Votre météo par ville

Le bioéthanol veut sa part du gâteau

04-11-2021

Actualité

Hors-champ

Selon la filière française du bioéthanol, le carburant E85 à base d’éthanol serait la solution la plus efficace et la moins coûteuse pour décarboner le parc automobile français.

La filière française du bioéthanol demande à la Commission européenne et au gouvernement français de revoir les méthodes de calcul des émissions de gaz à effet de serre © Pixabay
La filière française du bioéthanol demande à la Commission européenne et au gouvernement français de revoir les méthodes de calcul des émissions de gaz à effet de serre © Pixabay

Le transport routier représentant 21 % des émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement français a choisi d’accélérer la décarbonation du parc automobile. Ceci afin de répondre à l’ambitieux projet européen dit « pacte vert » de réduire de 55 % les émissions de CO2 d’ici 2030. 

Un objectif que le gouvernement français a choisi d’atteindre en interdisant, d’ici 2030, les véhicules thermiques et en favorisant l’acquisition de véhicules électriques. « Une incohérence qui ne permettra jamais d’atteindre les objectifs« , selon la filière française du bioéthanol qui souhaite aussi faire valoir ses atouts dans un communiqué du 26 octobre.

Des méthodes biaisées ?

« Pour atteindre cet objectif, il faut décarboner les véhicules thermiques et l’essence, lance Valérie Corre, directrice des affaires réglementaires alcool et éthanol en Europe chez Tereos. Pour cela il faut s’appuyer sur les biocarburants avant tout. Même si les véhicules électriques présentent une alternative séduisante, elle ne sera pas suffisante.« 

Selon la responsable de Tereos, les méthodes de calcul des émissions de gaz à effet de serre des véhicules sont biaisées. En effet, le rapport du 11 octobre dernier de l’Institut Montaigne pose la question : « Comment expliquer que seules les émissions de CO2 liées à la combustion du carburant dans la voiture soient prises en compte, alors que celles liées à la fabrication de l’acier qui la compose ou de la batterie qui l’alimente peuvent représenter plus de la moitié des émissions totales ?  » 

Cycle de vie

Par ailleurs, le bioéthanol a ,depuis dix ans, augmenté son efficacité en matière de réduction de gaz à effet de serre. « En moyenne, on constate 75,5 % d’émissions de gaz à effet de serre en moins avec du bioéthanol par rapport à une essence classique, contre 50 % en 2021, assure Valérie Corre. Cette étude menée par les membres du syndicat ePURE, et a bien sûr été réalisée en prenant en compte les gaz émis du puit jusqu’au pot d’échappement. Ce résultat est principalement dû à un processus de fabrication amélioré.« 

Peu de déséquilibres

Quant aux sources des matières premières utilisées dans ce bioéthanol, souvent décriées, la filière se défend. « Dans une étude de la commission européenne, on constate que l’utilisation de blé, de maïs ou de betteraves sucrières, principalement utilisés chez nous, ne représente pas de risques de changement d’affectation des sols, poursuit la responsable de chez Tereos. Par contre, l’utilisation de la palme ou encore du soja modifie grandement les affectations du sol et est responsable de déforestation ou de suppression de zones naturelles.« 

D’où la volonté de la filière bioéthanol de demander « à faire évoluer la réglementation européenne afin d’adopter un système d’évaluation juste des émissions des véhicules légers, basé sur l’analyse complète de cycle de vie et non sur les émissions de gaz d’échappements« . Elle réclame aussi une révision de la réglementation européenne sur les biocarburants de première génération.

En effet, le taux de matières premières agricoles utilisables en énergie est plafonné à 7 % d ela production totale. Or, la France a presque atteint ce niveau et a un potentiel de production très élevé. « Nous demandons donc à pouvoir mutualiser les plafonnements de l’Union européenne, revendique Valérie Corre. Et de revoir sa réglementation et sa fiscalité pour laisser une place au bioéthanol de s’imposer dans les solutions à la décarbonation. »

Lucie Debuire

Lire aussi : Éthanol : la coopérative Cristal Union se prépare à lancer une offre d’ED95 en 2022

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Lait : forte baisse des investissements industriels liée à la crise sanitaire
« Face à l’incertitude générée par la crise, les entreprises de la filière lait ont mis en pause une part signif [...]
Lire la suite ...

Mal-être agricole : Agri’écoute lance une plateforme de discussion en ligne
Le dispositif d’écoute téléphonique pour les actifs agricoles en difficulté, Agri’écoute, s’est enrichi d’u [...]
Lire la suite ...

Le Crédit agricole crée un fonds d’investissement d’1 Milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son « projet sociétal », dont les « transitions agricoles et [...]
Lire la suite ...

AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires