Votre météo par ville

En élevage, les cours sont au vert

03-09-2021

Actualité

L’été semble avoir été porteur pour les cours de la viande et du lait. Toutefois, le prix des aliments plombent l’enthousiasme des éleveurs.

Les cours des gros bovins ont augmenté au mois de juillet. © L.D.

« En juillet, le cours de l’agneau, à 7,02 €/kg carcasse en moyenne, reste élevé et supérieur de 35 cts d’euros en moyenne par kilogramme (kg) au cours de 2020, analyse le service statistique du ministère de l’agriculture. L’offre limitée et l’impact de la fête de l’Aïd contribuent à soutenir les cours ». Au total, 377 000 agneaux ont été abattus au mois de juillet (+1,5 % sur un an) ce qui porte à 2,425 millions, le nombre d’animaux livrés à l’abattoir (+3,5 %). La production (+0,2 %) et la consommation française de viande ovine (+1,3 %) ont progressé sur un an. En six mois, quasiment aucun agneau néozélandais n’a été importé. 

Filière bovine : offre limitée 

En production bovine, un vent d’optimisme souffle sur les marchés. Les cours des gros bovins ont augmenté au mois de juillet. « À 3,41 €/kg carcasse en moyenne, le cours de la vache de type « O » dépasse de 7,9 % le niveau de 2020, rapporte encore le ministère. À 4,13 €/kg carcasse, celui de la vache « R » dépasse de 3,0 % le cours élevé de 2020 ». Les prix des jeunes bovins (3,84 €/kg) augmentent et dépassent de 4,6 % en juillet dernier le niveau très faible de 2020. Et à 5,28 €/kg carcasse, le cours moyen du veau de boucherie est nettement supérieur au niveau particulièrement bas de juillet 2020.

Retrouvez notre grand format consacré à la filière viande bovine dans les Hauts-de-France

Des prix d’aliments élevés

L’offre limitée d’animaux mis sur le marché et des exportions de broutards très dynamiques expliquent cette conjoncture de prix très favorable. Au mois de juillet, seuls 340 000 bovins ont été abattus, toutes catégories confondues (- 3,8 % sur un an). Toujours moins de vaches laitières sont réformées (58 000 en juillet ; – 8 % sur un an).

Par ailleurs, le prix du lait progresse (+ 7 points en 3 mois) et les éleveurs ne manquent pas de fourrages grossiers pour nourrir leurs bêtes. En juin dernier, 120 369 broutards (+5,2 % sur un an) et 19 800 génisses ont été exportés en juin (+17,5 %sur un).

Ce bilan positif est terni par le prix élevés des aliments. Ils se stabilisent à des niveaux jamais atteints depuis 2018 après avoir progressé de 15 points. Et plus les mois passent plus ces prix pèseront sur les marges des éleveurs.

Lire aussi : Alimentation animale : les prix resteront durablement élevés

Production porcine face à un marché morose 

En deux mois, les cours du porc ont baissé de près de 15 centimes. Ils se sont stabilisés à 1,53€/kg le 19 août dernier. En juin dernier, l’effondrement des exportations européennes de viande porcine vers la Chine (-25 % sur un an) explique ce retournement conjoncturel les semaines suivantes. « L’Espagne et les Pays-Bas sont concernés par ce repli, souligne le ministère de l’agriculture. Mais la pression sur les cours du porc s’exerce également en France en juillet de manière inhabituelle compte tenu de la baisse saisonnière de l’offre porcine».

Cependant, les prix du porc restent supérieurs aux cours de l’an passé et à la moyenne quinquennale. Ils se situent aussi dans la moyenne européenne. En juillet dernier, 1,832 million de porcs charcutiers ont été abattus, soit 2,2 % de moins sur un an.

Plus généralement, au cours des sept premiers mois de l’année, 13 638 millions d’animaux ont été menés à l’abattoir (+ 0,4% sur un an).  En juin dernier, les échanges commerciaux ont progressé à l’import et à l’export. Le solde commercial positif avec les pays tiers s’accroit tandis qu’il se détériore au sein de l’UE (-20 000 tonnes équivalent carcasse).

Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires