Votre météo par ville

2021, année charnière pour les Jeunes agriculteurs

20-01-2021

Actualité

C’est tout frais

Communication, foncier, environnement, gestion des risques, PAC… En 2021, le syndicat Jeunes agriculteurs va utiliser tous les leviers à sa disposition au service d’un seul objectif : favoriser l’installation et le renouvellement des générations.

VANDAELE Samuel président JA © JA
« Nous voulons mettre les exploitations en mode projet, avoir des entreprises plus résilientes, plus autonomes », affirme Samuel Vandaele, président des Jeunes agriculteurs. © JA

Les Jeunes agriculteurs ont présenté leurs vœux le mardi 19 janvier. Le syndicat a décidé de prendre cette année à bras le corps, et sur tous ses sujets de prédilections. « 2021 sera une année décisive pour l’installation », annonce d’emblée le vice-président Guillaume Cabot.

Les JA veulent peser sur plusieurs sujets dont la préparation de la future PAC, ou encore la réforme foncière. Il faut une « PAC ambitieuse » autour de quatre axes, estiment-ils : le renouvellement des générations, les filières, la gestion des risques et la protection de l’environnement.

Un des principaux enjeux de la PAC pour le syndicat est la définition du « véritable actif agricole », explique le vice-président. Les JA souhaitent aussi « sanctuariser » les 4 % du budget fléchés vers les jeunes agriculteurs européens que ce soit à travers le 1er ou le second pilier. « Ce sont les régions qui vont être autorités de gestion pour la future PAC ». Les JA travaillent déjà avec Régions de France pour anticiper les travaux à venir dans un contexte où « 46 % des agriculteurs ont le droit de prendre leur retraite d’ici 2026 ».

« Susciter des vocations »

Autre thème de travail pour l’année qui commence, le foncier. « C’est un levier énorme, explique Basile Faucheux, vice-président. C’est une des phases de l’installation la plus couteuse ». Certes, la perspective de l’adoption d’une loi foncière avant la fin du quinquennat s’est éloignée, mais « nous travaillons à faire avancer la question sur au moins deux sujets : l’opacité sur les sociétés (la transmission des parts), et le lien avec l’actif », précise Samuel Vandaele, président des JA. « Il faut aussi travailler aux compensations face à l’artificialisation des terres », ajoute Basile Faucheux.

2021 doit également être une année utile pour « susciter des vocations » afin d’attirer des jeunes vers les métiers de l’agriculture, annonce Nicolas Sarthou, vice-président. En l’absence de Salon de l’agriculture, le syndicat réfléchit à des opérations de communication vers le public. Par ailleurs, le plan de relance prévoit 10 millions d’euros pour la communication autour de ces métiers. « Nous travaillons avec le ministère à la construction d’un film, précise Samuel Vandaele. Nous espérons qu’il pourra sortir cette année, et pourquoi pas en mai ou juin, à l’époque des conseils d’orientation pour les jeunes ».

Livre blanc

Par ailleurs, avec ses partenaires de la Fondation Terres Innovantes, le syndicat des JA participe « à la rédaction d’un livre blanc sur l’innovation technique, alimentaire autour de thèmes sur l’environnement, les systèmes de production plus performants, ou encore la relation agriculture et territoire », annonce Samuel Vandaele. Il s’agit de « répondre plus précisément à la convention citoyenne sur l’environnement ». Les JA espèrent pouvoir présenter ce livre blanc avant la fin de ce premier semestre.

Quant à la convention citoyenne, « il y a des choses dedans qui nous semblent intéressantes », constate Basile Faucheux. C’est le cas du stockage du carbone. « Nous avons un rôle à jouer », ajoute Guillaume Cabot qui rappelle que le syndicat JA a rejoint l’association France Carbon Agri « pour porter la voix des Jeunes agriculteurs ». « Le carbone est désormais un élément du projet d’installation du jeune agriculteur. Cela devra être un revenu complémentaire aux autres productions ».

Enfin, sur la gestion des risques, « il faut accompagner au plus près les agriculteurs pour éviter les crises ». Les JA plaident par exemple pour la création de retenues d’eau pour une meilleure gestion de l’eau. Sur l’ensemble de ces sujets « nous voulons mettre les exploitations en mode projet, avoir des entreprises plus résilientes, plus autonomes », conclut Samuel Vandaele.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires