Votre météo par ville

Au nom de la terre « et de ceux qui la cultivent »

12-11-2019

Actualité

Agenda

Touchée par le film « Au nom de la terre », Laurianne Blanquart, adhérente au syndicat des Jeunes agriculteurs du Pays d’Aire, organise une soirée ciné-débat à Saint-Omer (62), mercredi 13 novembre 2019. L’objectif est d’échanger sur la place des agriculteurs dans la société.

© Nord-Ouest films

De l’énergie à revendre, un franc-parler et la volonté de défendre le métier d’agriculteur. À 24 ans, Laurianne Blanquart est une membre active des Jeunes agriculteurs (JA) du Pays d’Aire. « Je suis presque de tous les événements et manifestations que le syndicat organise », assure-telle. Elle se mobilise au quotidien, durant les foires agricoles locales ou en bloquant les ronds-points, pour soutenir une profession qui lui tient à cœur.

« Il y a toujours de l’avenir dans ce métier »

Originaire de Roquetoire (62), Laurianne Blanquart est fille et petite-fille d’agriculteurs. Elle se verrait bien, « un jour », reprendre les rênes de la ferme familiale constituée d’une centaine d’hectares de cultures et de 170 bovins. En attendant, elle souhaite devenir infirmière et poursuit ses études en s’investissant aussi au sein du syndicat cantonal. « J’ai rejoint les JA pour la convivialité et l’échange. Avec l’équipe, nous nous mobilisons pour montrer l’importance du rôle des agriculteurs et qu’il y a toujours de l’avenir dans ce métier. »

Laurianne Blanquart a ainsi participé à deux récentes actions syndicales. L’une le 23 septembre 2019, baptisée les feux de colère, pour dénoncer l’agribashing ; l’autre contre le projet d’arrêté sur les ZNT (zones de non-traitement), le 27 septembre. « J’ai pris encore plus conscience de la situation d’injustice dans laquelle se trouvent les agriculteurs. Ils sont sans cesse montrés du doigt par certains citoyens, pour leurs pratiques ou modes d’élevage, alors que l’agriculture française est sûrement la plus réglementée au monde. Les exploitants ont pour mission de nourrir la planète, mais dans quelles conditions aujourd’hui et dans les années qui viennent ? »

Laurianne Blanquart est une membre active des Jeunes agriculteurs du Pays d’Aire. © DR

C’est dans ce climat social parfois tendu et dans un contexte de mobilisations de la profession qu’est sorti en septembre dernier le film Au nom de la terre. Un long-métrage d’Édouard Bergeon, mettant en scène l’acteur Guillaume Canet, qui a pour toile de fond l’évolution du monde agricole et ses difficultés. Un carton dans les salles.

« L’occasion était trop belle pour réunir le public autour de la cause des agriculteurs », indique Laurianne Blanquart. La jeune militante a donc l’idée d’organiser un ciné-débat. Elle prend son bâton de pèlerin, convainc le cinéma de Saint-Omer, crée un évènement et invite habitants, élus et agriculteurs. « Le film doit faire réagir, souligne Laurianne Blanquart. Il faut ensuite que les exploitants agricoles présents tendent la main pour échanger. »

Le débat d’après-séance a pour thème : agriculteurs, font-ils encore partie des piliers de notre société ? « J’espère que la question libérera la parole, complète la JA. Nous voulons que les gens comprennent les problématiques actuelles du monde agricole et pourquoi ceux qui cultivent la terre peuvent en arriver à mettre fin à leurs jours. Je convie chacun à venir se faire sa propre idée. »

L’organisatrice a prévu d’évoquer « le bien-être animal, les pressions économique, administrative et foncière dont font l’objet les fermes, la production (utilisation de photos, marge, gestion de l’eau…) ou encore la commercialisation (grandes surfaces VS circuits courts) ». À l’issue des discussions, une dégustation de produits locaux sera proposée. Histoire d’allier l’utile à l’agréable.

Simon Playoult

Pratique :
Mercredi 13 novembre à 20 h.
Ociné de Saint-Omer.
6,50 € sur réservation sur ocine.fr
Renseignements au 03 21 10 01 60.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires