Votre météo par ville

UE-Mercosur : un accord sur le dos de l’agriculture

01-07-2019

Actualite

C’est tout frais

Après 20 ans de négociations, l’Union européenne (UE) et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) ont conclu un traité de libre-échange. Un accord jugé catastrophique par les organisations agricoles de l’UE. 

« Il ne faut pas nier que nous avons dû faire des concessions importantes pour parvenir à un résultat équilibré et ambitieux », a dû admettre le commissaire européen à l’agriculture Phil Hogan le 28 juin 2019, commentant l’accord commercial que venaient de conclure à 19 heures à Bruxelles les négociateurs de la Commission européenne et du Mercosur.
Un accord jugé catastrophique par les organisations agricoles de l’UE — et aussi par les écologistes — qui ont dénoncé notamment l’ouverture du marché européen à des denrées produites selon des critères environnementaux et sociaux bien moindres.
L’UE s’est ainsi engagée à ouvrir d’importants contingents d’importation tarifaires pour une série de produits sensibles, notamment : graduellement sur 5 ans, 99 000 tonnes de viande bovine (quelque 44 000 t étant réservées au Brésil), dont 55 000 t de viande fraîche et réfrigérée et 45 000 t de viande congelée pour la transformation, au droit de 7,5 % ; sur 5 ans également, 180 000 t de volaille à droit nul ; 180 000 t de sucre à droit nul ; sur 5 ans, 650 000 t d’éthanol (dont 450 000 t pour l’industrie chimique), avec un droit de 6,4 €/hl pour le produit non dénaturé et de 3,4 €/hl pour le produit dénaturé.
Hogan tente de rassurer
Phil Hogan a tenté de rassurer en précisant que ces importations devront « respecter les normes strictes de l’UE en matière de sécurité alimentaire », que l’accord « confirme explicitement le principe de précaution » et qu’il prévoit des « mesures de sauvegarde » en cas d’augmentation soudaine des importations susceptible de causer un préjudice grave au secteur concerné.
« La Commission est également disposée à aider les agriculteurs à procéder (aux ajustements nécessaires), avec un soutien financier pouvant atteindre 1 milliard d’euros en cas de perturbation du marché », a-t-il également promis.
En échange de ces concessions, dont le but était notamment d’obtenir l’ouverture du marché du Mercosur pour les produits industriels européens, les voitures en premier lieu, l’UE a obtenu des quatre pays sud-américains, parmi ses «intérêts offensifs» agricoles, la protection de 357 indications géographiques, l’ouverture de leur marché pour un contingent de 30 000 t de fromages avec des droits réduits à zéro sur neuf ans ainsi que l’abolition à terme de leurs droits sur le vin.
Les agriculteurs européens révoltés 
Les agriculteurs européens fustigeaient le 29 juin l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur, qui les place selon eux face à une concurrence déloyale et qu’ils dénoncent depuis des mois.
La Copa Cogeca, principal syndicat agricole dans l’UE, a fustigé « une politique commerciale à deux poids et deux mesures », qui élargit « le fossé entre ce qui est demandé aux agriculteurs européens et ce qui est toléré des producteurs du Mercosur », dont les normes sanitaires et environnementales ne sont pas les mêmes qu’en Europe.
Quant à la patronne du premier syndicat français FNSEA, Christiane Lambert, elle a dénoncé « un coup dur pour l’agriculture » et « un mensonge, une tromperie » pour les consommateurs, soulignant que « 74% des produits phytosanitaires utilisés au Brésil sont interdits en Europe ».

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le chlorpyrifos interdit dans l’UE dès 2020
Les États membres de l’Union européenne ont décidé d’interdire l’usage du chlorpyrifos, un insecti [...]
Lire la suite ...

La Région au grand galop avec la filière équine
Le conseil régional des Hauts-de-France a voté, fin septembre 2019, un ambitieux Plan cheval. 5,3 millions d’eur [...]
Lire la suite ...

Retraites : qui appelle à manifester et pourquoi ?
Une très grosse mobilisation est prévue dans toute la France ce jeudi 5 décembre 2019 pour protester contre la réfor [...]
Lire la suite ...

Pour emballer, ils se plient en quatre
Arnaud Noiret et Rémy Denecker ont une marotte, l’usage multiple d’un même objet pour éviter son gaspillage. Alor [...]
Lire la suite ...

Rev3. « Être les premiers sur le biométhane »
Au cœur de la troisième révolution industrielle, les projets de méthanisation sont de plus en plus nombreux dans les [...]
Lire la suite ...

Un Premier ministre à l’écoute
Après les mobilisations du 27 novembre 2019, Édouard Philippe a reçu la FNSEA et les Jeunes agriculteurs le mardi 3 d [...]
Lire la suite ...

Restez informé en recevant votre newsletter Terres et Territoires

Au cœur des terres

#terresetterritoires