Votre météo par ville

Sécheresse et agriculture : Frédéric Denhez, journaliste et écologue, répond à nos questions

19-05-2022

Actualité

Environnement

La sécheresse et ses conséquences sur l’agriculture étaient au cœur d’un billet du blog du chroniqueur et journaliste nordiste Frédéric Denhez, publié le 10 mai dernier. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions.

Frédéric Denhez, journaliste et écologue qui a travaillé sur la sécheresse et ses conséquences sur l’agriculture © DR

Que dire de la sécheresse actuelle ? Elle est très précoce. C’est surtout le sud est et le centre qui sont touchés. D’une manière générale, toutes les zones qui avaient déjà des problèmes d’accès à l’eau et de recharge des nappes phréatiques souffrent plus que d’habitude. Vosges, Alsace, Adour, Garonne, régions de Lille ou de Dunkerque… Le déficit de précipitations moyen en France est de 35 % depuis le début de l’année par rapport à 2021.

Ne s’attendait-on pas à une telle situation ? On savait que cela allait arriver, mais pas quand. L’eau est devenue totalement imprévisible, même si on a de grandes tendances. Cette sécheresse arrive un mois plus tôt que ce qu’on a l’habitude de vivre, au moment où les cultures de printemps et d’hiver poussent. Il y aura des impacts agricoles immédiats.

Qu’en est-il dans le Nord-Pas de Calais ? En termes d’eau, le Nord est une zone compliquée, notamment dans le delta de l’Aa, les wateringues et le triangle Lille-Douai-Lens qui connaissent des soucis d’approvisionnement à court terme. À tel point que Dunkerque est alimentée par une dorsale de l’eau, qui vient notamment d’Aulnoyes-Aymeries (59). À moyen terme, c’est aussi le Boulonnais, la Sambre, la vallée de la Sensée qui seront concernés. Si les interconnexions se font mal, il y a aura des problèmes d’accès à la ressource.

L’eau devient donc rare ? Elle est juste moins disponible. Les disparités vont s’accentuer. Les conclusions du modèle de prévision Drias 2020 de Météo France, montrent en gros qu’en termes de pluviométrie, la France sera coupée en trois morceaux : une partie au nord d’une ligne Rouen-Strasbourg où il pourrait pleuvoir plus à l’année, une partie au sud d’une ligne Bordeaux-Grenoble où il devrait pleuvoir moins voire beaucoup moins, et un morceau entre les deux, où la pluviométrie annuelle ne devrait pas changer. Cependant, si à l’échelle du pays la pluviométrie ne va pas changer, sa répartition oui ! Il pleuvra plus l’hiver et moins l’été…

Quel rayon d’action ? Il n’y a pas de solution unique. L’imperméabilisation des villes est une grande question. À Douai, la ville et l’association Adopta ont ouvert le béton pour le désimperméabiliser. La technique a été reprise partout en France, et en Europe. Côté campagne, on sait qu’il y a de moins en moins d’eau stockée dans les sols. C’est là où l’agriculture a un pouvoir et un devoir gigantesque en entretenant le sol, qui est un puits à carbone et une éponge à eau. Les solutions sont déjà connues et expérimentées : sols peu travaillés, couverts, haies, arbres, prairies permanentes… Ce que les agriculteurs peuvent faire, c’est se demander « comment faire en sorte que mon sol conserve au maximum son eau, mon irrigation est-elle vraiment utile ? »

Les bassines sont-elles une solution ? Pourquoi pas, mais ce serait un non-sens de les alimenter toute l’année. Elles ne devraient l’être que par l’eau de pluie, de surface ou par les nappes l’hiver, pas l’été. Un agriculteur vendéen me disait que tout dépendait de leur utilisation. Est-ce une bonne idée de continuer à miser sur du maïs, ou des cultures d’été qui souffrent le plus de la chaleur, ne vaudrait-il pas mieux miser sur des cultures d’hiver ? Est-il utile de faire de la céréale pour l’exportation ? Car cela revient à exporter de l’eau… Encore une fois, il n’y a pas de solution simple ou radicale. Mais dans tous les cas, ces adaptations vont coûter cher. Ce sera aux Agences de l’eau de les financer, mais elles commencent à manquer de trésorerie, notamment parce qu’on leur demande de plus en plus de travailler à l’entretien de la biodiversité. La question se pose de savoir s’il ne fallait pas augmenter les taxes ou en rajouter une… En fait, il faut développer une culture de la rareté en France, apprendre à ne plus considérer que l’eau coule de source. 

Voir le billet de blog de Frédéric Denhez

Propos Recueillis Par Lucie De Gusseme

Lire aussi : Sécheresse : Ne pas céder à la panique

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires