Votre météo par ville

Région. Et que vive le patrimoine !

14-09-2023

Actualité

C’est tout frais

Les Journées européennes du patrimoine seront célébrées ces 16 et 17 septembre autour de deux thèmes : le patrimoine sportif, JO de Paris 2024 obligent, et le patrimoine vivant : celui qui tisse entre nos quotidiens individuels une forme de destin commun.

La piscine Art déco de Bruay-la-Buissière est unique dans la région. © Agglo Béthune-Bruay

Deux thèmes – le patrimoine sportif et le patrimoine vivant – ça sonne un peu fourre-tout mais on dira que c’est parce que le patrimoine est tellement riche qu’on n’a pas pu choisir.

Elles sont nées en France en 1984 mais ont rapidement rencontré le succès : les Journées du patrimoine se déroulent aujourd’hui dans plus de cinquante pays, accueillant chaque année près de 30 millions de visiteurs pour quelque 50 000 monuments et sites visités. Pour les Hauts-de-France, pas moins de 1 946 événements sont programmés cette année dont 774 dans le Nord et 476 dans le Pas-de-Calais.

Alors, de quoi s’agit-il ? Il s’agit « d’ouvrir au public des lieux habituellement peu accessibles, ou de faire redécouvrir, au moyen d’animations ou de visites guidées thématiques, musées et Monuments historiques », explique la Direction régionale de la culture (Drac) en charge déployer l’événement sur les territoires. 

Monuments publics, châteaux, édifices religieux ou militaires, patrimoines ruraux, jardins ou forêts sont ainsi ouverts au public, tout comme nombre de propriétés privées (demeures, bureaux, usines…) sont exceptionnellement accessibles pour l’occasion.

Géants

Deux thèmes cette année, donc. Le patrimoine vivant, qui « désigne les pratiques, les expressions, les connaissances et les savoir-faire transmis d’une génération à l’autre qui sont recréés en permanence comme les chants, les danses, les rituels, les fêtes, les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel ou encore les connaissances liées à la nature et l’univers ». Bref, il y a de quoi faire sur nos territoires où géants et autres tambours-majors impriment leur tempo chaque année ; où la colombophilie rassemble encore les générations ; où le plus grand marais maraîcher de France accueille les derniers fabricants de bacôves, ces barques à fond plat uniques. Le choix d’un thème qui coïncide avec le vingtième anniversaire de la convention sur le patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’Unesco, où l’on attend d’ailleurs l’inscription de la bière, patrimoine régional s’il en est. Sans oublier que le patrimoine vivant participe aussi à la conservation et à la restauration du patrimoine matériel. De fait, patrimoine matériel et immatériel sont indissociables.

Bourloires

En cette année de Jeux Olympiques et Paralympiques, les Journées européennes du patrimoine proposent aussi de mettre l’accent sur la relation entretenue entre le patrimoine et le sport, marquant notamment « l’une des étapes majeures de l’Olympiade Culturelle, programmation mêlant pratique artistique et culture sportive qui a commencé à se déployer l’an dernier et va s’intensifier, partout en France, jusqu’en septembre 2024 ». Un peu fourre-tout on disait, mais l’occasion de pousser la DRAC à « mener un travail d’inventaire » et « d’inciter les propriétaires de biens sportifs à les ouvrir ».

Dans la région, on recense des bourloires – une dizaine d’inscriptions dans le nord de la région pour des pistes construites majoritairement au milieu du XIXe siècle – des piscines et aussi des hippodromes, vélodromes, tribunes, jeux de paume et d’arc : plus d’une centaine d’événements a été recensée dans les Hauts-de-France offrant autant d’occasions de découvrir ce patrimoine sportif.

Cour d’honneur

Les enfants ne sont pas oubliés de cette invitation à visiter son patrimoine, avec plus de 40 000 élèves accueillis dans près de 900 visites l’an dernier dans la région. Et, outre les sites thématiques, les Journées du patrimoine sont aussi l’occasion de pousser les portes, de soulever les voiles qui séparent, traditionnellement, la population des adresses du pouvoir.

Ainsi, préfectures et sous-préfectures ouvrent leurs grilles comme à Arras, où la visite de la cour d’honneur, de l’hôtel (hall, salle à manger, salon, bureau du préfet), du parc et du potager sont au programme, tout comme l’organisation de jeux anciens ou d’un jeu de piste pour les plus jeunes. Bon voyage dans votre patrimoine !  

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires