Votre météo par ville

Sucreries de Cagny et Eppeville : le groupe Südzucker ouvert à la discussion

16-05-2019

Actualité

C’est tout frais

Suite à la décision du groupe allemand Südzucker de fermer deux de ses sucreries françaises, à Eppeville (Somme) et Cagny (Calvados) en 2020, les planteurs de betteraves de la CGB se sont mobilisés pour mettre en place un plan de reprise. D’abord réticent à l’idée de céder les sites industriels, le groupe s’est dit prêt à réfléchir lors d’une réunion qui s’est tenue à Strasbourg entre les représentants de Südzucker et de la CGB, le 15 mai 2019.

© Stéphane LEITENBERGER

Après trois heures de discussions « intenses » et « constructives », selon les dirigeants de la CGB qui ont rencontré le 15 mai 2019, à Strasbourg, les représentants du groupe allemand Südzucker, propriétaire des sucreries de Cagny (en Normandie) et d’Eppeville (dans la Somme), « une porte est ouverte », a estimé devant la presse Franck Sander, président de la CGB, le 16 mai.

Certes, les planteurs allemands, par l’intermédiaire du syndicat des betteraviers VSZ, et propriétaires à 57 % de Südzucker, ont communiqué leur opposition à l’idée que Saint Louis Sucre (filiale de Südzucker, propriétaires des usines françaises) cède ces sites, « mais ce que nous avons ressenti, nous, c’est une forte incitation à formuler une offre par écrit », explique Franck Sander. Le président de la CGB ajoute que la réunion a fini « sur des questions de fond » témoignant de l’intérêt de Südzucker pour la proposition de reprise.

Une offre avantageuse pour tous

L’objectif est bien « de trouver une solution de sortie vers le haut », ajoute Patrick Dechaufour, président de la CGB Calvados Sarthe et Orne, car « il en va aussi de l’avenir des relations avec les deux usines d’Etrepagny (dans l’Eure) et de Roye (dans la Somme) », que le groupe souhaite maintenir. « Nous avons proposé une base de travail à 30 millions d’euros », soit 10 € la tonne, indique Franck Sander, précisant que « tout reste ouvert ».

Le coût de la restructuration serait de 70 millions d’euros, a estimé la CGB, une économie substantielle en perspective pour Südzucker, qui estimait ses coûts de restructuration à 200 millions d’euros (pour les deux usines françaises et pour trois autres, beaucoup plus petites, en Allemagne et en Pologne). « On est convaincus qu’il y a un avenir pour la betterave, on pourrait très bien se battre pour demander des aides, mais ce n’est pas l’esprit de la maison », ajoute-t-il.

D’ailleurs, si les producteurs européens sont incités à réduire la surproduction, les premières estimations de plantations font état d’une hausse des surfaces de 5 % en Allemagne, quand elles vont baisser en France de 7 à 8 %, indique la CGB.

La reprise des deux sites pourrait se faire sous forme coopérative, avec une structure d’union qui chapeauterait l’ensemble. L’argent viendrait essentiellement des planteurs, avec un accompagnement des régions et éventuellement des prises de participation industrielles ou institutionnelles.
Les représentants du groupe Südzucker se sont engagés à donner une réponse dans un délai de trois semaines après réception de l’offre écrite. En attendant, des journées d’informations sont prévues avec les planteurs des deux sites, ainsi qu’avec les salariés, dont l’emploi serait maintenu en cas de reprise par les producteurs.

Sans oublier, rappelle Franck Sander, que « le sujet est aussi politique, il faut que le gouvernement se mouille » pour faciliter l’avancement du dossier. Un dossier que la CGB certifie « solide » : « le projet a été construit avec experts industriels, financiers, et commerciaux, ainsi qu’avec des expertises juridiques », explique Pierre Rayé, directeur de la CGB.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires