Votre météo par ville

La miss qui vendait des paillettes

10-12-2019

Actualité

Bien dans ses bottes

Technico-commerciale en génétique bovine, Lisa Bernard participe aux sélections pour l’élection sur les réseaux sociaux de Miss France agricole 2020. Portrait d’une jeune femme pas (encore) miss, mais qui ne manque pas… de paillettes !

« Après une miss France du Nord-Pas de Calais deux années de suite, pourquoi pas une miss France Agricole nordiste ? » C’est ainsi que Lisa Bernard, jeune avesnoise de 21 ans originaire de Jeumont (59) a annoncé le 24 novembre sur sa page Facebook sa participation à l’élection de Miss et Mister France Agricole 2020. Les deux photos de sa candidature – la première en combinaison de travail, l’autre en débardeur et lunettes de soleil dans une pâture avec des holstein – ont été choisies avec l’aide de ses anciens patrons, éleveurs au Gaec Notre-Dame de Walcourt au cœur de Lez-Fontaine (59), dans l’Avesnois. « C’est mon ancienne patronne qui m’a pro- posé de participer. Sinon je ne me serais sans doute pas lancée ! »

La course aux likes

Le compte à rebours est désormais lancé. D’ici le 13 décembre, les vingt candidats et candidates qui auront le plus de « likes » seront sélectionnés par le jury. Rendez-vous pour la délibération le 14 décembre, clin d’œil au concours Miss France qui a lieu le même jour.

Lisa prend part, un peu malgré elle, à cette course aux « likes », devenue un peu obsessionnelle. « Jusqu’ici j’étais première… mais je me suis fait battre vendredi soir (le 29 novembre, ndlr) ! » Quel que soit le résultat, sa motivation est claire : « Je veux motiver tous les jeunes qui ne sont pas issus du milieu à réaliser leur rêve. Tout est possible même quand on n’est pas fille ou fils d’agriculteurs. Et représenter fièrement toutes les femmes agricultrices de France. »

Hors cadre

Sous ses longs cheveux blonds qu’elle repousse fréquemment de ses ongles rose pâle assortis à son pull, Lisa Bernard n’est pas une fille du milieu. « On me demande toujours comment je fais pour travailler avec des ongles pareils ! », rit-elle d’un ton léger.

D’une mère infirmière en bloc opératoire et d’un père conducteur de camion toupie, elle se passionne pour les animaux depuis sa plus tendre enfance avec un favori au départ : le cheval. « Je suis fana d’équitation, s’enthousiasme-t-elle. Au départ, je voulais faire un bac CGEA équin. » Mais au bout d’un mois, elle change de filière et se redirige vers les vaches. « Je ne me retrouvais pas dans la mentalité compétitrice du milieu du cheval. Sans compter les débouchés, pas faciles à trouver. »

À la recherche d’un apprentissage

Mais un apprentissage dans les vaches n’est pas évident. Par relation, elle trouve une place dans une petite ferme de 50 vaches laitières en Belgique. Tout se passe « super » bien. Elle décroche son bac pro conduite et gestion de l’exploitation agricole en 2017. Direction le BTS Acse (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), en alternance.

Elle a un peu galéré pour trouver trouver son entreprise : « J’ai fait le tour de pas mal d’exploitations. Il y avait beaucoup de déçus de l’apprentissage. Et puis, je n’avais que deux ans d’expérience, ça n’était pas énorme… » Elle entend parler du Gaec Notre-Dame de Walcourt, à Lez- Fontaine. 140 vaches laitières et une cinquantaine de mères charolaises. Là-bas, elle se sent comme un poisson dans l’eau, même si le rythme est intense.

“Je veux motiver tous les jeunes qui ne sont pas issus du milieu à réaliser leur rêve. Tout est possible, même quand on n’est pas fille ou fils d’agriculteurs. Et représenter fièrement toutes les femmes agricultrices de France.”

Lisa Bernard, candidate à Miss France Agricole

« Le premier mois, je l’ai eu dure. Je suis petite et la salle de traite en 2 x 12 est plutôt haute. Et puis, à mon arrivée il n’y avait pas encore de racleur automatique. » Mais elle tient le coup, grâce à ses patrons « motivants ». « L’avantage de ne pas être du milieu agricole, c’est qu’on est malléable. On n’est pas déjà bloqué sur une seule façon de faire. »

Amour vache

Elle obtient son BTS en juin dernier. Son contrat au Gaec de Lez-Fontaine court jusqu’à fin août. Elle est prolongée jusqu’à la fin septembre pour former sa suite, puis enchaîne sur un poste de technico-commerciale pour la société Bovec dès le 1er octobre. Elle qui n’inséminait pas durant son apprentissage – « je suis trop petite ! », s’amuse-t-elle – doit désormais fournir les élevages en paillettes de semences holstein dans tout le département du Nord.

Ce qui ne l’empêche pas de continuer à passer au Gaec Notre-Dame de Walcourt une à deux fois par semaine pour voir ses anciens patrons et les animaux. « C’est sur les vaches que mon cœur a jeté son dévolu », déclarait-elle dans sa description de candidate au titre de miss. On veut bien la croire. Si elle est élue à l’issue de la délibération du jury, et on le lui souhaite, les paillettes, cette fois, seront dans ses yeux.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires