Votre météo par ville

Pacte fait le pari du drive piéton et local dans le Vieux-Lille

22-01-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Nous l’avions déjà rencontrée sur les routes de Pévèle. Finie la version nomade et rurale… La jeune entreprise Pacte s’installe en ville pour une version sédentaire de la vente de produits locaux, avec un drive piéton. Visite, rue Basse à Lille (59).

pacte lille terres et territoires
Rue Basse à Lille, Pacte vient d’installer son nouveau drive piéton des produits de la ferme. © DR

De larges étagères gris métal, des parois végétales et un pan de mur tapissé… Dans la boutique du Vieux-Lille qui vient d’ouvrir ses portes, on croirait pouvoir trouver des cosmétiques bio ou de la papeterie chic.

Ce sont pourtant carottes, soupes et crème fraîche que viennent récupérer les clients. « Ils passent leur commande sur le site internet et peuvent venir la chercher le lendemain », témoigne Grégoire Douchy, qui débarque de l’arrière-boutique, où il prépare ses cagettes.

Ce jeune entrepreneur vient de souffler ses 22 bougies. Il avait monté, avec un ami, une entreprise de livraison de produits fermiers dans la Pévèle en 4L. Ce dernier a souhaité poursuivre ses études dans l’automobile. Grégoire Douchy, lui, a délocalisé le concept en ville. 

« Dans la Pévèle, on avait atteint notre maximum : 25 paniers par semaine et on savait qu’on n’en ferait pas plus. À la campagne, les gens s’approvisionnent eux-mêmes chez les producteurs… pour ceux qui jouent le jeu du local ! Il faut avouer que l’arrivée d’un supermarché à Camphin-en-Pévèle a aussi relancé la machine de la consommation en grande distribution », témoigne Grégoire Douchy, désormais seul aux commandes de Pacte.

« Je me fournis chez des agriculteurs qui font de la vente directe. En fait, je fais la même chose qu’eux, en ville  ! »

Grégoire Douchy

Du frais, tous les jours

Alors que le concept du drive piéton des grandes surfaces fleurit et cartonne en ville, le jeune entrepreneur espère bien, cette fois-ci, tirer son épingle du jeu. « Le but, c’est de ne proposer que du local aux clients, et des produits qui ne sont pas vendus en grande surface. J’ai toujours eu à cœur de défendre le local. Je me fournis chez des agriculteurs qui font de la vente directe. En fait, je fais la même chose qu’eux, en ville ! » 

Chaque matin, Grégoire Douchy part en tournée en véhicule électrique pour récupérer chez les agriculteurs les produits commandés par les Lillois : « Juste ce qu’il faut, pour ne pas gaspiller. » Une tournée d’une soixantaine de kilomètres qui le mène à la Ferme du Zoute de Chéreng (fruits, légumes, salades…), au Pavé fermier de Sainghin-en-Weppes (légumes) et à la Ferme Selosse de Willems (produits laitiers).

Le jeune homme qui attend, d’ici peu, des fromages de chèvres et des pâtes de fruit, espère bien étoffer, encore, son offre. Pourquoi pas en produits transformés, comme en soupes. Et il lance: « Les agriculteurs peuvent m’appeler (ndlr : 03 20 31 91 76) ! »

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Enquête : 3 agriculteurs sur 4 se déclarent insatisfaits de leurs relations avec l’industrie agroalimentaire
Alors que démarre le Salon de l’agriculture, l’institut de sondages Ipsos dévoile les chiffres de sa derni [...]
Lire la suite ...

« Qui mieux qu’un agriculteur peut parler de l’agriculture ? »
Passionnée par l'agriculture et l'étude de la société, Valérie Dahm sillonne la France à coups de phrases chocs po [...]
Lire la suite ...

« Là où l’État sanctionne, la Région va accompagner »
En amont du Salon de l’agriculture, la vice-présidente de la Région, Marie-Sophie Lesne, a tenu une conférence [...]
Lire la suite ...

Guillaume et sa rouge flamande en quête du Graal
Éleveur à Auchy-les-Mines (62), Guillaume Dedourge emmène Nielle des blés, sa vache, au célèbre concours génér [...]
Lire la suite ...

Des jeunes de Genech en lice pour le trophée des lycées
Six jeunes de l'Institut de Genech (59) participent pendant quatre jours au trophée national des lycées agricoles su [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : un label régional au Salon de l’agriculture
Nicolas Fagoo, négociant en bestiaux et éleveur à Saint-Omer, a lancé il y a un an un label valorisant le bien-être [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires