Votre météo par ville

Hauts-de-France : Qu’est-ce que le comité régional de l’énergie ?

16-11-2023

Actualité

C’est tout frais

Créés par décret à l’aube de 2023, les comités régionaux de l’énergie entendent favoriser la concertation autour des questions énergétiques. En juillet, les Hauts-de-France ont – les premiers – installé leur comité, co-piloté par l’État et la Région. Le détail en quatre points.

Les comités régionaux de l’énergie entendent favoriser la concertation autour des questions énergétiques. En juillet 2023, les Hauts-de-France ont – les premiers – installé leur comité, co-piloté par l’État et la Région. Dans la course aux transitions énergétiques, la Région s’est rapidement (et fièrement) positionnée en tête sur la ligne de départ.

Quelques mois après la constitution par décret le 27 janvier 2023, elle initiait la première son comité régional de l’énergie (CRÉ), co-présidé par le préfet de région et le président de la Région Hauts-de-France, en réunissant les acteurs de l’énergie le 3 juillet dernier. On fait le point.

1. Quelles ambitions pour le comité régional de l’énergie ?

Composé de 45 membres répartis dans cinq collèges, le CRÉ vise à :

  • proposer au ministre chargé de l’Énergie des objectifs pour le développement des énergies renouvelables (ENR) ;
  • contribuer à la fixation, au suivi et à l’évaluation de la mise en œuvre des objectifs de développement des ENR dans le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) ;
  • rendre un avis sur l’évolution du développement des ENR sur la base d’un bilan des indicateurs de suivi ;
  • débattre et rendre des avis sur tous les sujets relatifs à l’énergie ayant un impact sur la région.

2. Décarbonation : où en sont les Hauts-de-France ?

Pour Frédéric Motte, membre de l’exécutif du conseil régional, les Hauts-de-France sont « leaders du mix énergétique ». Dans le défi vers la neutralité carbone, le premier stade est de « défossiliser l’énergie ». Dans cette course, « le nucléaire est incontournable », ajoute-t-il. Le 3 juillet, le préfet rappelait le travail à long terme que doit conduire la région Hauts-de-France, dans la décarbonation sous plusieurs formes : la décarbonation de la production industrielle, le développement de modes de transport moins carbonés et la production d’énergie, qui est encore très majoritairement fossile.

« La production d’une énergie décarbonée fait consensus, tout particulièrement dans un contexte de changement climatique et de nécessité de renforcer la souveraineté énergétique de la France », complète la préfecture.

En 2020, la production régionale d’ENR atteignait l’équivalent de 17 % (d’après l’observatoire du climat Hauts-de-France) de la consommation énergétique finale régionale, en mixant :

  • 43 % de bois-énergie : la récolte du bois dans les Hauts-de-France représente environ 3 % de la récolte nationale dont près de la moitié est valorisée en « énergie » ;
  • 27 % d’éolien : la région Hauts-de-France représente près de 30 % de la capacité éolienne terrestre installée en France, avec environ 2 270 mâts pour une puissance de 5,3 GW, elle est à la première place nationale ;
  • 13 % d’agro-carburants.

Puis, viennent les pompes à chaleur, le biogaz (méthanisation), la valorisation des déchets urbains et le solaire. Le photovoltaïque a progressé ces dernières années, mais il reste encore peu développé dans la région, malgré un potentiel avéré.

3. Agriculture régionale : quelle place dans la production d’énergie ?

Les Hauts-de-France se démarquent par une agriculture très productive et diversifiée. La région comptait en 2022 plus de 174 unités de méthanisation en service.. Plus de 75 % des installations de production de biogaz sont des méthaniseurs agricoles. Concernant le solaire, le monde agricole commence à se mobiliser, mais il y a beaucoup à faire pour rattraper la méthanisation, qui possède une bonne dizaine d’années d’avance.

Selon la Région, l’énergie solaire produite par l’agriculture régionale ne représente, en 2023, que 0,74 % de son mix énergétique. Elle a lancé, avec la chambre d’agriculture des Hauts-de-France, une convention régionale pour accélérer le développement d’installations photovoltaïques.

4. Que peut-on dire du rôle exercé par les territoires ?

L’objectif visé d’ici 2050 par l’Élysée est de multiplier par dix la production d’énergie solaire pour dépasser les 100 gigawatts (GW), de déployer 50 parcs éoliens en mer pour atteindre 40 GW et de doubler la production d’éoliennes terrestres pour arriver à 40 GW (lire en page 35).

Dans ce contexte, la loi d’accélération de la production d’énergies renouvelables dite loi « Aper », du 10 mars 2023, joue un rôle central. L’ambition de cette loi est de faciliter l’installation d’énergies renouvelables dans les territoires. « Les communes peuvent désormais définir, après concertation avec leurs administrés, des zones d’accélération, où elles souhaitent prioritairement voir des projets d’énergies renouvelables s’implanter » indique le ministère de la Transition écologique.

Les élus locaux sont invités à proposer leurs zones d’accélération (non exclusives) jusqu’à la fin de l’année. Une initiative bien accueillie par les élus, mais qui se fait dans la précipitation pour beaucoup : « Le défi qu’on nous pose en quelques mois est assez conséquent, mais ce travail va être facilitateur », commente Jean-Gabriel Masson, président des maires ruraux du Nord.

Passée l’échéance du 31 décembre, il sera toutefois possible de communiquer des zones d’accélération à l’État au fil de l’eau, indique le ministère. Une fois ces zones définies, le CRÉ rendra un avis sur la cartographie des zones d’accélération, transmise par les référents préfectoraux.

En parallèle, à compter du 1er janvier 2024, conformément au droit européen et à la loi anti-gaspillage de 2020, le tri des biodéchets sera généralisé et concernera tous les professionnels et les particuliers. Ainsi, à l’échelle d’un territoire, la production de biométhane issu des biodéchets contribuera à participer au développement d’une économie circulaire, créatrice de valeur et d’emplois, où les déchets deviennent des ressources d’énergie.

Renforcer le dialogue et la concertation à l’échelle locale

L’objectif est de réaffirmer le rôle majeur des collectivités dans la déclinaison des politiques énergétiques et climatiques – une demande, par exemple, de l’Association des maires ruraux de France – et de les positionner comme contributeurs de la réflexion régionale sur le développement des ENR, telles que la méthanisation, le photovoltaïque, le bois et l’hydrogène, dont les potentiels de développement constituent un levier intéressant.

Par ailleurs, le dialogue et la concertation à l’échelle d’un territoire, avec les habitants et les acteurs locaux, sont indispensables pour que la filière se développe et pour l’acceptabilité des projets. 

Louise Tesse Et Kévin Saroul

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires