Votre météo par ville

Plan de relance : un dispositif pour renouveler les forêts

28-12-2020

Actualité

C’est tout frais

Début décembre 2020, le ministre de l’Agriculture annonçait le lancement du dispositif en faveur du renouvellement forestier dans le cadre d’un plan de relance pour les forêts. Un appel à manifestation d’intérêt est lancé jusqu’au 7 janvier 2021.

Arbres forêt hiver automne © Pixabay
L’objectif n°1 du plan de relance pour les forêts est de faire face au changement climatique et d’avoir un reboisement adapté. © Pixabay

Syndicats et interprofessions de la forêt et du bois ont signé le 22 décembre 2020 une charte qui doit servir de ” feuille de route ” au volet reboisement du plan France relance.

Pour le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, ” la filière forêt-bois trouve naturellement sa place dans le plan France relance puisqu’il s’agit d’accélérer la conversion écologique de notre économie et de notre tissu productif, de sauvegarder les emplois et d’assurer notre souveraineté. Ce plan mobilise des moyens inédits pour accompagner les propriétaires forestiers publics et privés dans le renouvellement forestier“.

Lire aussi : Plan de relance, des opportunités de financement à saisir

200 millions d’euros pour les forêts françaises

Dans le cadre de ce plan, une enveloppe de 200 millions d’euros sera allouée aux arbres français. Les trois quarts iront au renouvellement forestier, un véritable enjeu pour les forêts de l’Hexagone. Celles-ci ont été durement touchée ces dernières années par les sécheresses à répétition. Mais aussi par les attaques sanitaires et parasitaires comme les scolytes, qui ont fait des ravages dans le nord-est du pays.

Graphique plan de relance forêt 2020
Répartition du plan de relance forêt. © Ministère de l’Agriculture

Le premier des défis est évidemment le changement climatique qui bouleverse beaucoup d’écosystèmes forestiers “, a indiqué Julien Denormandie. La filière, organisée au sein de France Bois Forêt, a mis en place des groupes de travail depuis plusieurs années pour observer les dégâts en forêt, les diagnostiquer et trouver, avec l’ensemble des professionnels de la forêt, des solutions.

Celles-ci devraient passer par la ” diversification des essences, des provenances et des traitements, par la dilution des risques “, a plaidé Philippe Gourmain, expert forestier. ” Mélanger les essences, mettre en place plusieurs trajectoires sylvicoles, intensifier l’observation et le diagnostic des stations… Et surtout gérer la forêt, ne pas la laisser à l’abandon “, précise la Fédération des syndicats de forestiers privés (Fransylva).

Un appel à manifestation d’intérêt lancé

Avec ce plan de relance, le ministre de l’Agriculture ambitionne d’améliorer, adapter, régénérer et reconstituer plus de 45 000 hectares, soit environ 50 millions d’arbres.

Dans cette perspective, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI). Il est à destination des opérateurs économiques de l’amont forestier de la filière forêt-bois.

Ces acteurs doivent être capables d’identifier, démarcher, conseiller et susciter l’adhésion des propriétaires forestiers potentiellement concernés par ce volet ” renouvellement forestier ” du plan de relance.

Ils doivent aussi regrouper les dossiers de ces propriétaires et représenter ces derniers auprès des services de l’État. Enfin, ils doivent sécuriser la mise en œuvre de ces opérations sylvicoles dans des conditions garantissant la qualité des prestations fournies et le respect des délais prescrits.

Jusqu’à 80 % des investissements pris en charge

L’État financera 80 % des investissements réalisés pour la reconstitution des forêts en dépérissement. Notamment dans le cadre de la crise des scolytes sévissant en Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes.

Il financera également 60% pour le renouvellement de forêts déjà identifiées aujourd’hui comme vulnérables au changement climatique, et pour la conversion/transformation de peuplements forestiers pauvres pour améliorer leur contribution à l’atténuation au changement climatique.

Pour bénéficier de ce soutien, il faudra, pour les forêts de 10 hectares et plus, un taux minimum de diversification des essences de 20 %.

Jusqu’au 7 janvier pour déposer son dossier

Les modalités d’accès se veulent simples. Pour les propriétaires forestiers, il n’y aura pas de seuil minimum d’éligibilité en surface, et une possibilité de paiement sur la base de montants forfaitaires à l’hectare, en s’appuyant sur des justificatifs déjà existants (autorisations administratives de coupe sanitaire, documents de gestion durable) ou produits directement par un expert forestier, l’Office national des forêts ou un gestionnaire forestier professionnel, avec l’appui possible du Centre national de la propriété forestière (CNPF).

Les opérateurs économiques de l’amont forestier de la filière forêt-bois éligibles sont invités à déposer leur dossier complet avant le 7 janvier 2021, sous forme électronique, auprès de la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) de leur région.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires