Votre météo par ville

Une salle de découpe en projet à Fruges

20-05-2020

Actualité

C’est tout frais

Un projet de salle de découpe de carcasses aux abords du futur abattoir de Fruges (62) est en pourparlers. Avec ce nouvel outil, l’ambition est de pouvoir vendre directement la viande à des bouchers ou restaurateurs de la région. Explications.

salle de découpe fruges Joël Rolin, eleveur à Reclinghem © JM Cadet
Joël Rolin, éleveur à Reclinghem. © JM Cadet

« Avoir un atelier de découpe de carcasses aux abords du nouvel abattoir de Fruges permettrait de commercialiser plus largement la viande découpée, estime Joël Rolin, agriculteur à Reclinghem (62). Avec un abattoir flambant neuf et répondant aux normes de l’agrément communautaire, la viande pourrait être vendue à des restaurants ou des bouchers. » C’est dans cette perspective que l’agriculteur, qui doit bientôt prendre sa retraite, a motivé quelques éleveurs pour étudier ce projet. 

Optimisation

La découpe de viande, ça le connaît. Joël Rolin est déjà propriétaire, avec deux autres agriculteurs, d’une salle de découpe depuis 2002. « Notre atelier répond aux normes de l’agrément de remise directe, explique-t-il. La viande issue ne peut être vendue à des revendeurs. » Ce qui convient très bien à la trentaine d’éleveurs qui adhèrent à ce service. « Ils conditionnent eux-mêmes la viande et peuvent ainsi vérifier la qualité », reconnaît l’agriculteur. Cela leur permet ensuite de vendre la viande en caissette directement aux consommateurs.

Chaque année, 170 tonnes de viande y sont découpées : bovins, porcins et ovins. Mais le fonctionnement de cette salle de découpe n’est pas optimal. Elle atteint une taille critique. Des volumes supplémentaires permettraient pourtant de réduire les coûts de fonctionnement et donc d’être plus rentable.

Plutôt que de réaliser des travaux dans la salle existante, qui pourrait fermer avec le départ de Joël Rolin, pourquoi ne pas écrire une nouvelle page ? « C’est l’occasion de créer un nouvel outil qui réponde à de nouveaux marchés et donc à des normes plus exigeantes », reconnaît-il.

Pour savoir de quoi il en découle, quelques éleveurs intéressés se sont rendus en Mayenne pour visiter une salle de découpe dernier cri. L’ambition de ce groupe est de créer un atelier similaire à Fruges, près du futur abattoir. « L’idée est d’avoir une surface suffisante de travail, de stockage et des frais de structure et administratifs optimisés pour que l’atelier soit davantage rentable, ajoute Joël Rolin. Peut-être qu’on pourra y faire de la transformation. Bien sûr, l’investissement sera en conséquence. » Le groupe d’éleveurs a chiffré le projet : il s’élève à un million d’euros.

La valorisation de la viande doit revenir aux éleveurs

Pour assumer cet investissement, il faut être nombreux, Joël Rolin en a bien conscience. « Il faudrait au moins doubler le nombre actuel d’adhérents. Nous passerions sur un fonctionnement de coopérative mais à taille humaine. Cela demande de trouver des éleveurs intéressés par la vente directe de viande en caissettes mais aussi par la vente aux cantines, restaurateurs et bouchers. »

Joël Rolin en est sûr : la valorisation de la viande doit revenir aux éleveurs, par la propre commercialisation de leurs produits.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une première récolte de tournesols prometteuse en Cambrésis
C'est peut-être un grand pas vers un développement plus important de la culture du tournesoldans les Hauts-de-France [...]
Lire la suite ...

La MSA Nord-Pas de Calais a élu son nouveau président
Le nouveau conseil d’administration de la MSA Nord-Pas de Calais a été élu le 17 septembre 2020. Dominique Verm [...]
Lire la suite ...

L’agriculture biologique de conservation en démonstration
Le Forum Terr’eau bio s’est déroulé jeudi 17 septembre à Brunémont (59). Au cœur des débats et des dé [...]
Lire la suite ...

Pas-de-Calais : des agricultrices se mobilisent pour Octobre rose
Dimanche 4 octobre, une marche est organisée par l'association Agir ensemble à Saint-Venant. [...]
Lire la suite ...

Christiane Lambert élue présidente du Copa
La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a été élue à la tête du Copa au niveau européen le 18 septembre 2020 [...]
Lire la suite ...

Un vent d’énergies vertes souffle sur le Caudrésis
Mercredi 16 septembre ont été inaugurées en petit comité, épidémie oblige, les quatorze éoliennes du parc éolie [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires