Votre météo par ville

Dans le Valenciennois, visite d’un silo au temps du Covid-19

02-07-2020

Actualité

Culture

En pleine période de moisson, 150 à 180 véhicules par jour viennent livrer du grain au silo de Rouvignies (59), appartenant au groupe Carré. Sans compter l’arrivée à quai de plusieurs péniches depuis le canal de l’Escaut. Un balai d’engins et de personnes qu’il faut organiser et sécuriser face au risque de propagation du coronavirus.

Visière sur la tête, Jean-Michel Corteyn s’apprête à voir la moisson autrement cette année. © DR

Derrière son poste, à l’accueil du site du groupe Carré, à Rouvignies (59), Jean-Michel Corteyn croise chaque personne qui arrive au silo. Visière, masques, produits désinfectants… le responsable de ce dépôt près de Valenciennes a de quoi se protéger et protéger les autres. 

Avant le « rush » de la moisson, il a préparé son lieu de travail en mettant en place des moyens de lutte sanitaire contre le Covid-19.

Distanciation et périmètre de sécurité sanitaire

Le bureau de contrôle de Jean-Michel Corteyn est situé à l’entrée du silo, face au pont-bascule qui sert à peser les bennes remplies de grains. Sur les vitres, un rappel des gestes barrières, à destination des salariés et des chauffeurs, est affiché en grand.

« Devant le guichet, où les agriculteurs viennent déposer leurs bons de livraison, nous avons agencé un périmètre de sécurité, explique-t-il. Une seule personne peut entrer à la fois dans le local. » La porte de ce dernier reste ouverte en permanence pour éviter tout contact et aérer l’espace.

Retrouvez notre grand format sur la moisson 2020 de A à Z , en cliquant : ici.

Le responsable du site assure également qu’il lave le comptoir toutes les deux heures. « Ça nous prend du temps, bien sûr, de mettre en place ces mesures préventives, mais nous les respectons car la vigilance n’est pas levée face au coronavirus. Avec mes collègues, nous adoptons une distance d’un mètre minimum lorsque nous travaillons ensemble. Ce sera comme ça tout l’été au moins, avec toutes les personnes que nous croiserons, poursuit Jean-Michel Corteyn. C’est un ensemble de petites habitudes à prendre et à garder, même avec le stress et le temps fort que représentent la moisson. » 

« Les mariniers restent sur leurs bateaux »

Implanté sur les rives de l’Escaut, ce silo du négociant Carré a une capacité de 55 000 tonnes de céréales. Dans les 22 cellules du site sont essentiellement stockés du blé, mais aussi des orges brassicoles, des pois jaunes, du colza et des escourgeons. Une fois vendues et chargées au fond des cales, toutes ces denrées agricoles quittent les lieux par voie fluviale.

Entre les personnels du silo et les conducteurs de péniches, là encore, il a fallu s’adapter. « Lorsqu’ils approchent du quai, les mariniers s’annoncent par téléphone, indique Jean-Michel Corteyn. Les transactions se font désormais au maximum par mail, comme ça, ils restent sur leurs bateaux. Jusqu’alors, les mesures barrières sont comprises et respectées par les personnes avec qui nous collaborons. Tout le monde a conscience que le Covid-19 est un ennemi invisible. Il faut rester en alerte, y compris durant la campagne céréalière qui va commencer dans quelques jours. » 

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Interview de Jean-René Lecerf : « Le Nord, département le plus rural de France »
Jean-René Lecerf, président sortant du conseil départementaldu Nord, réaffirme le rôle du Département et le lien f [...]
Lire la suite ...

Dans le plan de relance, des aides pour propager la biosécurité
Les Groupements de défense sanitaire (GDS) ont lancé au printemps 2021 un plan national biosécurité. Principal dispo [...]
Lire la suite ...

Méthane : Cargill vendra des masques pour les vaches dès 2022
Après le masque à toutes les sauces pour les humains, le masque pour vaches ? Par pour les mêmes raisons, cependant. [...]
Lire la suite ...

Arrêté abeille : les pomiculteurs furieux contre la notion de «zone de butinage»
À la suite de la présentation, le 7 juin 2021 aux parties prenantes, du projet de révision de l’arrêté abeill [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : les eurodéputés pour l’abandon des cages après étude d’impact
Le Parlement européen a adopté le 10 juin à une large majorité une résolution en réponse à l’initiative citoyen [...]
Lire la suite ...

Plein boum dans la vente des fraises pour le Marché de Phalempin
En pleine récolte de fraises, la coopérative du Marché de Phalempin utilise plusieurs typesde commercialisation pou [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires