Votre météo par ville

Gazon chéri : des élèves aux petits soins pour les terrains de sport

18-02-2021

Actualité

#Tracetonsillon

Chaque année, le lycée horticole de Dunkerque forme une trentaine de jeunes. Des apprentis aux petits soins pour les terrains de golf et autres gazons sportifs. Rencontre.

Les élèves de la formation “entretien des terrains de golf et des terrains de sport engazonnés” ont réalisé un chantier de drainage au golf du Sart à Villeneuve d’Ascq (59) pendant une semaine. ©LD

C’est le premier chantier de l’année 2021 pour quinze élèves en formation à l’entretien des terrains de golf ou de sport du lycée horticole de Dunkerque. Très spécifique, elle a pour but de former les futurs jardiniers et intendants de terrains de sport enherbés. Entendez par là : terrains de golf, de foot, de rugby et même les hippodromes.

Covid-19 oblige, les sorties sont moins nombreuses. Mais malgré une météo capricieuse, la satisfaction d’être sur le terrain de golf du Sart à Villeneuve-d’Ascq (59) pour exercer leur passion se lit sur leur visage.

Deux ans de formation

Des formations comme celle-ci, il y en a que sept en France et celle dispensée à Dunkerque est l’une des plus reconnues.

« Il y a d’abord un certificat de spécialisation d’une durée d’un an et qui équivaut à un Capa », explique Olivier Grelin. Celui-ci est responsable de la formation Entretien des terrains de golf et des terrains sportifs engazonnés” à Dunkerque.

« À l’issue de cette année, les élèves sont diplômés jardiniers. S’ils sont sélectionnés, selon les prérequis (un bac +2 et une sérieuse volonté, ndlr), ils peuvent rester un an supplémentaire pour devenir intendants. Ce diplôme équivaut à un bac+3. »

Dans cette formation, les apprentis apprennent à entretenir un terrain de sport. Cette année d’apprentissage pourrait ressembler à celle en espaces verts. Mais la gestion des terrains de sport s’avère être plus technique.

« Pour un green de golf, on va chercher de la fermeté pour que la balle roule. Pour un fairway, l’herbe est un peu plus haute, explique le responsable de la formation. Outre le gazon, il y a la aussi la gestion de son environnement : les arbres, les massifs, la biodiversité… »

« La conduite de la culture du gazon est très variable.Pour un green de golf, on va chercher de la fermeté pour que la balle roule. Pour un fairway, l’herbe est un peu plus haute.»

Olivier Grelin, responsable de formation

La formation s’articule en deux grands axes : l’entretien du gazon (tonte, machinisme, certiphyto…) et la gestion des ressources (irrigation, drainage, air…).

En intégrant cette formation, les apprentis sont une partie de l’année en entreprise et l’autre moitié, pendant l’hiver principalement, à l’école. « Ce sont lors de ces périodes que nous visitons des terrains de sport ou réalisons des chantiers dans certaines structures, ajoute Olivier Grelin.

Cette année, avec la Covid-19 c’est un peu compliqué. Nous avons seulement pu, pour le moment, réaliser un chantier de drainage au golf du Sart à Villeneuve d’Ascq. »

Motivation et mobilité

Pour accéder à cette formation, deux conditions : être mobile et motivé. « Les postes sont peu nombreux, reconnaît le responsable de la formation. Il faut être mobile en France et même à l’étranger. »

Pour placer ses élèves, Olivier Grelin s’appuie sur le réseau des anciens formés depuis 30 ans dans la cité de Jean-Bart. « Ils sont tous restés dans ce milieu-là, aucun n’a abandonné, se félicite-t-il. Les ayant tous eus en formation, je les connais. Je sais si tel ou tel élève pourra s’épanouir dans telle ou telle entreprise. »

Quant à la motivation, si elle manque elle est vite démasquée. Car pour travailler des journées entières à l’extérieur en plein hiver, il faut une sacrée volonté.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires