Votre météo par ville

Zones humides : attention fragiles !

26-01-2022

Actualité

Environnement

La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui les distingue. Visites et conférences aident à découvrir ces milieux fragiles.

Autour de Sophie Warot-Lemaire, présidente du Parc naturel régional des Caps et marais d’Opale, les principaux acteurs de la défense de la zone humide du marais audomarois. © H. V.

« Les zones humides disparaissent trois fois plus vite de la surface de la terre que les forêts », alerte Luc Barbier. Le responsable de la mission marais audomarois au Parc naturel régional des caps et marais d’Opale précise : «Entre 1950 et aujourd’hui, 60 % des zones humides ont disparu en France. » D’où l’importance de la journée mondiale qui leur est consacrée le 2 février, date anniversaire de la signature de la convention Ramsar, du nom de la ville en Iran qui a accueilli cet événement en 1971.

Une zone humide, ça va de la mare au fond de votre jardin à la retenue artificielle d’un barrage hydroélectrique. Au milieu, on trouve des zones humides d’importance internationale qualifiées aussi de “remarquables“, labellisées Ramsar. Cinquante-deux d’entre elles l’ont en France, cinq dans les Hauts-de-France et deux dans le Nord-Pas de Calais. La plus ancienne à avoir été labellisée, en 2008, se situe à cheval sur 15 communes dans le marais audomarois, dont Saint-Omer, dans le parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale. La reconnaissance du deuxième site est plus récente. Elle date de janvier 2020 et se trouve dans le parc naturel régional Scarpe-Escaut, autour de Saint-Amand-les-Eaux.

Cette journée mondiale, qui s’étale en fait sur tout un mois, est l’occasion – via des rencontres, des ateliers, des visites et des conférences – de faire découvrir, connaître et aimer ces milieux si particuliers, si fragiles et pourtant indispensables. Leurs promoteurs en sont persuadés : « Agir pour les zones humides, c’est agir pour l’humanité et la nature.  »

Les zones humides au sein du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale :

Les zones humides au sein du parc naturel régional Scarpe-Escaut :

Découvrez le programme et les informations pour s’inscrire aux événements

Pression foncière

« Les principaux risques qui pèsent sur ces zones, on les connaît, développe Luc Barbier. C’est, en premier lieu, la pression foncière qui réduit, chaque année, leur surface. C’est, en second lieu, la qualité de l’eau qui, malgré les progrès enregistrés ces dernières années, reste insatisfaisante. »

La situation du marais audomarois, dernier marais maraîcher de France, est stratégique. « Pas question de le placer sous cloche », affirme Bertrand Petit, premier vice-président de la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (Capso). Président du groupe de travail marais, il redoute de voir les maraîchers déserter ces terres si compliquées à travailler. Un constat partagé par Luc Barbier. « Si les maraîchers ne gagnent plus leur vie sur ces terres, il n’y aura plus de maraîchers, c’est aussi simple que ça. »

C’est la raison pour laquelle la Capso a mis en place le Programme de maintien de l’agriculture en milieu humide (PMAZH). Soutenu financièrement à 70 % par l’Agence de l’eau Artois-Picardie, le PMAZH a permis l’embauche de Bastien Van Inghelandt, agro-écologue qui travaille au quotidien avec les maraîchers et les éleveurs. Les opérations « fermes ouvertes » chez des exploitants qui ont fait évoluer leurs pratiques, notamment Bernard et Fabienne Deram, à Saint-Momelin, seront enrichissantes.

Hervé Vaughan

Lire aussi : Mormal : L’appel de la forêt

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires