Votre météo par ville

Naissance de la Fredon Hauts-de-France

18-12-2019

Actualité

C’est tout frais

La nouvelle a été annoncée lors de l’assemblée générale extraordinaire commune du 12 décembre 2019 : le 1er janvier 2020, c’en sera fini des Fredon Picardie et Nord-Pas de Calais. Les deux entités ne formeront plus qu’une, sous le logo de la Fredon Hauts-de-France. Explications.

Fredon Hauts de France Terres et Territoires
© DR

« L’aboutissement de deux années de réflexion. » C’est ainsi que Jean-Jacques Verstraeten, président de la Fredon Nord-Pas de Calais, a présenté le logo de la nouvelle Fredon Hauts-de-France le 12 décembre 2019 à Loos-en-Gohelle (62), lors de l’assemblée générale ordinaire commune des Fredon Nord-Pas de Calais et Picardie. « Les deux entités ont fusionné par absorption, détaille Jean-Jacques Verstraeten. Sur le papier, le Nord-pas de Calais a absorbé la Picardie. »

Deux ans de réflexion

Dans les tuyaux depuis deux ans, le projet a eu le temps de mûrir. « Il y a eu deux éléments déclencheurs, explique Patrick Moizard, président de la Fredon Picardie : « la loi Nôtre et ses nouvelles régions, et la directive selon laquelle au 1er janvier 2020 il ne doit plus y avoir qu’un organisme à vocation sanitaire (OVS) par région. Tout comme les Fredon Nord-Pas de Calais et Picardie, la Fredon Hauts-de-France fera partie du premier réseau d’experts indépendants au service de la santé du végétal, de l’environnement et de l’être humain. Notre vision, c’est aussi bien la productivité que l’écologie, nous n’avons pas de parti pris », a-t-il rappelé.

Deux sites conservés

La décision a été prise de conserver les deux sites à Loos-en-Gohelle et Amiens. Après l’assemblée général du 12 décembre dans le Nord, la prochaine réunion commune annoncée le 9 janvier 2020 se tiendra en Picardie, « pour respecter une certaine alternance », précise Jean-Jacques Verstraeten, avant de se tourner vers Patrick Moizard, « l’un des principaux artisans de la Fredon Hauts-de-France », qui s’apprête à passer la main après des années de loyaux services. Le président de la nouvelle structure régionale sera élu lors de cette prochaine réunion.

« Quel bonheur de voir cette assemblée si sereine ! », s’est ému ce dernier, avant de remercier ses deux directrices, Odile Muchembled à présent directrice générale de la nouvelle entité, et Valérie Pinchon, directrice générale adjointe.

Première préoccupation de ce nouvel OVS régional : être en alerte sur toute menace, et notamment les espèces invasives exotiques. Moustiques tigre et rats musqués n’ont qu’à bien se tenir.

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Fruidor a souhaité se rapprocher des producteurs avec Bufl
Découvrez dans la suite de notre article parue dans notre édition de ce vendredi 3 juillet que vous pouvez retrouver [...]
Lire la suite ...

Podcast. « J’aimerais contribuer à faire évoluer l’exploitation »
Pour le 1er épisode de notre podcast estival « L’agriculture de demain : paroles de jeunes ! », nous avons te [...]
Lire la suite ...

Claude Grenier, nouveau directeur du groupe Gènes diffusion à Douai (59)
C’est officiel. Le 1er juillet 2020, Claude Grenier a pris la direction de l’ensemble des structures de Gènes d [...]
Lire la suite ...

« La betterave continuera à faire partie de nos assolements » 
Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) Franck Sander est intervenu lors de l [...]
Lire la suite ...

Le plan agroécologie des Hauts-de-France prend forme
La Région Hauts-de-France, la Draaf et de la chambre régionale d'agriculture ont élaboré un plan agroécologie pour [...]
Lire la suite ...

Jeune installé, c’est sa première moisson ! (vidéo)
Julien Dumont, agriculteur à Saint-Étienne-au-Mont (62), s’est installé en janvier 2020. Le 25 juin, il battait [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires