Votre météo par ville

Vignoble : Ternoveo, le pari du chardonnay

04-01-2024

Actualité

C’est tout frais

Ternoveo implante des vignes de chardonnay dans les Hauts-de-France. Objectif : créer un vignoble, un vrai. Pour Guillermo Arancibia, œnologue et maître de chais pour le négoce agricole, cet objectif est loin d’être une chimère.

« On peut déjà savoir rien qu’en goûtant le raisin si on aura du bon vin », explique Guillermo Arancibia. © Laurent Mayeux

Il y a presque quatre ans, Ternoveo (groupe Advitam) s’est lancé un pari un peu fou : produire du chardonnay 100 % Hauts-de-France. Objectif : créer un vignoble.

Pour cela, Ternoveo crée la marque Les 130, un collectif de 130 néovignerons, des agriculteurs qui ont choisi de dédier quelques hectares aux vignes et de relever le défi avec l’accompagnement du négoce agricole et de ses deux maîtres de chai : Laëtitia Vakerkoven et Guillermo Arancibia.

Pour ce dernier, le pari n’est pas si fou que ça, bien au contraire, il est dans l’air du temps.

Du var au pérou

Il faut dire que cet œnologue a « vu du pays » comme on dit : « J’ai commencé ma carrière dans le Sud, dans le Var pour être précis. J’étais spécialisé dans le rosé de Provence. J’étais également professeur vacataire pour un bac pro vignes et vin. Puis j’ai travaillé pour une entreprise qui faisait de l’implantation de gros matériel de type pressoir, et qui accompagnait aussi des vignerons. C’est grâce à ce travail que j’ai beaucoup voyagé en Amérique du Sud : Chili, Bolivie, et Pérou surtout. Mais aussi aux États-Unis, dans le Maryland. »

Lire aussi : Dans le Cambrésis, il adapte aux terres du Nord

Mais le covid met un coup d’arrêt à cette activité. De retour en France, Guillermo Arancibia a désormais le goût des « vignobles inédits en quelque sorte ». Quand il voit passer l’annonce de Ternoveo pour faire pousser des vignes dans les Hauts-de-France, il n’hésite pas : « Je me suis dit que si j’avais réussi à le faire dans les montagnes péruviennes, j’y arriverais dans les Hauts-de-France », sourit le quadragénaire.

Changer les mentalités

« Au Pérou, il y a une vraie culture du vin, ce sont les premiers à avoir accepté des vignes en Amérique du Sud. Mais ils faisaient des vins très sucrés. Or, la gastronomie péruvienne s’est fortement développée et les restaurants demandaient des vins plus en accord avec ce qu’ils servaient. Il a donc fallu changer les mentalités et apprendre de nouvelles méthodes aux vignerons péruviens. »

Un parcours qui va aider l’oenologue-maître de chai pour accompagner les néovignerons des Hauts-de-France. Car là aussi, il faut apprendre et bousculer quelques certitudes. « Ce qui m’a plu quand j’ai vu l’annonce de Ternoveo c’était qu’il y avait pour mission de créer un vignoble, de partir de zéro. Ça c’est extrêmement rare dans le secteur du vin car c’est une chasse gardée. » Cela dit, « j’étais plutôt confiant car en Belgique et en Angleterre ils font déjà du vin et ça fonctionne. Maintenant, il faut réussir à convaincre le marché français que du vin des Hauts-de-France peut être bon et de qualité ! »

Des notes inédites

En 2022 ont eu lieu les premières vendanges des 130 (17 hectares) qui ont permis la création de deux premières cuvées. En 2023, 44 hectares ont été vendangés et une autre cuvée, un peu plus haut de gamme, nommée Zénith, a vu le jour. L’objectif de Ternoveo est d’atteindre 200 hectares de vignes en 2027, réparties entre ces 130 vignerons.

Une cuvée nommée « Fragments » devrait voir le jour en 2024 ou 2025 pour mettre en avant « les parcelles qui présentent des caractéristiques vraiment particulières ». Car pour l’œnologue, les vignes des Hauts-de-France, bien qu’elles soient jeunes, présentent déjà des spécificités qui pourraient bien intéresser les amateurs : « Dans le choix des parcelles, ce qui était important c’était l’exposition et “la pauvreté” du sol : les vignes ont finalement besoin de sols pauvres (chose pas si simple à trouver dans la région !, ndlr). Les parcelles des 130 sont réparties dans tous les Hauts-de-France et sont toutes très différentes les unes des autres. Cette disparité permet de faire des assemblages intéressants et donc d’avoir des cuvées plutôt homogènes avec des arômes particuliers », explique Guillermo Arancibia.

Et si, rien qu’entre les vendanges 2022 et 2023, les profils ont changé, « on voit des trames se dessiner, différentes de ce que l’on voit ailleurs, mais c’est difficile de se prononcer car il faut environ sept ans à une vigne pour qu’elle arrive à son plein potentiel ». Cela dit, le maître de chai indique « qu’on a des notes florales, de verveine, de fruits exotiques… assez rares voire inhabituelles dans du chardonnay. »

Agrandir le vignoble

En tout cas, pour Guillermo Arancibia, l’avenir des vignes dans les Hauts-de-France est glorieux : « Le but est d’agrandir le vignoble. » Et pourquoi pas à l’avenir avoir des « appellations » dans la région. « Par exemple, l’appellation Saint-Émilion repose sur le fait que la vigne ait été implantée dans un lieu spécifique, cultivée d’une certaine manière… Il n’y a donc rien de fou à penser qu’il y aura des appellations dans les Hauts-de-France. »

Lire aussi : Les Hauts-de-France, terre de vignes en 2050 ?

Quant aux sceptiques qui verraient ce développement de la filière comme une concurrence avec les régions de vin « historiques », l’œnologue répond : « On pourra toujours faire du vin dans les autres régions de France mais avec le réchauffement climatique, force est de constater qu’il va falloir s’adapter. Or, les AOP (appellations d’origine protégées) et IGP (indications géographiques protégées) sont figées. On voit également une augmentation des degrés d’alcool. Il y a 30 ans, un vin tournait autour de 12-12,5°. Aujourd’hui on est plutôt sur du 13-14°. Il faudrait donc des fermentations plus longues, ce qui n’est pas possible… Bref, il va falloir changer les habitudes et accepter qu’on fasse du vin un peu partout en France. Le grand avantage des Hauts-de-France c’est que, tant qu’il n’y a pas d’appellations, tout est à construire. »  

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires