Votre météo par ville

Transporteurs et chauffeurs routiers appellent à de meilleures protections

30-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Malgré une baisse d’activité de l’ordre de 60 à 70 %, le transport routier continue de cheminer sur les routes pour approvisionner les supermarchés, les usines et permettre à la France de continuer à avancer.

Trois organisations syndicales ont appelé les conducteurs routiers à faire valoir leur droit de retrait en raison du manque de respect des mesures de sécurité liées au coronavirus dans le secteur. © Pixabay

« 99% des besoins quotidiens des Français sont transportés par la route et ces transports sont indispensables pour maintenir la faible activité encore en cours dans le pays », rappelle Sébastien Rivera, secrétaire général du Pas-de-Calais de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR).

Malgré cette importance, « c’est très très compliqué de dire à nos conducteurs de continuer à travailler sans aucune condition sanitaire digne de ce nom. Nous avons transmis les gestes barrières à respecter, mais nous n’avons aucun masque. On n’en trouve pas, tout comme les gants. Et pour le gel hydroalcoolique, on commence à en avoir un peu, mais c’est très récent. »

« Les conditions de travail des salariés en matière de sécurité sanitaire ne sont pas au rendez-vous. »

Un appel au droit de retrait individuel des chauffeurs routiers a ainsi été lancé depuis le lundi 30 mars par une intersyndicale réunissant la CFDT, FO et la CFTC du transport routier. Ce secteur, qui emploie quelque 70 000 personnes dans les Hauts-de-France estime, dans un communiqué, qu’il ne peut « malheureusement que constater que les conditions de travail des salariés en matière de sécurité sanitaire ne sont pas au rendez-vous ».

Les trois organisations pointent un « manque de masques, gants et gel hydroalcoolique », un « manque de sanitaires et douches » accessibles, des « services de restauration pas assez répandus » et des « clients ne respectant pas les conducteurs à la juste mesure ».

Un appel peu suivi pour le moment dans la région des Hauts-de-France selon Sébastien Rivera, qui partage les préoccupations des salariés. Pour lui, « beaucoup de clients n’ont pas joué le jeu en n’offrant aucune condition sanitaire aux chauffeurs » qui venaient pour livrer ou charger des marchandises : pas d’accès aux sanitaires ou à une salle de pause.

Des situations d’autant plus difficiles à comprendre au vu de l’importance du secteur. « Mais aucune mesure n’est prise pour nous aider », conclut Sébastien Rivera.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Découverte d’un nouveau foyer d’influenza aviaire ce week-end
Ce week-end, un nouveau foyer d’influenza aviaire a été découvert sur la commune de Winnezeele. Le 26 novembre, un [...]
Lire la suite ...

David Saelens, nouveau président de la section Nutrition Animale de La Coopération Agricole
A l’issue d’un conseil de section, les membres de La Coopération Agricole Nutrition Animale ont élu, le 1er décem [...]
Lire la suite ...

L’assurance récolte officiellement lancée
Le Gouvernement a présenté le 1er décembre, le projet de loi sur l’assurance récolte en Conseil des ministres. Av [...]
Lire la suite ...

La Flandre mise sur la pomme de terre
Lors de son assemblée générale annuelle, la coopérative La Flandre a présenté ses résultats, adossés au groupe N [...]
Lire la suite ...

Annulation de la fête de la dinde à Licques
La Covid-19 aura eu raison de la fête de la dinde pour la deuxième année consécutive. En effet, l’événement, [...]
Lire la suite ...

« L’Union européenne veut devenir une puissance normative »
Lors de la session de la chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais organisée le 29 novembre, Thierry Pouch, économi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires