Votre météo par ville

À Coulogne, aquaculture et ouverture

17-05-2024

Actualité

#Tracetonsillon

Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l’une de ses formations initiale, continue ou en apprentissage en aquaculture, horticulture, paysage ou animalerie. Une formule payante pour l’établissement qui fait le plein.

Une dizaine d’hectares à Coulogne, près de Calais (62) où un petit chat lorgne sur les poissons d’élevage pendant que Théo remplit le bassin de carpes koï plus grandes que le matou susmentionné ; où des élèves sèment des graines et rempotent des plantes en plein examen ; font courir des végétaux sur un tuteur, reviennent d’Espagne ou se préparent à déjeuner américain. Au lycée agricole de Coulogne, on met les élèves au cœur de l’action dans une volonté affichée d’ouverture. Visite guidée par David Vandewalle, chef d’établissement.

1. Son histoire

C’est l’abbé Dupuy, professeur de français et de philosophie au lycée Saint-Pierre, à Calais, qui décide de créer une ferme au début des années 50 afin d’apprendre un métier et de nourrir des orphelins. La Ferme des orphelins accueille 10, puis 20, 40… élèves jusque dans les années 90 où l’établissement se voit reconnaître par l’État et délivre ses premiers diplômes, des BEP et CAP agricoles. Dans les années 90, 160 élèves fréquentent l’établissement. En 1994, « 220 élèves », se souvient David Vandewalle qui entre comme formateur en comptabilité et économie en parallèle d’un mi-temps en comptabilité. Il devient prof de compta-gestion en 1996, responsable pédagogique pour la formation initiale en 2000 puis aussi pour la formation continue et l’apprentissage en 2002 avant de devenir le chef d’établissement en 2005. Aujourd’hui, 360 élèves et 180 apprentis ainsi qu’un nombre variable de personnes en formation continue – 50 0000 heures chaque année – fréquentent l’établissement où travaillent 70 salariés.

2. Ses infrastructures

Une dizaine d’hectares où sont réparties salles de cours, salles collectives (restaurant scolaire et restaurant du personnel, CDI, salles informatiques et autres foyers de vie), l’internat de 230 lits, les terrains de foot ou de basket, les serres (1 200 m2 dont 900 dédiés à la production en plus de la boutique ouverte au public tous les vendredis de l’année et tous les jours pendant la pleine saison, au printemps), les ateliers pédagogiques (culture légumière, animalerie où les élèves apprennent à prendre soin d’oiseaux de toutes les couleurs, lapins, souris, chinchillas, serpents et autres geckos), les jardins, 20 bassins, 12 étangs, 30 aquariums… « Avoir nos propres ateliers pédagogiques a un coût mais cela fait aussi notre force », pense le chef d’établissement.

3. Sa philosophie

« Nous sommes ouverts à tous et centrés sur la réussite de chacun », formule David Vandewalle qui précise : « Je donne leur chance à tous les élèves. Je reçois toutes les familles. » Le chef d’établissement explique encore « former des futurs professionnels si possible bons, en cohérence avec les objectifs professionnels et avec les professionnels ». Une connexion au monde professionnel inscrite dans l’ADN du lycée privé qui est, par exemple, adhérent à l’Unep (Union nationale des entreprises du paysage) ou qui accueille dans ses murs le siège du syndicat régional des pisciculteurs. « On ne se connaît jamais mieux que quand on se voit tous les jours », juge David Vandewalle qui déroule encore les partenariats avec les collectivités et autres associations.

De l’ancré, du concret aussi pour que les élèves trouvent du sens à leur formation, le tout « dans de bonnes conditions de travail et de vie », il n’y a qu’à voir le récent internat façon campus qui, outre son faible impact environnemental (90 % des locaux du lycée sont chauffés par une chaudière bois complétant les panneaux photovoltaïques, l’eau provient d’un forage et est utilisée en circuit fermé…) propose des chambres de quatre où chacun(e) possède sa propre alcôve pour davantage d’intimité que les dortoirs à l’ancienne. Autre approche encore : la permaculture et zéro phytos pour les légumes ou les espaces verts (mais pas pour les fleurs).

4. Ce qui a changé en 10 ans

Quand il se retourne, le chef d’établissement pense d’abord covid. « On remarque combien les élèves ont changé depuis ce moment, en termes de sociabilisation surtout : ils ont besoin d’être rassurés, ont parfois peur du groupe. Je ne pense pas qu’on mesure l’impact de cette période (le confinement, les masques) sur les jeunes », prévient David Vandewalle. Plus concret, la création du BTS jardinerie-animalerie ou du contrat de spécialisation en élagage. Enfin, le rapprochement avec le lycée de Bourbourg en 2008. « L’établissement était proche de la fermeture, aujourd’hui il va très bien », exprime l’aussi chef de cet établissement agricole nordiste. « À 20 petits kilomètres mais sur un autre territoire, dans un autre département, avec d’autres politiques » qui ont aussi bénéficié à Coulogne une fois les craintes dépassées, toujours dans cette idée que l’ouverture nourrit. C’est le même élan qui pousse à multiplier les voyages (Espagne, Roumanie, Italie rien que ces dernières semaines), avec la pleine intégration, depuis deux ans, du programme Erasmus.

5. Ses projets

« Un bel amphithéâtre », qui manque au lycée. D’un point de vue pédagogique, c’est le développement de l’aquaponie, composante de la filière aquaculture, ainsi que l’algoculture, la production et l’élevage d’algues, dans un objectif d’autonomie et de valorisation.  

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires