Votre météo par ville

Kes West : la fin d’une époque

12-12-2019

Actualité

Hors-champ

Dimanche 15 décembre 2019, le « premier complexe de nuit au nord de Paris » ne sera plus. À l’heure où le Kes West prépare sa dernière soirée à Bours (62), retour sur la saga familiale de ce haut lieu de la nuit rurale.

La « dernière » ce samedi 14 décembre 2019 signe la fin de 33 ans de pure fête au cœur du Pas-de-Calais. © KES WEST

Reconnaissable entre mille, le panneau aux lettres western se dresse dans le ciel gris au-dessus du parking vide. En bordure de Bours (62), le Kes West vit ses derniers jours avant sa soirée de fermeture le samedi 14 décembre. Le « plus grand complexe de la nuit au nord de Paris » ne sera bientôt plus. Avec lui, c’est tout une époque qui disparaît…

L’histoire commence dans un monde sans réseaux sociaux, avec « Papi Paul », l’aïeul des gérants des lieux. Agriculteur par la force de choses, celui-ci
est mordu de musique. Avec son orchestre, il anime les bals dès les années 50.

« Vers la fin des années soixante, il s’est mis à son compte et a monté l’orchestre des King Mitchell avec ses trois enfants, dont mon père, Jean- Philippe, déroule avec humour et fierté Jérémy Leroy, gérant du Kes West avec ses deux sœurs Lydie et Cathy. Ils animaient les ducasses de village dans tout le Ternois ! »

Des bals au chapiteau

Au début des années 80, Jean- Philippe Leroy prend son indépendance.
« Avec ma mère, ils ont continué à animer des bals, mais avec une sono mobile. » C’est alors la folie du disco. En 1983, ils investissent dans le
Melody, un gros chapiteau pourvu de banquettes en cuir et de tables basses. En 1985, il cède la place au Rock Star, plus grand et plus cosy. Mais aussi plus gourmand en logistique et en main-d’œuvre…

Un jour, le maire de Bours, commune où réside la famille Leroy, leur parle d’un terrain vague comportant une ancienne bascule à betterave. « C’était à la fin de l’année 1985. Mes parents l’ont acheté et y ont monté le Rock Star. »

« Il y a 30 ans, pour rencontrer quelqu’un il fallait aller en boîte. Aujourd’hui, les gens ont les réseaux sociaux…»

JÉRÉMY LEROY, DU KES WEST

À l’époque, Jean-Philippe et Élisabeth Leroy ont encore des contrats à honorer pour animer des fêtes dans le Ternois, si bien que jusqu’à septembre 1987 il n’ouvre pas tous les week-ends.

« On mettait une affiche sur la porte disant : “on est fermés, retrouvez-nous à Troisvaux !” Et les gens venaient… », s’amuse encore Lydie Leroy. « Fin 1986, reprend Jérémy Leroy, à l’époque où mes parents ont cherché un nouveau nom, il y a eu une grosse tempête aux îles Key West, en Floride. À l’époque, c’était tendance de donner des noms américains… »

Jean-Philippe est accroché par ce nom. Mais il est déjà pris par un bar au Touquet. Alors il enlève le Y et le remplace par un S. « Il n’avait jamais fait d’anglais… », rit son fils. La légende du Kes West peut alors commencer…

Réseau social de l’époque

D’abord dans des préfabriqués puis dans des bâtiments en dur imbriqués les uns dans les autres. Les salles et les ambiances s’additionnent, toujours plus exotiques et extravagantes. « On est dans le Pas-de-Calais, il faut faire un peu rêver les gens… » Marilyn, Dixi’s, Paradisio, Carré Rouge, West Saloon…

Jérémy Leroy, gérant du Kes west avec ses soeurs Lydie et Cathy.
© DR

L’histoire du Kes West est trop riche pour la résumer en une page. « Le monde de la nuit est un secteur où l’on ne peut pas rester sur ses acquis », s’accordent le frère et la sœur. « Le monde change depuis quelques années, soupire Jérémy Leroy, qui se défend d’être nostalgique. Il y a trente ans, si vous vouliez faire des rencontres il fallait sortir en boîte de nuit. Aujourd’hui, les gens ont les réseaux sociaux, et une multitude de loisirs. Il faut qu’on s’adapte. »

En vendant ? « Non ! se récrie-t-il. Pas question que ça sorte de la famille. » Car le complexe s’apprête à vivre une autre vie. Le Versus, un bar déjà en service mais indépendant du Kes West, restera ouvert. Le 360 — ancien Technoland — devient une salle de spectacle, inaugurée par Jean-Marie Bigard au mois de novembre.

La Paradisio ouvrira pour des événements ponctuels comme prochainement le 31 décembre 2019. La famille Leroy envisage de privatiser le reste pour des entreprises ou des événements familiaux. Avec une certitude. « Nous avons fait partie de la vie des gens pendant 33 ans…Nous allons continuer. Mais si on le fait, il faut le faire bien. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires