Votre météo par ville

Élevage : Résultats des concours bovins à Terres en fête

16-06-2022

Actualité

Élevage

Prim’holstein, blonde d’Aquitaine, blanc bleu, rouge flamande, bleue du Nord, limousine, brune, charolaise : les concours bovins ont réuni plus d’une centaine d’éleveurs heureux de se retrouver pour ce moment de convivialité. Témoignages de deux d’entre eux.

Élevage SIA © LD

Dans les allées du chapiteau élevage de Terres en fête, Nicolas Gomel et Gaétan Soret, deux beaux-frères, présentent leurs cinq animaux primés, sur six présentés, au concours de la race charolaise organisé le vendredi 10 juin. « Celui-ci a reçu le prix d’honneur, il a 30 mois », désigne Nicolas Gomel, en montrant son taureau décoré d’un ruban bleu, blanc, rouge. Selon lui, le concours de Terres en fête est assez reconnu et difficile. La concurrence est rude même pour ce jeune homme récompensé pour la troisième fois.

Du temps et de l’investissement

Dès sa naissance, quand l’éleveur sait qu’un animal a du potentiel, il lui apprend à marcher à ses côtés et à être attaché. Outre l’apparence, pour gagner un concours, il faut que l’animal soit bien conformé. Ces critères sont définis par la génétique du troupeau. « C’est coûteux et cela demande beaucoup de temps, précise Nicolas Gomel. Cela fait six ans que mon père travaille sur la génétique de son troupeau. » Du temps et de l’argent pas forcément récompensés. « Gagner un concours, c’est valorisant, on récompense notre travail mais il est difficile d’en retirer un gain financier », regrette l’éleveur.

Difficile reprise

Le jeune éleveur et son beau-frère, Gaëtan Soret, tous deux passionnés de concours d’animaux, vont rester pendant trois jours sous le chapiteau pour présenter leurs animaux aux visiteurs. Dans six mois, Nicolas Gomel espère reprendre l’élevage, en double activité. « La situation est très tendue, les aliments sont très chers et la viande n’est pas achetée assez cher, je ne peux pas vivre de mon élevage, déplore-t-il. Sauf si j’arrivais à m’agrandir, mais là encore il faut réussir à financer une reprise. » En attendant, les deux jeunes hommes prennent un malin plaisir à parler de leurs animaux et rêvent secrètement d’aller l’année prochaine à Paris, pour le salon de l’agriculture… D’ailleurs, c’est bien pour ça que le taureau primé porte le nom de la ville. 

Résultats du concours bovins à Terres en fête 2022

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Chicorée : De l’importance de la réapprobation du Bonalan®
Deux herbicides très utilisés en chicorée doivent être réapprouvés d’ici l’an prochain : le Safari® [...]
Lire la suite ...

Chicorée : Une campagne en mauvaise posture
Un peu plus de trois mois après les premiers semis, la chicorée est à la peine dans les champs. Les conditions climat [...]
Lire la suite ...

Blé : l’heure du bilan a sonné à la Coop Saint-Hilaire
Ça y est, la moisson du blé 2022 s'est terminée. Il est temps donc de dresser le bilan des essais blé pour la coopé [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : gouvernement et FNSEA réagissent
Face à la sécheresse « historique » qui sévit actuellement sur le territoire, la Première ministre Élisabeth Bo [...]
Lire la suite ...

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle Nord
Les communes de Haspres et Somain sont reconnues en état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel publi [...]
Lire la suite ...

Cidre : les producteurs veulent une revalorisation
Inquiète de l’avenir de la filière cidricole, la fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPF [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires