Votre météo par ville

L’actualité s’invite au Méth’Agriday

24-03-2022

Actualité

Les rendez-vous professionnels

La guerre en Ukraine et ses conséquences se sont invitées au Méth’Agriday, ce mardi 22 mars, à Artois Expo, à Arras. L’actualité renvoie dos à dos la récente réglementation, qui a essoufflé beaucoup de nouveaux projets, et l’urgente quête de solutions pour remplacer le gaz russe.

Malgré les discours d’intentions, les conditions réglementaires actuelles freinent le développement de nouveaux projets, a reconnu Christian Durlin (deuxième en partant de la gauche). © L. D. G.

 « Il ne se passe plus une journée sans qu’on parle du biogaz », dresse en constat Didier Cousin, lors de son discours à l’inauguration du Méth’Agriday, mardi 22 mars, à Artois Expo, à Arras (62). Le directeur territorial de GRDF dans les Hauts-de-France et président Rev3 de la CCI, présente le bilan du déploiement du secteur depuis 2011, « année de production du premier mètre cube de biométhane dans un centre de valorisation de la métropole lilloise, une première en France ».

L’ambition des Hauts-de-France n’est pas des moindres : être la première région européenne productrice de biométhane injecté. Sujet ô combien d’actualité à l’heure où l’Union européenne vient de doubler ses objectifs de production de biogaz – à 35 milliards de m3 par an d’ici 2030 – pour se détacher des combustibles fossiles russes.

Solution « évidente » ?

« Nous pourrions produire en biométhane 20 % de la consommation française d’ici 2030 sous réserve de simplifications administratives », poursuit Didier Cousin.

Sans parler de neutralité carbone. « Le gaz renouvelable est une solution évidente pour réduire notre dépendance énergétique. L’objectif de 100 % de gaz vert d’ici 2050 est tout à fait atteignable, si on baisse les consommations. » Le gaz, énergie d’avenir ? « Le gaz fossile va être amené à diminuer, mais le gaz vert va être un outil majeur du mix énergétique. L’électricité ne peut pas répondre à tout. Nous avons la chance d’avoir les infrastructures de transport et de stockage dans la région. »

« C’est un sujet qui concerne l’agriculture sous de nombreuses facettes, embraye Christian Durlin, président de la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais, qui prend à son tour le micro. Cette journée est un symbole, et quand je vois son succès je me dis que nous sommes là où il faut. La méthanisation, c’est à la fois une réponse aux enjeux environnemental et économique, mais elle est aussi devenue un enjeu géopolitique. »

Incohérences

Mais entre la baisse, fin 2020, des tarifs de rachat, et la nouvelle réglementation sur les Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) tombée l’été dernier qui a imposé des contraintes supplémentaires aux unités déjà en fonctionnement, la réalité pour la biométhanisation est plus contrastée que les discours d’intention. « Les conditions actuelles freinent le développement de nouveaux projets », reconnaît Christian Durlin. Et pour le moment, malgré les nouvelles ambitions européennes, rien n’a changé.

« Nous sommes en train de vivre une situation qu’on voyait venir depuis un an ou deux, à savoir que le secteur voit se développer les projets déjà existants, mais manque de nouveaux projets de méthanisation, constate Arnauld Étienne, expert méthanisation à la chambre d’agriculture. On entend, au niveau national, une envie de faire jouer au biogaz son rôle dans l’autonomie énergétique de la France, mais les conditions d’arrivée des nouveaux projets restent peu favorables. »

Dans un contexte où les prix du biogaz devenus trois à quatre fois moins cher que le cours mondial du gaz, le secteur fait ses suggestions au gouvernement, notamment celle de diviser par deux le temps de montage des dossiers des nouveaux projets d’unités. « La conjoncture n’est pas simple. La méthanisation a une place à se faire, mais il faut des conditions favorables et sereines, pas de la précipitation. Actuellement, les règles du jeu sont extrêmement bouleversées… », soutient l’expert.

L’élection présidentielle, couplée au contexte géopolitique, pourrait-elle plaider en faveur du développement de la méthanisation ? « Tous les candidats veulent développer les énergies vertes, répond Christian Durlin. Il faudra regarder le détail des programmes, et voir ce qui se fait… »  

Lucie De Gusseme

Lire aussi : Biométhane : les acteurs du gaz renouvelable appellent à des mesures volontaristes

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires