Votre météo par ville

En élevage, les cours sont au vert

03-09-2021

Actualité

L’été semble avoir été porteur pour les cours de la viande et du lait. Toutefois, le prix des aliments plombent l’enthousiasme des éleveurs.

Les cours des gros bovins ont augmenté au mois de juillet. © L.D.

« En juillet, le cours de l’agneau, à 7,02 €/kg carcasse en moyenne, reste élevé et supérieur de 35 cts d’euros en moyenne par kilogramme (kg) au cours de 2020, analyse le service statistique du ministère de l’agriculture. L’offre limitée et l’impact de la fête de l’Aïd contribuent à soutenir les cours ». Au total, 377 000 agneaux ont été abattus au mois de juillet (+1,5 % sur un an) ce qui porte à 2,425 millions, le nombre d’animaux livrés à l’abattoir (+3,5 %). La production (+0,2 %) et la consommation française de viande ovine (+1,3 %) ont progressé sur un an. En six mois, quasiment aucun agneau néozélandais n’a été importé. 

Filière bovine : offre limitée 

En production bovine, un vent d’optimisme souffle sur les marchés. Les cours des gros bovins ont augmenté au mois de juillet. « À 3,41 €/kg carcasse en moyenne, le cours de la vache de type « O » dépasse de 7,9 % le niveau de 2020, rapporte encore le ministère. À 4,13 €/kg carcasse, celui de la vache « R » dépasse de 3,0 % le cours élevé de 2020 ». Les prix des jeunes bovins (3,84 €/kg) augmentent et dépassent de 4,6 % en juillet dernier le niveau très faible de 2020. Et à 5,28 €/kg carcasse, le cours moyen du veau de boucherie est nettement supérieur au niveau particulièrement bas de juillet 2020.

Retrouvez notre grand format consacré à la filière viande bovine dans les Hauts-de-France

Des prix d’aliments élevés

L’offre limitée d’animaux mis sur le marché et des exportions de broutards très dynamiques expliquent cette conjoncture de prix très favorable. Au mois de juillet, seuls 340 000 bovins ont été abattus, toutes catégories confondues (- 3,8 % sur un an). Toujours moins de vaches laitières sont réformées (58 000 en juillet ; – 8 % sur un an).

Par ailleurs, le prix du lait progresse (+ 7 points en 3 mois) et les éleveurs ne manquent pas de fourrages grossiers pour nourrir leurs bêtes. En juin dernier, 120 369 broutards (+5,2 % sur un an) et 19 800 génisses ont été exportés en juin (+17,5 %sur un).

Ce bilan positif est terni par le prix élevés des aliments. Ils se stabilisent à des niveaux jamais atteints depuis 2018 après avoir progressé de 15 points. Et plus les mois passent plus ces prix pèseront sur les marges des éleveurs.

Lire aussi : Alimentation animale : les prix resteront durablement élevés

Production porcine face à un marché morose 

En deux mois, les cours du porc ont baissé de près de 15 centimes. Ils se sont stabilisés à 1,53€/kg le 19 août dernier. En juin dernier, l’effondrement des exportations européennes de viande porcine vers la Chine (-25 % sur un an) explique ce retournement conjoncturel les semaines suivantes. « L’Espagne et les Pays-Bas sont concernés par ce repli, souligne le ministère de l’agriculture. Mais la pression sur les cours du porc s’exerce également en France en juillet de manière inhabituelle compte tenu de la baisse saisonnière de l’offre porcine».

Cependant, les prix du porc restent supérieurs aux cours de l’an passé et à la moyenne quinquennale. Ils se situent aussi dans la moyenne européenne. En juillet dernier, 1,832 million de porcs charcutiers ont été abattus, soit 2,2 % de moins sur un an.

Plus généralement, au cours des sept premiers mois de l’année, 13 638 millions d’animaux ont été menés à l’abattoir (+ 0,4% sur un an).  En juin dernier, les échanges commerciaux ont progressé à l’import et à l’export. Le solde commercial positif avec les pays tiers s’accroit tandis qu’il se détériore au sein de l’UE (-20 000 tonnes équivalent carcasse).

Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Fruits et légumes : Booster la filière régionale
L'interprofession des fruits et légumes frais s'implante en région. Objectif : promouvoir la consommation de fruits e [...]
Lire la suite ...

Influenza aviaire : enrayer l’épidémie
La France a détecté le 26 novembre un foyer dû à une souche hautement pathogène (IAHP) dans un élevage de poules p [...]
Lire la suite ...

Le Salon Interpom a enfin eu lieu, sous de bons auspices
Après un report d'un an, le salon Interpom a enfin eu lieu à Courtrai, du 28 au 30 novembre, avec l'ambition de « re [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires