Votre météo par ville

Une salle de découpe en projet à Fruges

20-05-2020

Actualité

C’est tout frais

Un projet de salle de découpe de carcasses aux abords du futur abattoir de Fruges (62) est en pourparlers. Avec ce nouvel outil, l’ambition est de pouvoir vendre directement la viande à des bouchers ou restaurateurs de la région. Explications.

salle de découpe fruges Joël Rolin, eleveur à Reclinghem © JM Cadet
Joël Rolin, éleveur à Reclinghem. © JM Cadet

« Avoir un atelier de découpe de carcasses aux abords du nouvel abattoir de Fruges permettrait de commercialiser plus largement la viande découpée, estime Joël Rolin, agriculteur à Reclinghem (62). Avec un abattoir flambant neuf et répondant aux normes de l’agrément communautaire, la viande pourrait être vendue à des restaurants ou des bouchers. » C’est dans cette perspective que l’agriculteur, qui doit bientôt prendre sa retraite, a motivé quelques éleveurs pour étudier ce projet. 

Optimisation

La découpe de viande, ça le connaît. Joël Rolin est déjà propriétaire, avec deux autres agriculteurs, d’une salle de découpe depuis 2002. « Notre atelier répond aux normes de l’agrément de remise directe, explique-t-il. La viande issue ne peut être vendue à des revendeurs. » Ce qui convient très bien à la trentaine d’éleveurs qui adhèrent à ce service. « Ils conditionnent eux-mêmes la viande et peuvent ainsi vérifier la qualité », reconnaît l’agriculteur. Cela leur permet ensuite de vendre la viande en caissette directement aux consommateurs.

Chaque année, 170 tonnes de viande y sont découpées : bovins, porcins et ovins. Mais le fonctionnement de cette salle de découpe n’est pas optimal. Elle atteint une taille critique. Des volumes supplémentaires permettraient pourtant de réduire les coûts de fonctionnement et donc d’être plus rentable.

Plutôt que de réaliser des travaux dans la salle existante, qui pourrait fermer avec le départ de Joël Rolin, pourquoi ne pas écrire une nouvelle page ? « C’est l’occasion de créer un nouvel outil qui réponde à de nouveaux marchés et donc à des normes plus exigeantes », reconnaît-il.

Pour savoir de quoi il en découle, quelques éleveurs intéressés se sont rendus en Mayenne pour visiter une salle de découpe dernier cri. L’ambition de ce groupe est de créer un atelier similaire à Fruges, près du futur abattoir. « L’idée est d’avoir une surface suffisante de travail, de stockage et des frais de structure et administratifs optimisés pour que l’atelier soit davantage rentable, ajoute Joël Rolin. Peut-être qu’on pourra y faire de la transformation. Bien sûr, l’investissement sera en conséquence. » Le groupe d’éleveurs a chiffré le projet : il s’élève à un million d’euros.

La valorisation de la viande doit revenir aux éleveurs

Pour assumer cet investissement, il faut être nombreux, Joël Rolin en a bien conscience. « Il faudrait au moins doubler le nombre actuel d’adhérents. Nous passerions sur un fonctionnement de coopérative mais à taille humaine. Cela demande de trouver des éleveurs intéressés par la vente directe de viande en caissettes mais aussi par la vente aux cantines, restaurateurs et bouchers. »

Joël Rolin en est sûr : la valorisation de la viande doit revenir aux éleveurs, par la propre commercialisation de leurs produits.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires