Votre météo par ville

Maraîchage : “Les frères Cotes” n’attendent plus que le succès

27-01-2022

Actualité

Culture

Pierre et Clément Seingier, frères de 23 et 26 ans, respectivement maraîcher et cuisinier, s’installent dans la Pévèle pour faire pousser des légumes et des bonnes idées. Forage, tunnel, irrigation… « Les frères Côtes » ont besoin d’un coup de pouce pour démarrer. Une campagne participative est lancée.

Clément (à gauche), l’aîné, cuisinier, a travaillé dans plusieurs restaurants gastronomiques ou étoilés. Pierre, le cadet, ingénieur agronome a, lui, participé à la création d’une micro-ferme en permaculture lorsqu’il était en apprentissage à l’ISA. © A. V.

« On a beaucoup de chance ! » Clément Seingier et son frère « Pierrot » profitent de la belle lumière du matin qui effleure le Haras de Beuvry à Sainghin-en-Mélantois (59). Alors que les chevaux paissent autour de cette sublime ferme au carré, les deux jeunes frangins, originaires du coin, savourent le plaisir d’aménager leur parcelle. Ici, des fruitiers ont déjà été plantés et un cours d’eau chemine entre les pâtures.

Si les nichoirs, les haies et les souches d’arbres champignonnières ont trouvé leur place, le plus gros, c’est-à-dire le tunnel et les semis de légumes, arriveront au printemps.

La chance des débutants ? Peut-être pas seulement… « Tout a commencé il y a quatre ou cinq ans, rappelle l’aîné. Pierre commençait à cultiver dans le jardin familial en permaculture. On a commencé à avoir des quantités de légumes dingues qu’on transformait. On a trouvé ça tellement génial de pouvoir recevoir les gens, de leur faire à manger chez nous sans avoir à aller faire les courses… Rapidement on s’est dit que ce serait incroyable de vivre de ça dans quelques années. »

BTS production végétale et diplôme d’ingénieur à l’Isa en poche pour l’un, bac pro cuisine et BTS arts culinaires et formation de pâtisserie, pour l’autre, Pierre et Clément profitent du confinement pour poser les jalons de leur projet de micro-ferme en permaculture bio.

Racines agricoles

« Pour une fois, on avait du temps », sourit Pierre. L’occasion pour les deux frères de s’attaquer à la partie la plus abrupte de la montagne : trouver du foncier. Une problématique bien présente dans l’esprit des deux futurs associés issus d’une famille d’agriculteurs.

« On a tenté le coup en envoyant des mails aux communes autour de chez nous, se souvient Clément, sans grande conviction. » Et pourtant, après six mois d’attente tout se débloque en une semaine entre Gruson et Sainghin-en-Mélantois. « Nous louons 1,5 hectare de parcelles aux municipalités et aux propriétaires du Harras de Beuvry. »

Une Amap pour le printemps

Dans une logique de permaculture, les deux frères ont déjà planté 80 fruitiers, 1 500 arbustes et 400 petits fruitiers sur leurs terrains. Une grande bâche a été installée pour préparer la terre. « On veut tendre vers un maraîchage sur sol vivant, là on est sur une terre assez argileuse, donc on ne peut pas, dès la première année, ne plus travailler le sol. Mais au fil des années, on va incorporer énormément de matière organique et travailler le sol avec de petits outils », explique le cadet qui a déjà expérimenté la production en permaculture au sein d’une entreprise qui proposait des paniers de légumes à ses salariés. Récupération du fumier de cheval, paillage, association de cultures, hôtels à insectes… Pierre a plus d’une idée dans la poche de son tablier.

À court terme, l’objectif des “Frères Côtes” – le nom de leur SCEA (société civile d’exploitation agricole) née en octobre – est d’ouvrir une Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) afin de distribuer une trentaine de paniers bio aux adhérents du secteur. « Tomates, poivrons, aubergines, mais aussi petits fruits ou champignons… Nous pourrons nous lancer au moment où nous aurons au moins cinq variétés ! », expliquent les associés.

« L’idéal serait d’avoir du surplus, complète Clément, le cuistot. Car, nous souhaitons transformer une partie de la production et, pourquoi pas, vendre quelques produits aux restaurants du secteur. » Une valeur ajoutée non négligeable pour les deux associés qui envisagent d’embaucher prochainement un contrat en apprentissage.

La cagnotte des “Frères côtes”

Surmotivés, les deux frangins ont néanmoins besoin d’un coup de main pour démarrer la production. Une cagnotte a été lancée sur le site de financement participatif spécialisé Miimosa. « Le premier palier, fixé à 10 000 euros, nous permettra de nous équiper d’un tunnel de 1 000 m², détaille Pierre. Pour les tomates, les aubergines, poivrons… mais aussi toute la partie pépinière, car je compte bien être autonome en semences. »

Le deuxième palier, fixé à 20 000 euros, servirait pour un forage à 25 m de profondeur et enfin, le dernier (30 000 euros) offrirait aux associés la possibilité d’installer un système d’irrigation.

Avec un projet dans l’air du temps, un cadre et des looks photogéniques, les deux frères ont la cote sur les réseaux sociaux et comptent bien capitaliser dessus pour atteindre leur objectif. Réponse le 28 février.   

Agathe Villemagne

Lire aussi : Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires