Votre météo par ville

Des légumes au grand cœur

06-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Tous les ans Les Enfoirés poussent la chansonnette à la télé au profit des Restos du cœur. Des dons, certains agriculteurs en font toute l’année, en nature, au profit d’associations caritatives. Une démarche naturelle pour Antoine Helleboid, agriculteur dans l’Audomarois.

Antoine Helleboid a décidé de communiquer sur le don de denrées agricoles. Pour lui, c’est la meilleure des façons de parler d’agriculture positivement. © DR

À Tilques (62), au cœur du Marais audomarois, l’agriculture c’est dans l’ADN et surtout dans cette terre limono-sableuse qu’il serait sacrilège de ne pas cultiver. Avec un père et un grand-père agriculteurs, Antoine Helleboid a bien essayé de déroger à la règle, en devenant formateur équin puis technicien en chaudronnerie. « Pas bien longtemps », sourit l’homme de 39 ans qui, à l’aube de la retraite de son père, reprend l’entreprise familiale en parallèle de son métier technicien.

Jeter ? Une fois pas deux

Ce « malade du boulot », comme il se définit lui-même, a 36 idées à la seconde. Livrer des légumes frais aux personnes âgées, redévelopper l’endive de pleine terre… Mais pour assurer ses arrières et nourrir sa famille, celui qui travaille désormais depuis deux ans à temps plein sur son exploitation a choisi de maintenir une collaboration de longue date.

« Je travaille deux hectares et demi de courgettes pour un industriel », un contrat lui assurant la sécurité financière. L’exploitant produit également choux et pommes de terre, vendus en direct ou aux coopératives, ainsi que du lin. 

Si la courgette réserve globalement peu de surprise en termes de rendement, la transformation industrielle a son lot de contraintes : le calibre. Première année, premiers écueils : « On a ramassé 24 h trop tard avec mes saisonniers. » Résultats : des courgettes trop grosses, hors calibres. Bonnes pour la benne. Une fois pas deux.

« À la deuxième cueille, j’ai appelé ma marraine bénévole aux Restos du cœur. À Saint-Omer, on a la chance d’avoir un centre de ramasse, de conservation, de tri… Il suffit de les appeler. Ils viennent récupérer et ils répartissent. » En deux ans, l’habitude s’installe. « Je n’ai même plus besoin d’appeler. L’été, ils passent et viennent récupérer le tas où j’installe un panneau Restos du cœur », détaille l’agriculteur.

L’ambassadeur

En 2018, neuf tonnes de courgettes ont fait le bonheur des Restos, dix en 2019. « Bien sûr, pour moi l’objectif c’est d’avoir le bon calibre pour les courgettes. Mais quand je vois les bénévoles arriver avec le sourire, j’oublie presque la perte ! » 

Celui qui donne aussi ses choux, quand la demande ne suit pas pour les plus petites têtes – près de 18 % de sa production –, a appris à gérer ses débouchés. « Parfois, c’est compliqué. On a beaucoup à donner d’un coup et les associations ne peuvent pas gérer. L’année dernière, mes saisonniers ont décidé de donner une heure de leur temps pour ramasser. J’ai donc contacté Solaal pour leur dire que j’avais trois tonnes de courgettes. Une heure après, c’était réglé. Elles partaient à Lille pour une épicerie solidaire. »

Antoine Helleboid, qui a encore beaucoup à donner, est désormais ambassadeur Solaal. « C’est un facilitateur de dons, et moi ça me permet de faire tomber les arguments contre. Certains me disent que c’est compliqué : faux, tu leur montres une fois, après ils se débrouillent. D’autres ont peur que ça dévalorise le produit : faux, car il ne sera pas revendu. En plus, il y a un avantage fiscal non négligeable. » 

À force d’en causer, certains dans le coin s’y sont mis : à Tilques, Salperwick, Hazebrouck…,poursuit le producteur qui revient du Salon de l’agriculture où il s’est rendu… pour parler du don. « C’est le meilleur des arguments pour lutter contre l’agribashing ! »

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Betterave : Alors, ça donne quoi cette bataille contre les pucerons ?
Pour réduire l'usage des pesticides, Martin Gosse de Gorre a confié une partie de sa production à l'Institut techniqu [...]
Lire la suite ...

Mérite agricole : Une conférence sur la PAC
Pour sa conférence annuelle, l'Amicale des membres du mérite agricole accueille Philippe Tabary. Le spécialiste des q [...]
Lire la suite ...

MSA, « l’amortisseur social »
La Mutualité sociale agricole Nord-Pas de Calais tenait son assemblée générale vendredi 16 septembre sur fond de cri [...]
Lire la suite ...

L’ONF réitère l’opération « Tous en forêt ! »
Les forestiers se rendent tous sur le terrain et invitent les usagers à venir les rencontrer mercredi 28 septembre à p [...]
Lire la suite ...

Frappadingue : une course de collégiens dédiée aux abeilles à la Casseline
Vendredi 23 septembre de 8h30 à 17h00, La Frappadingue traversera le site de La Casseline située sur le flanc sud du M [...]
Lire la suite ...

Numéro 280 : 16 septembre 2022

Au cœur des terres

#terresetterritoires