Votre météo par ville

Bulle d’air, un service de répit pour les aidants familiaux

09-04-2021

Actualité

C’est tout frais

En 2020, le dispositif Bulle d’air de la MSA a permis à plus de 40 aidants familiaux du Nord et du Pas-de-Calais de prendre du temps pour eux. À l’occasion de la journée mondiale de la maladie de Parkinson le 11 avril, Marie-Claire Dimey, dont le mari est atteint de cette maladie neurodégénérative, témoigne.

Aidants MSA © Pixabay
Pendant l’absence de l’aidant, le relayeur prend son relais pour un minimum de trois heures consécutives, jusqu’à plusieurs jours consécutifs, 24 h sur 24 et sept jours sur sept. © Pixabay

Administrer les médicaments, donner à manger, parfois faire la toilette ou de petits soins, veiller à ce que rien ne manque… Le quotidien des aidants familiaux, qui s’occupent d’un proche malade ou atteint de handicap, est souvent très chargé et peut engendrer une fatigue, tant psychologique que physique. Pour accompagner ces familles, la Mutualité sociale agricole (MSA) du Nord-Pas de Calais, par le biais de son association partenaire le Centre Feron-Vrau, gestionnaire de la maison des aidants, propose un service innovant de répit à domicile : Bulle d’air.

Soulager les aidants

« Le dispositif a été créé par la MSA en Isère en 2011 puis il s’est déployé sur tout le territoire au fur et à mesure », explique Ludovic Desseaux, coordonnateur répit des aidants à l’association Feron-Vrau.

Concrètement, le dispositif Bulle d’air vise à soulager les aidants s’occupant d’un proche dépendant, quelle que soit sa pathologie (handicap, perte d’autonomie, etc.). D’après la MSA, cette solution de répit propose des interventions à la carte, ponctuelles ou régulières. Pendant l’absence de l’aidant, un relayeur sélectionné par Bulle d’air prend son relais pour un minimum de trois heures consécutives jusqu’à plusieurs jours consécutifs, 24 h sur 24 et sept jours sur sept.

Le relayeur intervient dans la vie de tous les jours : compagnie, repas, jeux, aide aux gestes quotidiens, sorties, etc. Ce relais offre aux aidants une période de répit durant laquelle ils prennent le temps de se ressourcer.

Besoin de souffler ou d’être relayé ? Contactez la plateforme de répit Bulle d’air au 03 61 76 75 56 ou par mail : repit@feron-vrau.com.

« Moins de stress »

Marie-Claire et Daniel Dimey sont Lillois. Lui est atteint de la maladie Parkinson. Il a été diagnostiqué il y a 21 ans. Chaque jour, elle l’accompagne dans les gestes du quotidien. Et depuis juin 2020, elle fait appel au dispositif Bulle d’air. Cinq fois par semaine, pendant trois heures, une personne vient la « relayer » auprès de son mari. « Carole, elle est top ! Elle se consacre à mon mari, elle l’emmène chez l’orthophoniste ou alors ils vont faire des courses, ce qui lui permet de garder du lien social, confie Marie-Claire Dimey. Le midi, elle l’aide à manger. Elle le stimule par la marche, ou elle fait de la lecture quand le beau temps n’est pas au rendez-vous. » L’après-midi, une auxiliaire de vie est aussi présente chez les Dimey. Mais « le dimanche, nous sommes seuls, cela permet de nous retrouver ».

Avec cette Bulle d’air, Marie-Claire Dimey dit ressentir moins de stress. « Il y en a toujours car je dois prévoir à manger, faire les courses, prendre les rendez-vous médicaux… Mais je peux enfin faire quelque chose en continu, alors qu’avant c’était par morceaux. Le mercredi, je peux garder mes petits-enfants, par exemple. Je peux aussi aller au musée, je sors… et j’ai le temps de faire le ménage ou les courses. »

Aides-soignants, étudiants

Qui sont les relayeurs ? Ce sont souvent des aides-soignants, techniciens d’intervention sociale et familiale, moniteurs-éducateurs, aides médico-psychologiques etc. sélectionnés par l’équipe du dispositif sur la base de leurs savoir-faire. « On adapte le profil du relayeur aux besoins, souligne Ludovic Desseaux. Il s’agit parfois d’auxiliaires de vie, mais aussi d’étudiants en psychologie, d’étudiants infirmiers ou de médecins diplômés à l’étranger. »

L’aidant est l’employeur mais Bulle d’air prend en charge les démarches administratives. « Ils s’occupent de tout », confirme Marie-Claire Dimey qui souligne toutefois le coût financier du dispositif. « J’ai une aide du Département de 400 euros environ mais je dois mettre environ 700 euros de ma poche par mois ». D’autres aides sont disponibles. « La MSA a mis en place une aide incitative de 400 euros sans conditions de ressources pour le premier relais, ajoute Ludovic Desseaux. Les adhérents à Agrica peuvent aussi bénéficier de 5 euros de l’heure. »

« Dans le Nord et le Pas-de-Calais, 41 personnes ont été accompagnées en 2020, année de démarrage du dispositif dans la région, souligne Ludovic Desseaux. Soit un total de 7 000 heures. Il y a beaucoup de demandes autour des troubles neurodégénératifs, et de plus en plus aussi pour les enfants autistes. »

Grâce à Bulle d’air en tout cas, quels que soient la maladie ou le handicap, les aidants familiaux peuvent souffler, et prendre du temps pour eux, que l’on soit en période de confinement ou non.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires