du lycée horticole de Lomme, l’équipe d’Entraid’Union prépare les cageots qu’elle s’apprête à livrer dès le lendemain. Dedans, des fruits et légumes, quelques boissons aussi. Des produits qui viennent de producteurs du coin et qui s’adressent à des professionnels de l’alimentation et de la restauration. Car l’entreprise propose de faire le lien entre ces deux mondes.

À la tête de cette société : Émile Rossignol, son fondateur. Après avoir travaillé dans le milieu de la logistique pendant cinq ans, ce jeune homme de 33 ans décide, en 2018, de se lancer dans une nouvelle aventure : “J’avais besoin de mettre du sens dans mon métier. Lors de mes études en économie-gestion, je me suis spécialisé dans le développement durable, j’avais envie d’y revenir, de faire des choses concrètes pour agir en faveur de la planète, à mon échelle.”

Une solution logistique et éthique

Pour créer Entraid’Union, il est parti d’un constat : “Les maraîchers et autres petits producteurs n’ont pas forcément le temps de livrer leurs produits. Quant aux professionnels de l’alimentation, ils n’ont pas, non plus, le temps de faire le tour des fermes pour se fournir. Entraid’Union leur apporte donc une solution logistique”, explique-t-il. Plus qu’un service, c’est une philosophie : “Ce sont les producteurs qui fixent leur prix, ce qui leur permet une juste rémunération. Ce sont des métiers difficiles et c’est ma manière de les soutenir, c’est important, nous avons besoin d’eux et pas seulement pendant le covid… Et de l’autre côté de la chaîne, cela permet de grouper les commandes et d’avoir accès à des produits locaux de qualité aussi bons pour l’homme que pour l’environnement”, insiste Émile Rossignol. En France, il n’y aurait que très peu de structures qui font le trait d’union entre petits producteurs et professionnels de l’alimentation : “Il y a la Plateforme paysanne locale à Marseille et Échanges paysans à Gap. Il existe également Terroirist à Bruxelles.”

Concrètement, deux fois par semaine, les producteurs mettent leurs produits sur le site internet d’Entraid’Union ; les professionnels de l’alimentation viennent y passer leur commande ; l’équipe d’Émile Rossignol fait le tour des fermes pour les récupérer, prépare les colis puis les livre. “Alors que certains aliments font trois fois le tour du monde avant d’arriver dans nos assiettes, ici il se passe moins de 24 heures entre la cueillette des fruits et légumes et la livraison”, souligne Émile Rossignol.

Une alternative aux grossistes traditionnels qui va même plus loin que le transfert de produits, puisque plus qu’un intermédiaire, Émile Rossignol souhaite être un “intermédiateur“. “On organise des visites de fermes afin que les professionnels se rencontrent, puissent échanger. Je souhaite qu’il y ait une dimension participative et pourquoi pas, un jour, devenir une coopérative…”, sourit-il.

Une trentaine de producteurs locaux

Il faut dire qu’en cinq ans, l’entreprise a bien grandi. En 2018, Émile Rossignol a commencé tout seul par le biais de la couveuse d’entreprise A Petits pas. Aujourd’hui, trois personnes l’ont rejoint dans l’aventure. Une trentaine de fermes font partie du réseau : “Pour deux tiers d’entre elles, elles sont en bio ; le dernier tiers est de l’agriculture raisonnée. Elles se situent toutes dans un rayon de 40 kilomètres autour de la métropole lilloise. Nous travaillons aussi avec quelques Belges.”

Du côté des professionnels de la restauration, ils sont actuellement une cinquantaine à faire appel aux services d’Émile Rossignol et de son équipe. “Dans un questionnaire de satisfaction que nous leur avons envoyé, ils étaient 83 % à dire que, sans notre service, ils n’auraient pas la même facilité à s’approvisionner en local.” Il y a évidemment des restaurants, comme l’Annexe ou l’établissement du Casino Barrière à Lille, mais aussi des épiceries ou des artisans-boulangers.

De nombreux projets

L’entreprise se développe donc doucement. “L’objectif est de s’accroître sur le long terme”, insiste Émile Rossignol. Et pour cela, le jeune homme ne manque pas d’idées !

“L’un de nos projets est de développer la restauration collective. Dans ce secteur, pour le moment, nous ne livrons que Les compagnons du devoir, à Villeneuve-d’Ascq, mais nous espérons bien en avoir d’autres bientôt. Pour moi, c’est un moyen de donner accès à de bons produits locaux à des personnes qui n’en ont pas forcément les moyens.”

Si actuellement, Entraid’Union livre principalement des fruits et des légumes, le dirigeant de la structure souhaite lancer une partie crémerie pour élargir sa gamme mais aussi “pour accompagner les éleveurs. Cela devrait démarrer en septembre”, annonce-t-il.

Davantage de produits livrés sur un plus grand périmètre aussi. “Nous sommes très centrés sur Lille et ses alentours actuellement, mais nous souhaitons agrandir notre périmètre de livraison d’abord à la métropole lilloise en livrant du côté de Roubaix et Tourcoing, par exemple.” Enfin, d’ici quelques semaines, Entraid’Union quittera les bureaux qu’il occupait au lycée agricole de Lomme et se mettra à la recherche d’un nouveau local, plus grand.


ÉMILE ROSSIGNOL EN TROIS DATES

Novembre 2017. Naissance du projet qui deviendra Entraid’Union. Émile Rossignol souhaite monter une entreprise « à impact positif ». Il est accompagné par la couveuse d’entreprises A petits pas.
6 juillet 2018. Il effectue sa première livraison de produits au salon de thé Chez Léontine, à Lille.
20 décembre 2019. Émile Rossignol quitte la couveuse d’entreprises et poursuit son projet.

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires