Votre météo par ville

Des limousines labélisées et sous contrat

03-09-2021

Actualité

Culture

Début 2021, Frédéric Macron, éleveur à Frévent (62) a signé un contrat avec son acheteur pour valoriser la viande de plusieurs de ses vaches limousines sous signe de qualité Label Rouge. Reportage dans les prairies verdoyantes.

Frédéric Macron, élève à Frévent (62) environ 500 limousines dont certaines valorisées en Label rouge. © LD

À califourchon sur son quad, Frédéric Macron, éleveur à Bonnières (62), sillonne ses 88 hectares de prairies tous les jours pour visiter ses 480 limousines. Il élève 187 mères et engraisse les animaux pour la relève. “Seuls les broutards sont vendus juste après le sevrage, explique-t-il. Je mets en engraissement les vaches de réforme et des génisses.” Chaque année, une soixantaine de femelles part pour l’abattoir et 68 broutards vont dans d’autres élevages pour être engraissées.

5 cts/kg plus cher

Parmi les vaches vendues, une quinzaine, depuis janvier 2021 a pris une route un peu différente. Celle du Label rouge. Des accords entre Elvéa, association d’éleveurs allaitants, acheteurs et abatteurs ont vu le jour en 2020. La viande issue de cette filière qualité est commercialisée pour la marque “Blason prestige”. Frédéric Macron a donc dû passer un audit pour prétendre produire des animaux labellisés.

La différence pour cet éleveur, c’est la valorisation de ses animaux. “La viande de l’animal labélisé m’est payée 0,05 €/kg, décrit-il. Dans le contrat une surprime est annoncée de 0,20 €/kg mais 0,15 €/kg d’entre eux est reversé au commerçant bestiaux, pour le transport jusqu’à l’abattoir. Bien sûr, c’est mieux que rien mais ça n’est pas suffisant.”

D’autant plus que le contrat signé avec son acheteur ne stipule pas la quantité de bêtes labélisée abattues chaque année. “Quand je vends des vaches, je ne sais pas à l’avance si la viande sera labélisée ou non, je le sais, seulement quand je reçois le chèque.” Ce qui laisse à penser que le marché est encore à ses débuts et la demande ne sont pas toujours au rendez-vous.

Aliments de la ferme

Pourtant, toutes les limousines de Frédéric Macron seraient susceptibles d’obtenir le label, puisqu’elles sont toutes élevées de la même manière: nourries à l’herbe des près, fraîche ou en enrubannage selon la saison et avec des céréales et pois protéagineux produits sur l’exploitation puis broyés. Toutefois, l’éleveur le remarque, l’engraissement des vaches label rouge demande un peu plus de temps et de précision. “Il faut que je les finisse bien, elles restent donc quelques semaines supplémentaires. Forcément, cela me revient plus cher.” 

Au delà de l’aspect financier, le label rouge permet un meilleur débouché. “Je sais que la viande se vend mieux, encore plus quand c’est de la limousine, admet Frédéric Macron. Cela me permet de me démarquer des autres éleveurs et de répondre aux demandes de qualité des consommateurs.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires